Communiqué pour diffusion immédiate

4e édition du Salon de Guitare de Montréal

Le retour du paradis de la guitare

Et 10 concerts exceptionnels pour mener au 7e ciel !

Montréal, le mercredi 24 mars 2010 - C’est désormais une tradition pour les amateurs de la six cordes : l’été arrive et le Salon de Guitare de Montréal suit de peu ! Pour sa 4e édition, le SGM prend résolument des airs de fête avec près de 150 exposants entièrement dévoués à notre instrument préféré. Du 2 au 4 juillet prochain, le SGM recevra ainsi plus de 130 luthiers acoustiques et électriques, parmi les meilleurs du monde, sans oublier des fabricants d’accessoires (amplificateurs, effets, pédales…) haut de gamme. Autrement dit, les amateurs pourront voir plus de guitares en seulement trois jours que certains en auront vu de toute leur vie ! Comme si ce n’était pas assez étourdissant, le SGM présentera aussi des concerts - dont plusieurs gratuits - de guitaristes exceptionnels qui ont tous pour point commun d’avoir poussé leur art à de nouveaux sommets, sans oublier les fameux ateliers et activités voués à la guitare. Et cette année, le SGM est de retour au Hyatt Regency Montréal, dans le Grand Salon fraîchement rénové, en plein cœur du site du Festival International de Jazz de Montréal ! Les billets pour les concerts seront mis en vente dès ce samedi, 27 mars, à midi.

En plus de l’exposition et de l’échange avec les luthiers et les fabricants - on se rappelle d’ailleurs qu’on peut même acheter l’objet de nos rêves au Salon -, ce sera également le retour de la série Guitarissimo, désormais incontournable aux yeux des fervents de la six cordes. Et cette année encore, place à une programmation intense de trois concerts par soir, pendant trois soirs d’affilée, à la Cinquième Salle de la Place des Arts. Finalement, un super concert de clôture regroupant cinq guitaristes de première de l’étiquette CandyRat Records viendra couronner cette riche édition au Théâtre Jean‑Duceppe de la PdA !

Guitare intense avec Guitarissimo

David Reinhardt - 2 juillet, 18 h - Le grand Django peut être fier de son petit-fils : on l’a déjà entendu un peu partout sur la planète, sur les scènes des festivals de jazz les plus prestigieux, notamment à Liège, Alger, Turin, Shanghai, New York ou à Cannes. Il faut dire aussi que David Reinhardt a fait ses premières armes avec son père (Babik Reinhardt), sur la scène des Django d’Or, et qu’il a le sens du swing, une excellente technique, beaucoup d’émotion… Tout ça avant même d’avoir 25 ans ! Ça promet…

Matt Andersen - 2 juillet, 20 h - Une bourrasque de l’est souffle sur le Festival et transporte une fois de plus jusqu’à nous les notes blues et folk du Néo-Brunswickois Matt Andersen ! En janvier de cette année, il a été le premier Canadien à remporter l’International Blues Challenge, et il est la coqueluche de la côte est d’ici, comme en témoigne son agenda de tournée plus que rempli. Alors, accrochez-vous, vous aussi allez être conquis par son incroyable dextérité qui n’a d’ailleurs d’égale que sa voix extraordinaire !

Sylvain Luc - 2 juillet, 22 h - Biréli Lagrène, Michel Portal, Wynton Marsalis, MAnu Katché, Jacky Terrasson, Richard Bona, John McLaughlin, Al Di Meola, Dee Dee Bridgewater, Marcus Miller, pour ne nommer qu’eux, figurent au nombre des artistes avec lesquels ce guitariste prodige du jazz a un jour travaillé. Pour lui, «la musique est un partage ». Que ce soit en solo, en duo, en trio, peu importe, Sylvain Luc a très vite su tirer son épingle du jeu et se hisser au sommet aux quatre coins du globe, d’où il est indétrônable.

Lionel Loueke - 3 juillet, 18 h - Il a sidéré Herbie Hancock (dont il a été le guitariste), Terence Blanchard et Wayne Shorter à une audition du Thelonious Monk Institute of Jazz. Quelques années plus tard, deux d’entre eux se sont joints à Lionel Loueke pour certaines pièces de Karibu, paru en mars 2008, alors que lui-même a été invité sur deux albums du trompettiste Terence Blanchard. Élu « Rising Star Guitarist » par Downbeat depuis deux ans, le prodigieux guitariste béninois débarque au Festival avec son dernier album, Mwaliko.

Yamandu Costa - 3 juillet, 20 h - Les œuvres faites d’humour, de sensibilité et de virtuosité de ce musicien hors normes lui ont valu une place centrale dans Brasileirinho, un film de 2005 sur la musique populaire brésilienne. C’est qu’à titre de légende de la guitare brésilienne, Yamandu Costa affectionne évidemment tangos et milongas, mais donne aussi dans le choro et la bossa-nova, qu’il tire plus qu’habilement d’une sept cordes à laquelle il fait faire absolument tout ce qu’il veut.

Andy McKee - 3 juillet, 22 h - Andy McKee est un des meilleurs solistes acoustiques qui soient. Sa popularité sur la toile en est témoin : plus de 78 millions de visionnements sur YouTube ! On le retrouve même en 1re, 2e et 3e position des meilleurs vidéos de l’histoire du populaire site. Son succès sur le web a grandement influencé ses ventes d’album et de places de concert, l’amenant sur scène plus de 200 fois par année tout autour du globe. Un autodidacte des plus apprécié duquel on attend un nouveau disque cette année. À voir !

Charlie Hunter - 4 juillet, 18 h - Armé de son hybride à huit cordes, entre la basse et la guitare, Charlie Hunter ne cessera jamais de nous étonner par son éclectisme. Le titre de son plus récent disque, Gentlemen, I Neglected To Inform You You Will Not Be Getting Paid, lui a été inspiré à la fin d’une prestation, par un employé de bar… Nettement influencé par le old blues et le soul, cet auteur innovateur étourdit constamment son public, qui ne rate jamais un rendez-vous avec cette icône de la guitare.

Bob Brozman - 4 juillet, 20 h - Bob Brozman est un guitariste pas comme les autres. Artiste prolifique, interprète, producteur et auteur, il est aussi globe-trotter infatigable et chercheur en ethnomusicologie. Pionnier dans la recherche d’un dénominateur commun entre les différentes cultures du monde, il a marqué la sphère musicale en travaillant avec des musiciens tous azimuts et se révèle un véritable virtuose de la slide guitar. Il FAUT le voir aller et entendre son plus récent bijou, Post-Industrial Blues. Ça vaut vraiment le coup !

Monte Montgomery - 4 juillet, 22 h - Monte Montgomery a gagné le prix du meilleur guitariste acoustique sept années de suite au Festival SXSW. Il a cassé le manche de sa guitare quatre fois, en raison de son style musical intense. « Six cordes attachées à de la dynamite », « Le Hendrix de la guitare acoustique » et « La réponse au paradoxe de Fermi » ne sont que quelques-uns de ses sobriquets. Il a même son propre groupe de fanatiques, les Montiacs. Monte Montgomery, un dieu de la guitare ? En chair et en os ! Et ce soir il nous vient en trio !

Soirée CandyRat Records - 4 juillet 19 h - La crème de la crème de la crème des guitaristes prend d’assaut la scène du Théâtre Jean-Duceppe pour la soirée de clôture du Salon de Guitare de Montréal consacrée à l’étiquette indépendante américaine CandyRat Records. Ainsi, les Craig D’Andrea, Ewan Dobson (premier prix dans la catégorie acoustique du Grand prix de guitare de Montréal en 2009), Antoine Dufour, Gareth Pearson et Don Ross visiteront tour à tour les planches et nous réservent sans doute quelques surprises… Cinq guitaristes en rafale ; LA soirée pour les fous de guitare !

Billets en vente à compter de samedi midi

Les billets pour ces concerts exceptionnels seront en vente à compter du samedi 27 mars à midi. On peut se les procurer à la Place des Arts (175, rue Sainte-Catherine Ouest), au 514 842-2112 ou à laplacedesarts.com.

C’est donc un rendez-vous à la 4e édition du Salon de Guitare de Montréal, du 2 au 4 juillet, au Hyatt Regency Montréal. Pour tout savoir sur le Salon - et patienter jusqu’à l’été ! -, on peut consulter le salondeguitaredemontreal.com.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google