;
Communiqué pour diffusion immédiate

Le Festival de Jazz s’en vient…

Lionel Richie et Cassandra Wilson, Steve Miller Band et The Doobie Brothers, Paolo Fresu, MAnu Katché, Robert Glasper, Allen Toussaint,
Gipsy Kings, The Manhattan Transfer, Boz Scaggs, Sonny Rollins, Cesaria Evora, Terence Blanchard, Wax Tailor, Caravan Palace, Richard Bona, Tord Gustavsen Trio, Joan Armatrading, Andrew Bird, ainsi que le retour de Battle of the Bands avec le Harry James Orchestra et le Artie Shaw Orchestra…

Les grands noms affluent

à la 31e édition !

Billets en vente dès jeudi midi

Montréal, le lundi 29 mars 2010 - Mars, c’est l’annonce du printemps… et de nouveaux concerts du Festival International de Jazz de Montréal ! Et en se fiant au séduisant aperçu de la 31e édition présentée par TD en collaboration avec Rio Tinto Alcan, on peut déjà dire que le Festival recevra des invités de marque ! Les amateurs de jazz et de ses musiques parentes et les gourmands de découvertes musicales vont avoir de quoi se monter un incroyable calendrier musical ! Les billets pour les concerts de cette édition qui se déroulera du 25 juin au 6 juillet seront mis en vente dès ce jeudi 1er avril à midi.

Grande nouveauté pour la 31e édition :
des programmes doubles bien spéciaux !

Cet été, le Festival consolidera encore d’avantage sa réputation de fertile terreau de découvertes, de légendes et d’événements spéciaux avec deux « doublés » à l’extraordinaire marquise ! Autrement dit, non seulement ces spectacles prennent des allures d’événement par le seul prestige des artistes qu’ils mettent en scène, mais ils nous gâtent doublement en offrant deux grands noms pour le prix d’un !

Gala d’ouverture : Lionel Richie en spectacle et Cassandra Wilson et ses musiciens - 25 juin, 19 h, Salle Wilfrid-Pelletier, PdA (série Événements spéciaux TD) - Après Stevie Wonder l’an dernier, le Festival frappe encore un grand coup cette année avec un autre artiste que les organisateurs rêvaient de recevoir depuis les débuts du Festival : Lionel Richie ! Aussi bien roi du slow (Say You, Say Me, Endless Love…) que machine à hits dansants (All Night Long), parolier et compositeur prolifique (Lady pour Kenny Rogers ou We Are the World pour… le monde) ou jadis cœur et chanteur du célèbre groupe The Commodores - LA vedette des années 70 de l’écurie Motown -, il a mené une carrière extraordinaire et exemplaire et marqué la musique américaine, émaillant quatre décennies de notre culture musicale de succès à répétition qu’on a tous fredonnés - ou chantés à tue-tête ! Autre versant de ce grand programme double, Cassandra Wilson, une amie du Festival - d’ailleurs récipiendaire de notre Prix Miles-Davis 1999 - qui nous fait chaque fois succomber avec sa voix grave, veloutée et sensuelle et sa sensibilité blues qui ont notamment séduit Blue Note. Un programme double rempli de frissons !

Steve Miller Band et The Doobie Brothers - 5 juillet, 19 h, Salle Wilfrid-Pelletier, PdA (série Événements spéciaux TD) - Nouveau coup de maître pour les organisateurs du Festival que d’avoir réussi à réunir, sur la même scène et en même temps, deux groupes-phares du rock américain des années 70 ! Les Doobie Brothers, ce sont des hits comme What a Fool Believes, Listen to the Music, Rockin’ Down The Highway, You Belong to Me… Indépendamment, les gars de Doobie Brothers ont également joué pour tellement d’artistes en cours de carrière (Air Supply, Van Morrison, The Grateful Dead, The Beach Boys, Aretha Franklin, Whitney Houston…) qu’on se demande où ils ont trouvé le temps de jouer ensemble leur « rock’n’soul » depuis les années 70 ! Pour sa part, l’illustre Steve Miller Band, à qui l’on doit notamment The Joker, Jet Airliner, Fly Like an Eagle, Abracadabra, Take the Money and Run, Rock’n Me, garantit de rocker la soirée à fond ! De la visite d’une grande rareté pour un groupe qui, avec une quinzaine de disques à son actif, a marqué les 40 dernières années. Dans les deux cas, il s’agit de leur toute première prestation au Festival !

Le retour de Battle of the Bands !

Battle of the Bands avec le Harry James Orchestra et le Artie Shaw Orchestra - 4 juillet, 14 h et 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA - Le concept de ce spectacle unique qui nous replonge dans l’ambiance des grands ballrooms de New York de la fin des années 30 en a conquis plus d’un, au point qu’il s’exporte maintenant jusque dans l’ouest canadien et américain ! Après deux années de franc succès auprès des festivaliers, le Battle of The Bands remet ça et invite pour la première fois à Montréal le Artie Shaw Orchestra, l’aspirant de cette année, qui se mesurera au grand champion en titre de l’an dernier, le Harry James Orchestra, pour un nouveau « combat » sympathique où tous les coups sont permis… ou presque !

Du choix, encore du choix !

Boz Scaggs - 25 juin, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix Rio Tinto Alcan) - Si Boz Scaggs, une des voix les plus distinctes de la musique populaire, a entrepris sa carrière dans les années 60, c’est au milieu des années 70 qu’il a commis un rare disque parfait, Silk Degrees, sur lequel on retrouve entre autres Lowdown, We’re All Alone, Harbour Lights et Lido Shuffle. Beaucoup d’autres Hits ont suivi, comme en témoigne la compilation du même nom. Sur scène pour la toute première fois à Montréal, parions qu’il nous livrera sur scène une version encore mémorable de son mythique Loan Me a Dime, blues extraordinaire qui a fait les beaux jours d’une certaine radio FM d’ici…

The Manhattan Transfer - 26 juin, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix Rio Tinto Alcan) - En 2008, The Manhattan Transfer, véritable icône de l’art vocal à l’américaine des trois dernières décennies, faisait paraître The Definitve Pop Collection, un double rassemblant ses plus grands succès. Deux ans plus tard, le célèbre quatuor - détenteur après Michaël Jackson du record de l’album le plus nommé aux Grammy Awards -, est de retour avec un nouveau répertoire, celui du monstre sacré Chick Corea, dont il a su conserver toute la magie, le charme, la verve et la complexité, prouvant qu’après 37 ans, il est toujours à la hauteur de son extraordinaire renommée.

An Evening with Sonny Rollins - 27 juin, 19 h 30, Salle Wilfrid-Pelletier, PdA (série Événements spéciaux TD) - Déjà cinq ans depuis son dernier passage au Festival ! Cette année, à l’aube de ses 80 printemps, le Colosse nous visite peu avant de recevoir la 51e prestigieuse Edward MacDowell Medal, un honneur décerné pour la toute première fois à un musicien de jazz. Et c’est notamment avec sa nouvelle édition de Way Out West, formidable album originellement paru en 1957, que ce géant du sax ténor, un des derniers survivants du jazz de l’après-guerre, nous fera revivre plusieurs décennies de l’histoire du jazz.

Cesaria Evora. (Première partie : Lura) - 30 juin, 19 h 30, Salle Wilfrid-Pelletier, PdA (série Événements spéciaux TD) - Il est de ces artistes qu’on ne se lasserait jamais d’entendre. Comme la célèbre chanteuse capverdienne Cesaria Evora, 69 ans, marathonienne des scènes internationales qui a une de fois de plus ému la Salle Wilfrid-Pelletier en septembre 2008, dans le cadre la série Jazz à l’année. La revoilà avec sa populaire morna et un nouvel album, Nha Sentimento, nouveau chapitre de sa carrière, mais même intensité et même émotion entre joie de vivre et chagrin. En première partie, sa compatriote d’adoption (née à Lisbonne), la magnifique chanteuse Lura.

Terence Blanchard Quintet - 1er juillet, 20 h, Théâtre Jean-Duceppe, PdA (série Jazz Beat TD) - Il est à la fois virtuose de la trompette, directeur artistique du Thelonious Monk Institute of Jazz, compositeur de musique de film (dont la plupart de ceux de Spike Lee), récipiendaire de quatre Grammy Awards (2010 : Meilleur solo de jazz improvisé pour la pièce Dancin’ 4 Chicken, sur l’album Watts de Jeff « Tain » Watts) et Grand Prix du Disque 2009 de l’Académie Charles-Cros avec son récent Choices. Mais il trouve le temps de passer nous voir, une première depuis 2005. Alors qu’on se le tienne pour dit : une soirée exceptionnelle, rien de moins.

Wax Tailor et Caravan Palace (programme double) - 1er juillet, 20 h 30, Métropolis (série Rythmes Bell) -Le DJ français Wax Tailor compte parmi les artistes phares de la scène électro hip-hop internationale. Vivifiante bourrasque de trip-hop, hip-hop orchestral et down tempo, sa musique cinématique a fait exploser les frontières. Après avoir rempli L’Astral l’automne dernier, son groupe et lui sont de retour et partagent l’affiche avec la nouvelle sensation Caravan Palace, un sextuor excentrique dont la musique jubilatoire et frénétique, improbable charleston futuriste, dansant et mélodique, a fait vendre plus de 120 000 albums en France et fait fureur cet hiver dans la série Jazz à l’année.

Richard Bona - 2 juillet, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix Rio Tinto Alcan) - Le Los Angeles Times en disait : « Imaginez un artiste qui ait la virtuosité de Jaco Pastorious, la fluidité vocale de George Benson, le sens de la chanson et de l’harmonie de Joao Gilberto, le tout mélangé à la culture africaine, vous avez Richard Bona. » Après avoir offert en 2007 au Festival cinq concerts mémorables, le surdoué bassiste camerounais qui a joué avec les Higelin, Keita, Metheny et Malone revient avec les titres de The Ten Shade Of Blues, une ode transcendante et métissée, survolant en notes et en voix l’Amérique, mais aussi l’Afrique, l’Andalousie, l’Irlande et l’Asie.

Tord Gustavsen Trio - 3 juillet, 20 h, Théâtre Jean-Duceppe, PdA (série Jazz Beat TD) - De retour au Festival pour une 3e prestation, Tord Gustavsen présente son plus récent opus, Restored Returned, un fjord musical tout en couches et en profondeurs. Cette fois, l’incontournable pianiste norvégien et son trio adoptent une approche organique, vaguant, selon les aléas des rythmes, avec tout le groove subtil qu’on lui connaît. Entouré du bassiste Mats Eilertsen, du saxophoniste Tore Brunborg et de la sulfureuse chanteuse Kristin Asbjørnsen, le Tord Gustavsen Trio est une vraie bouffée d’air frais.

Une soirée avec Gipsy Kings - 4 juillet, 19 h 30, Centre Bell - C’est leur toute première visite au Festival ! Ils ont conquis le monde entier et vendu des millions d’albums en carrière, et cet été, c’est dans les estrades et sur le plancher du Centre Bell (où on retrouvera une piste de danse) que les festivaliers pourront vibrer au rythme de leurs chansons andalouses désormais si populaires - Bamboleo, Djobi Djoba et ces autres succès follement entraînants ! Élevés au rang de superstars, les Gipsy Kings ont fait école, mais ils en demeurent les maîtres !

Présenté par evenko et le Festival International de Jazz de Montréal.

Joan Armatrading - 5 juillet, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix Rio Tinto Alcan) - Considérée comme une artisane du blues, cette femme-orchestre nous livre une performance plus près de ses racines rock avec This Charmed Life, son 20e album en 30 ans de carrière. Après avoir récolté une pléthore de prix, dont trois nominations aux Grammy Awards, Joan Armatrading s’arrête enfin au Festival après une absence prolongée des scènes montréalaises. Elle affirme encore qu’elle continue d’écrire « parce qu’elle adore ça »… ça tombe bien, nous aussi on l’adore !

Andrew Bird - 6 juillet, 19 h 30, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix Rio Tinto Alcan) - Fantastique spécimen au talent rare et au chant lyrique et lumineux, il est une Noble Beast, pour faire écho au titre de son plus récent disque, dont les pièces, cordes vibrantes et voix aérienne chargée d’émotion, rappellent Jeff Buckley et Rufus Wainwright - c’est par ailleurs en première partie de Martha qu’Andrew Bird s’est exécuté à son premier passage au Festival en 2006, devant une foule complètement sous le charme. Encensé aux quatre coins du monde, le bel oiseau de Chicago se pose à Montréal avec une œuvre qui, bien que jeune, a déjà fait son nid parce que prodigieusement ambitieuse et bien ficelée.

La série Invitation… tellement invitante !

Paolo Fresu et Omar Sosa - 25 juin, 18 h, Gesù - Centre de créativité - En ouverture de la série Invitation à l’origine des plus belles collaborations du jazz, qui de mieux que le remarquable trompettiste italien Paolo Fresu qui, justement, nous a habitués à tant de ces complicités musicales ? Pour cette première soirée, ce grand ami du Festival (déjà à sa 11e présence chez nous !) monte sur scène avec le grand Omar Sosa. Ce sorcier du clavier, que d’aucuns considèrent comme le créateur d’un nouveau type de jazz latin, débarque avec son style sensuel aux tournures hip-hop aussi bien inspiré de ses origines cubaines que de la musique africaine ou arabe. Un sommet italo-cubain voulu par Paolo et livré pour vous !

Paolo Fresu et Ralph Towner - 26 juin, 18 h, Gesù - Centre de créativité - Paolo Fresu accumule les collaborations les plus variées qui font que chacune de ses visites est un renouvellement, pour le plus grand plaisir des amateurs de musique avides de découvertes. Il nous surprend chaque fois - comment oublier l’excellent hommage à Ferré ou ses collaborations avec John Hassell et Pat Metheny ? - et cette soirée ne fera pas exception, puisqu’il reçoit un artiste d’une grande finesse qui nous manquait terriblement, l’orfèvre de la guitare et un des fondateurs du groupe Oregon, l’excellent Ralph Towner. Cette collaboration sur scène, précédée du somptueux Chiaroscuro sur disques ECM, est un événement dans l’événement, rien de moins !

Paolo Fresu, Nils Petter Molvaer et MAnu Katché - 27 juin, 18 h, Gesù - Centre de créativité - Dernier arrêt pour notre trompettiste virtuose italien ! Toujours étonnant, le voilà qui propose un « trio » des plus intrigant en partageant la scène avec le trompettiste norvégien et moderne en diable Nils Peter Molvaer, pionnier du nu jazz et féru de musique électronique, et celui qui prendra le relais de la série Invitation et animera les deux prochaines soirées, le batteur de réputation internationale MAnu Katché. Exercice d’impro de haute voltige à l’horizon !

MAnu Katché Quartet - 28 juin, 18 h, Gesù - Centre de créativité - Il est régulier comme certaines comètes : le Festival International de Jazz de Montréal, pour lui, c’est aux 5 ans ! Et, dans son cas aussi, c’est toujours un événement ! En 2000 avec Sting, en 2005 avec son projet électro-jazz Tendances et, cet été, c’est trois fois plutôt qu’une ! Après avoir amorcé la riche série Invitation en tant qu’invité de Paolo Fresu, voilà que « le batteur le plus précis et le plus recherché des temps modernes » (Voir) rapplique en quartette, avec un tout nouvel album en poche, Third Round, chez ECM. Avec Tore Brunborg (saxophone), Alfio Origlio (piano/Fender Rhodes), Laurent Vernerey (contrebasse).

MAnu Katché, Sylvain Luc et Richard Bona - 30 juin, 18 h, Gesù - Centre de créativité - Le Français MAnu Katché est l’homme aux 1000 participations : de Tracy Chapman, à Joni Mitchell, en passant par Jean‑Jacques Goldman, Cabrel, Di Meola, Simple Minds, Voulzy, Satriani, Garbarek, Dire Straits et les Bee Gees, sans oublier la tournée de Peter Gabriel mise en scène par Robert Lepage ou la musique de films comme Léon (Le Professionnel) ou la Dernière tentation du Christ. Cette fois, le fabuleux batteur mélodique poursuit l’aventure avec deux virtuoses : le guitariste Sylvain Luc, icône du jazz français qui a notamment brillé au côté de Biréli Lagrène, et Richard Bona, le prodige camerounais de la basse qui, en 2007, avait remarquablement animé quatre concerts de la série Invitation !

Robert Glasper Trio - 1er juillet, 18 h, Gesù - Centre de créativité - Avec sa prestation au Festival en 2007, ce pianiste dont tout le monde parle a laissé une telle impression que beaucoup se sont précipités pour le revoir l’an dernier. Manque de bol, Robert Glasper a annulé son concert… Ce n’était toutefois que partie remise… et très bien remise, puisque ce sera pas moins de trois concerts qu’il offrira cette année, au cœur de la prestigieuse série Invitation et dans l’intimité du Gesù ! En ouverture de cette excitante trilogie, il s’entoure du contrebassiste Vicente Archer et du batteur Chris Dave, pour nous présenter son excellent nouvel album, Double Booked, estampillé Blue Note.

Robert Glasper avec Terence Blanchard - 2 juillet, 18 h, Gesù - Centre de créativité - Reconnu pour son exploration de la fusion entre jazz et autres styles musicaux et forcément amateur de collaborations tous azimuts (Kenny Garrett, Roy Hargrove, Mos Def…), Robert Glasper ne pouvait se pointer au Festival sans de délicieuses combinaisons artistiques en tête ! Pour cette soirée spéciale, le pianiste texan s’associe à une star de la trompette jazz, de la visite rare au Festival, le virtuose louisianais Terence Blanchard. Un duo d’enfer dans un sous-sol d’église… qui dit mieux ?

Robert Glasper Quartet avec Bilal - 3 juillet, 18 h, Gesù - Centre de créativité - Musicalement, le pianiste surdoué de Houston touche à tout (Herbie Hancock, Radiohead…) et tellement bien ! Mais s’il a un penchant parfaitement avoué, c’est bien le hip-hop et le R&B. On connaît d’ailleurs ses collaborations avec les Mos Def, DJ Jari Sundance, Q Tip, Beyoncé… Cette fois, il se présente avec son trio et le saxophoniste invité Casey Benjamin pour s’acoquiner avec une autre star du genre, Bilal, avec qui il a collaboré pour la partie hip-hop de son récent diptyque, Double Booked.

Allen Toussaint Solo - 4 juillet, 18 h, Gesù - Centre de créativité - En 2006, Elvis Costello et lui s’accompagnaient toute une soirée, ici-même au Festival. Le lendemain, le pianiste et chanteur septuagénaire participait à son tour à l’hommage à Paul Simon, en grand concert extérieur. Pourtant, ce sera la toute première fois que le Festival recevra cette légende du R&B louisianais dans un concert - ou plutôt deux - bien à lui ! Déjà un événement en soi, ce rare concert solo de ce pianiste, compositeur et producteur légendaire nous fera prendre la pleine mesure de sa place dans l’histoire de la musique américaine.

Allen Toussaint, Bright Mississippi avec Nicholas Payton, Don Byron, Marc Ribot, David Piltch and Jay Bellerose - 5 juillet, 21 h 30, Théâtre Maisonneuve, PdA - Bright Mississippi est une superbe et rare plongée (sur disque) dans le jazz d’un créateur qui est pourtant une figure marquante du rhythm’n'blues de la Nouvelle-Orléans. Et à l’écoute, on se demande pourquoi il ne s’y est pas risqué plus souvent ! Un projet d’une telle qualité pour lequel notre homme a su s’entourer de la crème de la crème : imaginez un peu ce que donnera sur scène la réunion des talents de Nicholas Payton, trompettiste émérite de la Nouvelle-Orléans, Don Byron, clarinettiste aussi explosif qu’intelligent, et l’inclassable Marc Ribot aux guitares. Complètent le portrait le contrebassiste David Piltch et le batteur Jay Bellerose, une section rythmique impeccable de subtilité. Les critiques ne s’y sont pas trompés en mettant unanimement le disque dans le top 5 de l’année dernière. Prédisons un concert mémorable !

… ainsi que les concerts déjà annoncés

… pour la 31e édition du Festival International de Jazz de Montréal (billets sont déjà en vente, description au montrealjazzfest.com) : David Sanborn et Joey DeFrancesco ; Harry Manx band ; Taj Mahal en programme double avec The Fabulous Thunderbirds ; George Benson ; Laurie Anderson, Lou Reed et John Zorn ; et John Scofield & The Piety Street Band.

… dans le cadre de la série Jazz à l’année (billets sont déjà en vente, description au montrealjazzfest.com) : à L’Astral (Lee Oskar avec le David Rotundo Band ; Molly Johnson ; Susana Baca ; Arthur H solo ; Fortin-Léveillé-Donato-Nasturica ; Marcus Miller, Tutu Revisited featuring Christian Scott ; Andrew Jr. Boy Jones ; Cindy Blackman ; David Binney Quartet ; Steve Hill and the Majestiks ; Tuck & Patti ; Le Stephen Barry Band, Spectacle 35e anniversaire avec invités spéciaux Susie Arioli et Jordan Officer ; Steve Strongman) et au Métropolis (Jesse Cook, The Rumba Foundation ; George Thorogood and the Destroyers).

… ainsi que ceux de la série Guitarissimo du Salon de Guitare de Montréal : David Reinhardt, Matt Andersen, Sylvain Luc, Lionel Loueke, Yamandu Costa, Andy McKee, Charlie Hunter, Bob Brozman, Monte Montgomery et la Soirée CandyRat Records.

Billets en vente dès le jeudi 1er avril, à midi

Les billets pour ces concerts de la 31e édition du Festival International de Jazz de Montréal seront en vente à compter de jeudi 1er avril à midi. On pourra se les procurer à la billetterie centrale du Festival - située au Métropolis (59, rue Sainte‑Catherine Est), ou sur les réseaux Ticketpro (ticketpro.ca, 514 908‑9090 ou 1 866 908‑9090) et Admission (admission.com, 514 790-1245 ou 1 800 361-4595), sauf pour les concerts présentés à la Place des Arts (175, rue Sainte-Catherine Ouest, laplacedesarts.com ou 514 842-2112).

Pour tout savoir avant tout le monde, inscrivez-vous à l’Infolettre Spectra et recevez toute l’information concernant les primeurs du Festival International de Jazz de Montréal. Pour plus de renseignements, il faut joindre la Ligne Info-Jazz Bell au 514 871-881 ou sans frais au 1 888 515‑0515, ou encore visiter le montrealjazzfest.com.

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google