;
Communiqué pour diffusion immédiate

Concerts en salle de la 31e édition du Festival International de Jazz de Montréal
Nouvelles séries, grandes premières, programmes doubles spéciaux…

Le Festival se met sur son 31 !

Billets en vente dès samedi midi

Montréal, le mardi 4 mai 2010 - Voici enfin venu le dévoilement de la programmation en salle de la 31e édition du Festival International de Jazz de Montréal présenté par TD en collaboration avec Rio Tinto Alcan ! Les amateurs de jazz en rêvaient, les fous de blues trépignaient, les friands de musique du monde s’impatientaient, bref, tous ceux qui ont un tant soit peu la fibre musicale ressentiront sûrement un brin d’excitation en découvrant l’incroyable diversité des concerts offerts aujourd’hui. Il faut dire que le Festival a fait ça en grande cette année, avec des invités de marque de toutes les contrées les plus diverses de la planète jazz, des sensations de l’heure comme des légendes indiscutables, de toutes nouvelles séries de concerts, des programmes doubles très spéciaux - à croire que l’édition anniversaire de l’an dernier se poursuit ! Les billets pour les concerts de cette édition qui se déroulera du 25 juin au 6 juillet seront mis en vente dès ce samedi 8 mai midi.

Une liste d’invités prestigieux…

…et ce, dès le premier jour, avec le Gala d’ouverture qui met en vedette Lionel Richie et Cassandra Wilson, jusqu’à l’autre méga « doublé » en fin de parcours, avec le Steve Miller Band et The Doobie Brothers, voire jusqu’au dernier soir avec, par exemple, The Moody Blues ! Au chapitre des légendes, ajoutons entre autres Sonny Rollins, Bobby McFerrin, Herbie Hancock, Laurie Anderson, Lou Reed, Wanda Jackson, Dave Brubeck, George Benson, Smokey Robinson (qui se produira avec Nadja), Joan Armatrading… On ne peut évidemment nommer tout le monde, mais impossible pourtant de taire les Cyndi Lauper, Lewis Furey, Ben E. King, Daniel Lanois, Gipsy Kings, Boz Scaggs, Cesaria Evora, Terence Blanchard, The Roots, Emilie Simon ou Roy Hargrove. Parmi les ambassadeurs de la scène nationale, on verra défiler les Guy Nadon - un de ses doyens -, Lorraine Desmarais, François Bourassa, Chet Doxas, Papasoff, Harry Manx, Vic Vogel, pour ne nommer qu’eux. Du côté des recrues et des nouvelles sensations, nommons les Basia Bulat, Bobby Bazini, Jordan Officer - enfin un premier album ! -, Plants and Animals, John Butler, ou encore la jeune Nikki Yanofsky, de retour à la planète jazz après avoir chanté pour le monde olympique.

De nouvelles séries… en série !

Alors qu’il est déjà difficile de faire un choix parmi tous les concerts qu’on voudrait voir, voilà que le Festival ajoute de nouvelles séries ! Aussi, pour atténuer le douloureux dilemme, ne parlons que des nouvelles séries en salle… La Chapelle historique du Bon-Pasteur sera l’hôte de Piano solo, une série entièrement consacrée à de grands musiciens de cet instrument unique. Au Théâtre du Nouveau Monde, place à la grande fête espagnole avec la série El Duende Flamenco présentée par Air France qui mettra la musique, le chant et la danse à l’honneur. On en veut encore ? Sachons que le Musée d’art contemporain deviendra une salle de spectacle grâce à la nouvelle série Musique au MAC et qu’on pourra faire des soupers-croisières musicaux grâce au Bateau-Mouche qui mettra Paulo Ramos en vedette pendant 6 soirs. Tout ça sans oublier les extraordinaires « doublés » précités !

Gala d’ouverture

Représentation supplémentaire pour l’exceptionnel « doublé »

de Lionel Richie et Cassandra Wilson !

Un concert d’ouverture ? Mieux, un gala ! Mieux encore, une représentation supplémentaire le 26 juin ! Qui pouvait résister à ce combo exceptionnel ? Pas étonnant que les billets s’envolent !

Après Stevie Wonder l’an dernier, le Festival frappe encore un grand coup cette année avec un autre artiste que les organisateurs rêvaient de recevoir depuis les débuts du Festival : Lionel Richie ! Aussi bien roi du slow (Say You, Say Me, Endless Love…) que machine à hits dansants (All Night Long), parolier et compositeur prolifique (Lady pour Kenny Rogers ou We Are the World pour… le monde) ou jadis cœur et chanteur du célèbre groupe The Commodores - LA vedette des années 70 de l’écurie Motown, avec ses Three Times A Lady, Still, Nightshift… -, il a mené une carrière extraordinaire et exemplaire et marqué la musique américaine, émaillant quatre décennies de notre culture musicale de succès à répétition qu’on a tous fredonnés - ou chantés à tue-tête ! Autre versant de ce grand programme double, Cassandra Wilson, une amie du Festival - d’ailleurs récipiendaire de notre Prix Miles-Davis 1999 - qui nous fait chaque fois succomber avec sa voix grave, veloutée et sensuelle et sa sensibilité blues qui ont notamment séduit Blue Note. Un programme double rempli de frissons ! Gala d’ouverture : Lionel Richie en concert et Cassandra Wilson et ses musiciens - 25 juin et supplémentaire 26 juin, 19 h, Salle Wilfrid-Pelletier, PdA (série Événements spéciaux TD). Présenté en collaboration avec CBC/Radio-Canada.

Un concert de clôture pour les 90 ans de Dave Brubeck

Cette année, le Festival a tenu à offrir son toujours prestigieux concert de clôture au pianiste légendaire et grand ami du Festival - il nous visite épisodiquement depuis la 2e édition du Festival ! - Dave Brubeck pour célébrer les 90 ans qu’aura l’artiste en décembre. Les organisateurs en profiteront d’ailleurs pour lui remettre un Prix Miles-Davis « hors série », un prix spécial qui vise à souligner l’ensemble de l’œuvre remarquable du grand musicien et compositeur qui a étudié avec Darius Milhaud.

Précurseur en polyphonie, en contrepoint, et en improvisation, le pianiste et compositeur Dave Brubeck, une véritable légende vivante, a mené le genre vers de nouveaux sommets en style et en popularité. Premier à vendre un million d’exemplaires d’un album jazz (Time Out, 1959), il s’est mérité, au fil des ans, bon nombre d’accolades dont une étoile sur le Hollywood Walk of Fame et près d’une dizaine de doctorats honorifiques. Et après plus de 50 ans de carrière, ce favori du Festival continue d’épater les foules en spectacle ! Dave Brubeck Quartet, 5 juillet, 21 h, dans l’intimité du Théâtre Maisonneuve, PdA (série Les Grands concerts). Présenté en collaboration avec CBC/Radio-Canada.

Le gagnant du Grand Prix de Jazz TD 2010, choisi lors du Festival parmi les 10 artistes ou groupes de jazz en lice cet été, aura l’honneur de se produire en première partie de ce concert d’exception.

La programmation, série par série

La série Les Événements spéciaux TD, 19 h 30, Salle Wilfrid-Pelletier de la PdA

♫ À l’aube de ses 80 printemps, le géant du sax ténor Sonny Rollins (Une soirée avec Sonny Rollins, 27 juin), un des derniers survivants du jazz de l’après-guerre, nous fera revivre plusieurs décennies de l’histoire du jazz. ♫ Chanteur-compositeur-producteur et un des plus grands auteurs (pensons à You’ve Really Got a Hold on Me, reprise par les Beatles, ou encore My Girl), Smokey Robinson (28 juin, exceptionnellement à 19 h) - ex-Miracle et figure emblématique chez Motown, qualifié par Dylan de « plus grand poète au monde » -, fête ses 50 ans de carrière avec nous ! En première partie, la chanteuse R&B Nadja, consacrée par les Québécois avec plus de 50 000 albums vendus. ♫ La célèbre chanteuse capverdienne Cesaria Evora est de retour avec sa populaire morna et un nouvel album, Nha Sentimento, nouveau chapitre de sa carrière, mais même intensité et même émotion entre joie de vivre et chagrin. Première partie : Lura. ♫ Autre événement spécial, en exclusivité canadienne, l’illustre guitariste-compositeur-interprète George Benson, qui redéfinit depuis plus de 30 ans les standards de la pop, du R&B et du jazz, nous présente, accompagné de 30 musiciens, An unforgettable tribute to Nat King Cole (1er juillet), un vibrant hommage au légendaire crooner. ♫ Encore une soirée spéciale avec un spectacle aussi exceptionnel qu’intrigant avec Laurie Anderson, Lou Reed et John Zorn (2 juillet) : un trio d’explorateurs-improvisateurs comme on a rarement la chance d’en voir ! ♫ Le trio piano-contrebasse-batterie formé par Keith Jarrett (Prix Miles-Davis du Festival en 2004), Gary Peacock et Jack DeJohnette (3 juillet) est un bel exemple de parfaite symbiose entre musiciens plus complices que la complicité même. ♫ On veut tous passer Une soirée avec Gipsy Kings (4 juillet, changement de salle) ! D’autant plus que, malgré qu’il ait conquis le monde entier et vendu des millions d’albums en carrière, le groupe en est à sa toute première visite au Festival ! Bamboleo, Djobi Djoba et autres succès follement entraînants de ces superstars nous attendent ! ♫ Un « doublé » exceptionnel avec les groupes-phares du rock américain des années 70, le Steve Miller Band et The Doobie Brothers (5 juillet, exceptionnellement à 19 h), qui en sont à leur toute première visite au Festival… La soirée va rocker ! ♫ Des chansons planantes, simples et efficaces, des classiques du pop-rock, voilà la mythique formation The Moody Blues (6 juillet), qui a réussi l‘exploit d’émerger en pleine époque progressive. Les inconditionnels vont faire la queue !

La série Les Grands concerts, 21 h 30, Théâtre Maisonneuve de la PdA

♫ Plus de 10 ans après le dernier passage de David Sanborn (25 juin) au Festival, rendu mémorable par son remarquable jeu scénique et son charisme indéniable, cet imprévisible compositeur nous présente en trio son captivant 24e album, avec nul autre que le célèbre organiste américain Joey DeFrancesco. ♫ Cinq fois lauréat d’un Grammy, l’extraordinaire bassiste Victor Wooten (26 juin) - aussi connu au sein de Béla Fleck and the Flecktones - nous visite pour la première fois avec son seul nom sur la marquise ! ♫ Récipiendaire du Prix Miles-Davis en 1997, l’icône incontestable du piano Herbie Hancock (27 juin) nous présente The Imagine Project, un concert sans frontières, avec notamment le guitariste Lionel Loueke et le batteur Vinnie Colaiuta. ♫ Le célèbre trompettiste Roy Hargrove (28 juin) - un habitué du Festival -, un des plus créatifs et innovateurs de sa génération, nous subjuguera avec son Big Band et son invitée Roberta Gambarini. ♫ Autre soirée spéciale, cette fois en hommage au 100e anniversaire de naissance du grand maître Django Reinhardt, Gypsie Planet avec Christian Escoudé, Marcel Azzola, Florin Niculescu, David Reinhardt, Darryl Hall et Jean-Baptiste Laya (30 juin) est un spectacle qui se fera sous le signe du rythme et de la variété. ♫ Pour cette Soirée spéciale avec le John Zorn’s Masada Marathon (1er juillet) en deux volets, nous aurons la chance de voir Uri Caine, Mark Feldman, Marc Ribot, Cyro Baptista, Dave Douglas et plusieurs autres s’échanger la scène à tour de rôle dans différentes formations. ♫ Ahmad Jamal (2 juillet), pianiste et concepteur musical hors-norme admiré par Miles Davis, fête ses 80 ans avec nous avec son A Quiet Time. Le retour d’une légende après 20 ans d’absence ! ♫ En plus de nous offrir ses grands classiques (Stand by Me…), l’ex-Drifters Ben E. King (4 juillet) débarque avec les pièces de son tout nouvel album, Heart and Soul, une jolie sélection de standards jazz et R&B.

La série Rythmes Bell, 20 h 30, Métropolis

♫ Le groupe montréalais Plants and Animals (25 juin), qui concocte un son à la fois analogue et orchestral, présente le spectacle de son second album, La La Land, plus dru, plus rock, mais toujours aussi urbain ! Première partie : The Besnard Lakes. ♫ Programme triplement « spiné » pour les 20 ans de Ninja Tune : des artistes et des DJ qui élèvent le genre à une véritable forme d’art : Spank Rock, Kid Koala Presents The Slew Live: 6 turntables meet the Ex-Wolfmother Rhythm Section et DJ Food (26 juin) ! ♫ Place à une véritable légende vivante avec Eric Burdon and the Animals (27 juin, places assises) : en 1964, le méga tube House of the Rising Sun les lançait. Puis il y a eu les Don’t Let Me Be Misunderstood et It’s My life, l’intronisation au Rock and Roll Hall of Fame et, aujourd’hui, le retour du chanteur d’origine Eric Burdon avec le groupe reformé. Un plaisir dont il serait bête de se priver ! ♫ Autre grand « doublé », The Fabulous Thunderbirds et Taj Mahal & The Trio (28 juin) : l’un est un groupe mythique du Texas - mieux : un party band qui barde son blues-rock-R&B d’une énergie contagieuse - qu’on n’avait pas vu au Festival depuis 18 ans - et l’autre une référence dans la grande histoire du blues… Party en vue ! ♫ Le Festival est fier d’accueillir pour une 3e fois le meilleur groupe hip-hop live sur terre : The Roots (30 juin) ! Avec leur hip-hop complètement différent, les membres du groupe jamment comme des fous et, sur scène, ça déménage ! ♫ Après avoir rempli L’Astral l’automne dernier, le DJ français Wax Tailor et son groupe sont de retour et partagent l’affiche avec la nouvelle sensation électromanouche Caravan Palace, un sextuor excentrique de musique jubilatoire et frénétique (1er juillet). ♫ Cette année, le génial et ambitieux Daniel Lanois fonce droit sur son vieil amour, le Métropolis, qui vibrera de son nouveau et excitant Black Dub (2 juillet), un quartette d’enfer avec Brian Blade, Jim Wilson et Trixie Whitley. ♫ Andreya Triana, Bonobo et Mr. Scruff (3 juillet) célébreront les 20 ans de Ninja Tune en grand ! Qui d’autre que la révélation soul de 2010 en Angleterre, l’artiste le plus écouté de l’étiquette - au monde - et Monsieur groove-funk-ska seraient mieux placés pour le faire ? ♫ Après son remarquable Bring Ya to the Brink (et évidemment bien après le planétaire Time After Time, qu’elle a coécrit et qu’un certain Miles Davis a repris en version instrumentale !), Cyndi Lauper (4 juillet) arrive avec son album Memphis Blues, continuant d’être la fille qui veut juste s’amuser… et nous surprendre ! ♫ George Clinton est, avec James Brown, un des artistes les plus échantillonnés du hip-hop. Il présente avec son groupe Parliament une toute première prestation au Festival qui promet d’être légendaire (5 juillet) ! Première partie : God Made Me Funky. ♫ À la demande générale, revoici Jason Bajada, qui a une obsession pour les chansons tristes, mais qui les transpose en folk-rock enjoué, ainsi que le phénomène australien John Butler, en trio, avec un nouvel album : April Uprising (6 juillet).

La série En voix Rio Tinto Alcan, 18 h, Théâtre Maisonneuve de la PdA

♫ Sur scène pour la toute première fois à Montréal, parions que le véritable jukebox humain Boz Scaggs (25 juin) nous livrera notamment une version encore mémorable de son mythique Loan Me a Dime, blues extraordinaire qui a fait les beaux jours d’une certaine radio FM d’ici… ♫ Le célèbre quatuor vocal The Manhattan Transfer (26 juin) est de retour avec des interprétations vocales du répertoire du monstre sacré Chick Corea, dont il a su conserver toute la magie, le charme, la verve et la complexité. ♫ Découverte au Festival en 2006 devant des milliers de spectateurs alors qu’elle n’avait que 12 ans, Nikki Yanofsky (27 juin) présentera son premier album studio, Nikki, une collection de classiques du jazz et de chansons originales. ♫ Après des concerts affichant complet à L’Astral l’automne dernier, le Canadien Harry Manx (28 juin) s’amène pour la première fois avec un band. Première partie : Melissa Laveaux (en duo), nouvelle coqueluche de Montréal qui connaît un succès certain en Europe, avec l’étiquette No Format. ♫ Le pionnier de la musique a cappella Bobby McFerrin (30 juin) est de retour avec VOCAbuLarieS, son concept qui nous entraîne aux confins du gospel, du soul et du funk. ♫ Pour cette Soirée spéciale avec le John Zorn’s Masada Marathon (1er juillet) en deux volets, nous aurons la chance de voir Jamie Saft, Erik Friedlander, Joey Baron, Greg Cohen, Marc Ribot, Cyro Baptista et plusieurs autres s’échanger la scène à tour de rôle dans différentes formations. ♫ Après avoir offert en 2007 au Festival 5 concerts mémorables, le surdoué bassiste camerounais Richard Bona (2 juillet) revient avec The Ten Shades Of Blues, une ode transcendante et métissée. ♫ Habitué du Festival (qui lui a remis le Prix Miles-Davis en 1998), le guitariste John Scofield (3 juillet) s’y produira cette année en compagnie du Piety Street Band, avec qui il a signé au printemps 2009 son 36e album en carrière, sur lequel il renoue et remanie blues et gospel de son jeu si distinctif. ♫ Après deux années de franc succès auprès des festivaliers, Battle of the Bands (4 juillet), ce concept d’« affrontement » musical qui nous replonge dans l’ambiance des grands ballrooms de New York de la fin des années 30, opposera le champion en titre, le Harry James Orchestra, et, pour la première fois ici, le Artie Shaw Orchestra. ♫ Après avoir récolté une pléthore de prix, dont trois nominations aux Grammy, l’artisane du folk Joan Armatrading (5 juillet) s’arrête enfin au Festival avec un album blues après une absence prolongée des scènes montréalaises. ♫ Encensé aux quatre coins du monde, le bel oiseau de Chicago qu’est Andrew Bird (6 juillet, exceptionnellement à 19 h 30) se pose à Montréal avec une œuvre qui, bien que jeune, a déjà fait son nid parce que prodigieusement ambitieuse et bien ficelée.

Hors série : El Duende Flamenco, 20 h, Théâtre du Nouveau Monde,
présentée par Air France

Cette série toute spéciale nous fera découvrir le meilleur de l’Espagne ! ♫ Adulé par la critique, gagnant de nombreux prix, Dorantes (25 et 26 juin) est certainement la nouvelle star du piano flamenco… disons qu’il a ça dans le sang ! ♫ C’est en compagnie de ses complices espagnols que Chano Dominguez (27 et 28 juin) nous visite et nous interprète les pièces de deux projets extraordinaires à paraître bientôt : Iberian Piano et, surtout, Flamenco View, un hommage vibrant et fougueux au mythique Kind of Blue de Miles Davis. ♫ Surnommé « El Cigala » (ou « la langoustine »), Diego Jiménez Salazar (29 et 30 juin) porte aussi une autre appellation, plus près de son immense talent de chanteur : le Sinatra du flamenco. ♫ Le gitan français d’origine espagnole Juan Carmona (2 et 3 juillet), dans la lignée des grands guitaristes flamenco tels Paco de Lucia, Paco Peña et Tomatito, a triomphé en Andalousie et nous fait grâce de sa présence flamenca avec le spectacle de son plus récent album, El sentido del aire.

La série Piano solo, 19 h, Chapelle historique du Bon-Pasteur

♫ Le pianiste new-yorkais et véritable virtuose Vijay Iyer (25 juin), l’une des plus imposantes figures qui aient émergé dans le jazz des dernières années, nous fait l’honneur de cette prestation solo spéciale. ♫ Icône du jazz d’ici, récipiendaire du prix Oscar-Peterson 2002, Lorraine Desmarais (26 et 27 juin) présente, pour sa 19e invitation au Festival, une soirée solo bien spéciale. ♫ Habitué du jam en duo, du trio et du quartette, le jeune claviériste Marco Benevento (28 juin) livre un avant-jazz qui sonne, même en version solo épurée, comme une tonne de briques ! Un artiste 100 % original ! ♫ Récipiendaire du prix Oscar-Peterson de 2007 pour sa contribution au jazz canadien, François Bourassa (30 juin), plus de 25 ans de carrière, nous offre le privilège de le voir en solo. Place à l’émotion ! ♫ Jean-François Groulx (1er juillet), un des multi-instrumentistes compositeurs et arrangeurs les plus demandés au Québec, nous offre une représentation pur talent à voir absolument. ♫ L’enfant prodige du jazz Tigran Hamasyan (2 et 3 juillet) dépasse à peine le cap de la vingtaine et ne cesse de cumuler les prix avec ses compositions qui intègrent notamment des éléments de hard rock et de folklore arménien. ♫ Bugge Wesseltoft (4 juillet) : il s’agit d’une expérience hors norme où le piano, entouré de consoles, d’ordinateurs et autres automates sont sous les commandes d’un créateur des plus futuristes et fascinants ! ♫ L’incontournable, la référence du jazz montréalais Jean Beaudet (5 juillet) « nous rappelle que le jazz… est d’abord une affaire de tripes, dont la tête et les mains sont les fidèles serviteurs » (La Presse). Que dire de plus ?

La série Les Couleurs SAQ, 19 h, Club Soda

♫ Poète activiste et rappeur avant l’heure, Gil Scott Heron (25 juin), auteur des fameux The Revolution will not be Televised et Pieces of a man, nous livre un premier album en 13 ans, I’m New Here. ♫ Insoumis aux dictats de la musique traditionnelle, le canado-cubain Alex Cuba (26 juin), qui a fait salle comble à L’Astral à l’automne, a un style rock soul cubain unique qui le popularise à un rythme fulgurant. ♫ Le musicien, auteur-compositeur et producteur américain Ben Sidran, pierre angulaire dans le milieu de la musique contemporaine, nous présente notamment ses interprétations personnelles de ses favoris de Dylan, tirées de son album Dylan Different (27 juin). ♫ Geoffrey Gurrumul Yunupingu (28 juin) est un être d’exception : un aborigène aveugle issu du nord-ouest de l’Australie et chantant presque uniquement en son dialecte, il réussit à transcender frontières, langues et cultures. ♫ Ex-membre renommé des Fugees, le producteur, compositeur et rappeur John Forté (30 juin), aguerri d’une vision renouvelée de la vie, nous livre son 3e album solo en carrière, Water, Light, Sound. ♫ Le groupe californien The Aggrolites (1er juillet) a le ska, le reggae et le soul dans le sang et semble bien décidé à nous les graver dans la tête. Et à juger de sa popularité toujours grandissante, force est de croire qu’il réussira ! ♫ Difficile de croire que Bobby Bazini (2 juillet), l’interprète du succès radiophonique I Wonder a à peine 20 ans : son soul R&B teinté de blues et de folk et sa voix singulière sont d’une surprenante maturité. ♫ Après trois soirs de franc succès à L’Astral au Festival MONTRÉAL EN LUMIÈRE, il faut absolument voir (ou revoir) la magnifique étoile polaire Elisapie Isaac (3 juillet), accompagnée d’un quatuor à cordes et de There Will Be Stars, son premier album solo. ♫ Voilà un moment que Quartango (4 juillet) ne nous a pas honorés de sa présence au Festival, c’est donc un énorme plaisir de revoir le groupe et ses danseurs pour la prestation de leur plus récente inclinaison, El Fuego. ♫ Groupe de musiciens formé dans les rues de Kinshasa, Staff Benda Bilili (5 juillet) défie toutes conventions ! Tous les membres sont paraplégiques et leur musique, comme un cri du cœur, retentit comme des éclats de toute la diaspora.

La série Invitation Hyatt Regency Montréal, 18 h, Gesù - Centre de créativité
présentée en collaboration avec Galaxie

♫ Le grand ami trompettiste du Festival Paolo Fresu (déjà à sa 11e présence chez nous !) monte sur scène avec le sorcier du clavier Omar Sosa pour un sommet italo-cubain voulu par Paolo et livré pour vous (25 juin) ! ♫ Le lendemain (26 juin), Fresu reçoit un artiste d’une grande finesse qui nous manquait terriblement, l’orfèvre de la guitare et un des fondateurs du groupe Oregon, l’excellent Ralph Towner. ♫ Exercice d’impro de haute voltige à l’horizon : Paolo Fresu, Nils Petter Molvaer et MAnu Katché (27 juin), respectivement trompettiste virtuose italien, trompettiste norvégien moderne en diable et batteur de réputation internationale… un « trio » des plus intrigant ! ♫ Après avoir amorcé la riche série Invitation en tant qu’invité de Paolo Fresu, voilà que MAnu Katché (28 juin), « le batteur le plus précis et le plus recherché des temps modernes » (Voir), rapplique en quartette, avec un tout nouvel album en poche, Third Round. ♫ Cette fois, le fabuleux batteur mélodique MAnu Katché poursuit l’aventure avec deux virtuoses : le guitariste Sylvain Luc, icône du jazz français, et Richard Bona, le prodige camerounais de la basse (30 juin). ♫ En ouverture de cette excitante trilogie, le pianiste texan Robert Glasper (1er juillet) vient en trio entouré du contrebassiste Vicente Archer et du batteur Chris Dave pour nous présenter son excellent nouvel album, Double Booked, estampillé Blue Note. ♫ Pour cette soirée spéciale, Robert Glasper s’associe à une star de la trompette jazz, de la visite rare au Festival, le virtuose louisianais Terence Blanchard (2 juillet). ♫ Cette fois, Robert Glasper se présente avec son trio et le saxophoniste invité Casey Benjamin pour s’acoquiner avec une autre star du genre, Bilal, avec qui il a collaboré pour son récent diptyque, Double Booked (3 juillet).♫ Déjà un événement en soi, ce rare concert solo du légendaire pianiste, compositeur et producteur Allen Toussaint (4 juillet) nous fera prendre la pleine mesure de sa place dans l’histoire de la musique américaine. ♫ Enfin, pour couronner cette magnifique série, un « all-star » avec Bright Mississippi d’Allen Toussaint avec Nicholas Payton, Don Byron, Marc Ribot, David Piltch and Herman LeBeaux (5 juillet, exceptionnellement à 21 h 30 au Théâtre Jean-Duceppe), une superbe et rare plongée dans le jazz d’un créateur qui est pourtant une figure marquante du rhythm’n'blues de la Nouvelle-Orléans.

La série Musique au MAC, 20 h, Musée d’art contemporain

♫ Son 2e disque en poche, Heart of my Own, la Torontoise d’origine polonaise Basia Bulat (du 25 au 27 juin) est prête à ensorceler les festivaliers avec son folk blues d’une douceur enivrante. ♫ L’iconoclaste pianiste, violoniste, cinéaste et compositeur Lewis Furey (28 et 30 juin, 1er juillet) a épaté tout le monde avec la sortie de Selected Songs, une collection de chansons glanées sur 30 ans de carrière. Une occasion unique de revisiter un grand artiste. ♫ Concert spécial : le maître du saxophone baryton John Surman accompagné de Howard Moody au grand orgue (2 juillet) : un des plus importants saxophonistes et auteurs-compositeurs britanniques rencontre un virtuose de l’orgue d’église prêt à innover : et une nouvelle façon de penser le jazz est née ! (Présenté exceptionnellement à l’église St-James, avec l’appui du British Council). ♫ Une part spoken word, une part world-folk, mais poétiques avant tout, les compositions de NEeMA (4 juillet) rappellent une certaine sensibilité à la Leonard Cohen - qui a d’ailleurs collaboré à la production de son nouvel album, dont il a illustré la pochette - et sont interprétées d’une voix soyeuse avec une fragilité désarmante.

La série Jazz Beat TD, 20 h, Théâtre Jean-Duceppe de la PdA,
p
résentée en collaboration avec CBC Radio 2 (93.5 FM)

♫ Une autre soirée au concept attendu ! Quarante ans après l’enregistrement de Bitches Brew, album révolutionnaire de Miles Davis, huit musiciens prodiges (Vernon Reid, Graham Haynes, DJ Logic, Lonnie Plaxico, James Hurt, JT Lewis, Adam Rudolph et Antoine Rooney), rendent hommage à cet enregistrement phare qui a marqué l’histoire du jazz (25 juin). ♫ Cinq ans après sa dernière visite au Festival, le David Sánchez Group (26 juin) a bien l’intention de nous en mettre plein la vue ! Première partie : Omar Sosa solo. ♫ Le guitariste et compositeur Mike Stern (Prix Miles‑Davis 2007), est enfin de retour ! Il s’accompagne cette fois de notre très talentueux Alain Caron, de Bob Franceschini et de Lionel Cordew pour un show qui promet d’être génial (27 juin) ! ♫ De retour pour une 31e année au Festival, le pianiste infatigable, arrangeur et chef d’orchestre montréalais de renommée mondiale Vic Vogel (28 juin) prépare un spectacle bien spécial cette année, un retour au jazz au cœur d’un sextette. ♫ Cette année, Ron Di Lauro présente le Porgy and Bess qu’a interprété Miles Davis, dirigé par Joe Muccioli, une réinvention big band de la célèbre comédie musicale de Gershwin. Une soirée tout à fait spéciale (30 juin) ! ♫ Le virtuose de la trompette Terence Blanchard (1er juillet) passe nous voir - en quintette ! -, une première depuis 2005. Alors qu’on se le tienne pour dit : une soirée exceptionnelle, rien de moins. ♫ Fidèle habitué du Festival, Jack DeJohnette, l’un des plus grands batteurs au monde, reçoit ses amis Rudresh Mahanthappa, Dave Fiuczynski, George Colligan et Jerome Harris, tous issus de ses différents univers musicaux (2 juillet). On a hâte ! ♫ De retour au Festival pour une 3e prestation, Tord Gustavsen (3 juillet) présente son plus récent opus, Restored Returned, entouré de son ensemble constitué du bassiste Mats Eilertsen, du saxophoniste Tore Brunborg et du batteur Jarle Vespestad.

La série TD Jazz d’ici La Presse, 18 h, L’Astral,
présentée en collaboration avec Espace musique (100,7 FM)

Jean Derome, l’homme derrière la musique d’au moins 30 films subjugue la scène du Festival une fois de plus, s’accompagnant de ses Dangereux Zhoms pour servir To Continue, leur dernier CD, un mélange audacieux de jazz, de rock, de bruit et d’électronique (26 juin). ♫ 2010 promet d’être une année somme toute flamboyante : notre patenteux national Guy Nadon (27 juin) sera accompagné de pas moins de six autres musiciens sur scène pour une prestation des plus intenses. ♫ Un favori du Festival depuis 2002, le jeune saxophoniste, compositeur et arrangeur montréalais Chet Doxas (28 juin) nous revient avec un tout nouveau CD, Big Sky, pour notre plus grand plaisir ! ♫ Felix Stüssi 5 & Jean-Nicolas Trottier rendront Hommage à Len Dobbin (29 juin), ce grand journaliste, photographe, animateur de radio et pilier du mouvement jazz montréalais qui nous a quittés l’an dernier, juste avant une prestation du groupe au Upstairs. ♫ La saxophoniste montréalaise de renommée internationale Christine Jensen (30 juin) agrippe son orchestre et sa sœur Ingrid, une superbe trompettiste, et prouve une fois pour toutes avec son Treelines que le big band est encore un lieu de créativité et d’invention. ♫ Compositeur, producteur, comédien et musicien, Charles Papasoff (1er juillet) est un invité régulier du Festival depuis 1982 ! Cette année, place à une mouture de compositions nouvelles, très attendue et en toute simplicité : juste du (très bon) jazz. ♫ Armées de deux guitares, une contrebasse et quatre voix, Christine Tassan & les Imposteures (2 juillet) ont pondu un nouvel album : Pas manouche, c’est louche, le même jazz manouche tout en joie et d’une accessibilité peu commune pour lequel on avait déjà succombé. ♫ Antonio, le projet instrumental de David Brunet avec grand orchestre (3 juillet), propose un univers musical où l’humour a autant sa place que la vingtaine de musiciens et de choristes qui participent à l’aventure. Complètement éclaté ! ♫ Considéré comme un des meilleurs saxophonistes (et flûtiste, et clarinettiste…) au pays, André Leroux (4 juillet) a le jazz plus que mûr : Corpus Callosum a été classé parmi les cinq meilleurs disques de jazz de 2009 par Le Devoir. ♫ Après le retentissant succès de son Électro-Beatniks de 2009 dans lequel elle a expérimenté avec Eric Auclair le spoken word, Karen Young (5 juillet) s’entiche d’un des musiciens qui lui ont inspiré l’album, le pianiste norvégien de renom Bugge Wesseltoft. ♫ À n’en point douter, Jordan Officer (6 juillet), guitariste révélé par sa contribution essentielle à la carrière de Susie Arioli, est un véritable alchimiste du son. Et il nous présente enfin son premier album solo !

La série Jazz dans la nuit, 22 h 30, Gesù - Centre de créativité
présentée en collaboration avec Espace Musique (100,7 FM) et CBC Radio 2 (93.5 FM)

♫ En trio, le pianiste jazz d’origine indienne Vijay Iyer (25 juin) explore ses racines ancestrales, intégrées à une musique qui n’entre dans aucune catégorie si ce n’est celle de nouvelle génération du jazz américain. ♫ Le plus récent album du trompettiste, compositeur et producteur norvégien Nils Petter Molvaer (26 juin), Hamada, très différent des précédents, dégage des ambiances teintées de progressif des années 70. ♫ Le grand mélodiste de l’accordéon français Daniel Mille vient nous offrir quant à lui L’attente, en quintette (27 juin), avec notamment l’un des plus attachants musiciens de l’Hexagone, le trompettiste Stéphane Belmondo, et l’un des meilleurs batteurs français de notre époque, le sublime André Ceccarelli. ♫ Ses années Miles révolues, Wallace Roney (28 juin) a pris son envol, et c’est un trompettiste captivant et original qu’on reçoit en quintette avec Antoine Roney, Rashaan Carter, Aruan Ortiz et Kush Abadey pour nous présenter If Only For One Night. ♫ Dave Douglas a formé le sextette électrique Keystone qui donnera vie à Spark of Being (30 juin), un projet sur le dialogue entre humanité et technologie tout en improvisation, en sons électroniques et en jazz ambiant. ♫ Nommée Punk Bop! (1er juillet) pour sa nature rebelle, cette formation jazz multiculturelle (avec Ari Hoenig, Tigran Hamasyan, Matt Penman, Gilad Hekselman) cuisine des variations incandescentes des ‘Round Midnight et Way you Look Tonight de ce monde, un vrai régal pour les aficionados ! ♫ En compagnie de son quintette Moving Pictures, le pionner de la musique du monde Adam Rudolph (2 juillet) livre un spectacle-tour-du-monde où l’improvisation musicale en fera voir de toutes les couleurs. ♫ Autant à l’aise dans des contextes électroniques fusion que dans des ensembles acoustiques, le trompettiste et compositeur polonais Tomasz Stanko (3 juillet) vient envoûter les festivaliers en quintette avec son dernier-né, Dark Eyes, album mystérieux, élégant, d’une funèbre beauté. ♫ Avec son trio constitué de Joey Baron et David Finck, le pianiste Steve Kuhn (4 juillet) a enregistré Mostly Coltrane, un généreux hommage au maître du saxophone, plus quelques pièces en solo et standards. ♫ Christian Scott (5 juillet) n’a pas 30 ans et on se l’arrache : le trompettiste émergent débarque avec Yesterday You Said Tomorrow et son quintette et rend hommage à ses héros musicaux des années 60.

La série Les Concerts intimes Planète Jazz, 19 h, Savoy

♫ Mi-Québécoise, mi-Texane, 100 % folk, Émilie Clepper (25 et 26 juin) est un des secrets les mieux gardés du Québec, et elle multiplie les spectacles de son dernier album, Things May Come ! ♫ La jeune Meaghan Smith (27 et 28 juin) nous a charmés cet automne à L’Astral et revient nous voir avec The Cricket’s Orchestra, sa pop jazzée tout droit sortie des années 40 qu’elle qualifie de modern vintage. ♫ Les charmants surdoués du jazz que sont José James et Jef Neve (en duo) - respectivement du jazz vocal et du piano - sont prêts à ravir le continent avec leur talent, et ce sera assurément la conquête (30 juin) ! ♫ À découvrir avant les autres pour s’en vanter : Courtney Wing (1er juillet) se produit en petite formation avec l’envoûtant et aérien Bouquet of Might and Fury, pour un max d’intimité. ♫ La chanteuse Gretchen Parlato (2 et 3 juillet), découverte par Terence Blanchard, Herbie Hancock et Wayne Shorter et formée au prestigieux Thelonious Monk Institute of Jazz Performance, repousse les limites de l’instrumentation en tentant sans cesse d’innover, et ce soir, ce sera avec son band. ♫ On l’a connu comme le Stef de Bet.E, maintenant Stéphane Carreau (4 et 5 juillet) déploie ses ailes en solo avec la sortie d’un premier disque, In from the Cold. Ironique, considérant que sa musique a un effet calorifique indéniable !

La série Le Club, 21 h, L’Astral
en collaboration avec Galaxie

♫ Déjà considéré comme un musicien d’avant-garde dans son pays natal, le saxophoniste et compositeur cubain Yosvany Terry (25 juin, exceptionnellement à 21 h 30) se produit en quartette pour présenter son album Metamorphisis : voilà la chance de le découvrir. ♫ Le trompettiste Ibrahim Maalouf (26 juin) était surtout reconnu pour accompagner nombre d’artistes jusqu’à ce qu’il lance Diasporas, en 2007, qui l’avait irrémédiablement mis sur la carte. Le voici avec l’excellent Diachronism, son 2e opus. ♫ Pour cette première au Festival, la première dame du jazz en Corée Youn Sun Nah (27 juin) sera accompagnée d’Ulf Wakenius, ex-guitariste d’Oscar Peterson : un programme de taille ! ♫ Reconnu mondialement dans les années 2000 pour ses reprises, Susanna and her Magical Orchestra (28 juin) s’est fait apprécier grâce à son style - une langueur envoûtante caractéristique du jazz norvégien. ♫ Un des groupes les plus prometteurs de l’Angleterre, le Neil Cowley Trio (30 juin) est de retour au Festival pour une 2e année consécutive, cette fois avec le récent album Radio Silence. ♫ Ce qui ne se voulait au départ qu’un projet expérimental initié par l’harmoniciste et compositeur Corky Siegel (1er juillet) - qui s’est bien fait connaître avec le Siegel-Schwall, faisant les beaux jours du New Penelope à Montréal - a fait boule de neige ; public et critique redemandent de son Chamber Blues ! ♫ La légendaire Wanda Jackson (2 juillet), une des premières, sinon LA première chanteuse rock, a été intronisée au Rock’n Roll Hall of Fame en 2009 et vient tout juste de sortir un simple, You know I’m no Good. ♫ Le crooner parisien et pianiste Matthieu Boré (3 juillet) charmera la galerie avec ses versions sucrées de Just a Gigolo et Putting on the Ritz extraites de son disque à grand succès FriZZante !! ♫ De retour au Festival, la jeune contrebassiste et compositrice très en demande Brandi Disterheft (4 juillet) nous présente Second Side, son plus récent CD, d’une fraîcheur irrésistible. ♫ La chanteuse multi-instrumentiste Sophie Hunger (5 juillet) n’a pas peur de traverser les frontières du folk ou de la pop, et cette soif de liberté créatrice se traduit par un 2e disque de compositions émouvantes, 1983.

La série Les Nuits Heineken, minuit, Club Soda

♫ Le Festival accueille Think About Life (25 juin) et son récent disque, Family (rythmes synthétiques, guitares électriques et textes souriants), pour la première fois à bras ouverts après une tournée européenne : welcome home ! ♫ La voix de la Française Emilie Simon (26 juin) - acclamée en Europe, au Japon et aux Etats-Unis - rappelle à la fois Madonna et Kate Bush et se marie à merveille aux accents électro old school et à ses paroles sensuelles. ♫ Le style de la formation danoise WhoMadeWho (27 juin) est inclassable, disons seulement que cet électro-rock inspiré par le disco mutant est un véritable feu d’artifice musical… ♫ Karnival v.3 : Poirier avec Face-T / KODE 9 (28 juin) : après le succès monstre de l’édition de la Nuit blanche du Festival MONTRÉAL EN LUMIÈRE, on récidive avec une 3e édition, assurément la fête la plus vibrante de l’été ! ♫ Le 3e album de !!! (Chk Chk Chk) (30 juin), Myth Takes, est un succès retentissant ; et sur scène, ça impressionne encore plus ! ♫ Peu de temps avant la sortie du prochain album de Land of Talk (1er juillet), voilà la chance de découvrir ses chansons toutes en contrastes et contradictions qui l’ont conduit vers les États-Unis et l’Europe. ♫ Une soirée toute spéciale pour souligner les 20 ans de Ninja Tune : après 8 ans d’absence, Anti-Pop Consortium (2 juillet) est de retour en pleine forme avec Fluorescent Black, qui contient pas moins de 19 compositions fraîches. ♫ Empreint de cette liberté créatrice qui en fait un véritable maître du microphone, Rakim (3 juillet) présente, avec invités spéciaux, The Seventh Seal, son plus récent album - encore plus percutant ! ♫ Nommée aux Juno 2010, Misstress Barbara (4 juillet) offre un rappel de sa solide représentation live de la 30e édition du Festival avec un plus : elle sera accompagnée de son groupe de musiciens, Girls On A Ducati. ♫ Contrairement à plusieurs groupes électro, Holy Fuck (5 juillet) est 100 % sans ordi : toute la musique est créée à partir d’un arsenal de claviers Casio et de distorsion live. Une expérience psychédélique !

La Croisière Jazz, 19 h, Bateau-Mouche,
quai Jacques-Cartier, Vieux-Port de Montréal

♫ Ça fait un bon moment qu’on ne l’a pas reçu au Festival, et on est d’autant plus heureux de compter sur sa présence pour non pas un, mais six soirs (du 28 au 30 juin et du 4 au 6 juillet) à bord du Bateau-Mouche ! Chaque fois que Paulo Ramos passe, la fiesta est de mise, et ce compositeur, chanteur, guitariste et percussionniste d’origine brésilienne nous en met plein la vue ! Embarquement à 18 h 15 au quai Jacques‑Cartier du Vieux-Port de Montréal, retour à 22 h 30. Réservations obligatoires au 514 849‑9952 ou au 1 800 361‑9952.

Finalement, soulignons Les Soirées jazz Upstairs présentées à 19 h et à 21 h 15 au Upstairs Jazz Bar & Grill (1254, rue MacKay), avec Jeri Brown (25 juin), Etienne Charles, Folklore (26 juin), Houston Person featuring Julie Lamontagne Trio (27 et 28 juin), Irem Bekter et ses Diabluras (29 juin), Geoffrey Keezer featuring Joel Miller Trio (30 juin et 1er juillet), Matt Herskowitz Trio with special guests Lara St. John and David Gotay, Jerusalem Trilogy (2 et 3 juillet), Ranee Lee (4 juillet), Gale/Rodrigues Group (5 juillet) et Bourassa / Donato / Lozano / Tanguay jouent Bill Evans (6 juillet).

La référence jazz en permanence : MontrealJazzFest.com !

Plus efficace que jamais, le MontrealJazzFest.com, qui a fait peau neuve de A à Z exprès pour notre 30e, s’offre à tous les passionnés du Festival et du jazz ! Entièrement repensé, convivial et incroyablement pratique, il renferme 30 ans de passion en un clic et s’avère un lieu de référence dynamique où les amateurs de musique friands de contenu web riche seront servis. On y retrouve désormais plus d’extraits vidéo, plus d’extraits musicaux, plus d’information sur les artistes, contenus auxquels on ajoute de l’actualité musicale et l’accès aux archives des éditions antérieures du Festival. De plus, on ne voudra pas manquer la toute nouvelle chaîne vidéo MontrealJazzFest.TV, dès juin… Une destination web de premier plan pour tout amateur de musique !

Info-Jazz Bell : des outils d’information indispensables

Les outils d’information Info-Jazz Bell du Festival sont facilement accessibles à ceux et celles qui ne veulent rien manquer de la grande fête du jazz. On peut se procurer dès maintenant le dépliant officiel gratuit de l’Horaire Info-Jazz Bell des concerts en salle ou consulter la ligne téléphonique ou le site internet Info‑Jazz Bell du Festival.

Ÿ Région de Montréal : 514 871‑1881 ; d’ailleurs au Canada et des États-Unis (sans frais) : 1 888 515‑0515

Ÿ montrealjazzfest.com

La programmation des concerts et des activités extérieures gratuites de la 31e édition du Festival International de Jazz de Montréal sera dévoilée le jeudi 7 juin prochain.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google