Communiqué pour diffusion immédiate

Billets en vente à compter de samedi, midi

The Bad Plus, Manteca, Cyro Baptista, Kyle Eastwood, John Abercrombie, Guy Bélanger, Jean Pierre Zanella, Chris Potter, Trio Joubran, Kruder and Dorfmeister, Piers Faccini, Bob Walsh, Septeto Nacional, Renaud Garcia-Fons, Dawn Tyler Watson
et Paul Deslauriers,
Jordan Officer, Jill Barber
et Michael Kaeshammer…

encore plus de Jazz à l’année !

Montréal, le jeudi 8 juillet 2010 - Le Festival International de Jazz de Montréal a conclu sa 31e édition mardi, mais la musique, elle, continuera de faire des heureux grâce à la série Jazz à l’année présentée par TD ! Une programmation riche et diversifiée se profile à l’horizon avec des artistes dignes représentants du blues, de l’électro, du folk, de la musique du monde et, bien sûr, du jazz. De quoi planifier ses sorties de musique pour les trois prochaines saisons ! Les billets pour ces nouveaux concerts seront mis en vente dès samedi 10 juillet à midi.

The Bad Plus - samedi 18 septembre, 18 h 30 et 21 h 30, L’Astral - Pink Floyd, Nirvana ou encore Stravinsky reçoivent une métamorphose musicale teintée de jazz progressiste grâce au trio chouchou du Festival - on a pu les y voir pas moins de 5 fois depuis 2003 - formé par le pianiste Ethan Iverson, le contrebassiste Reid Anderson et le batteur David King. Cette fois, The Bad Plus nous offre un gros plus : pas une, mais deux représentations dans la même soirée !

Chantale Gagné Trio avec Ted Nash et Peter Washington - mardi 21 septembre, 20 h, L’Astral -Révélation Radio-Canada Musique 2008/2009, la pianiste jazz québécoise Chantale Gagné présente les morceaux de son premier album, Silent Strength. Elle y interprète - avec une prodigieuse précision -, une combinaison de compositions originales et de standards du jazz. Elle nous vient après une série de représentations un peu partout dans le monde en solo ou, comme pour ce soir unique à L’Astral, accompagnée de Peter Washington à la contrebasse et Ted Nash à la batterie. Et elle fait l’unanimité partout où elle passe : Gagné est une révélation à surveiller !

Linda « Chocolate Thunder » Rodney - mercredi 22 septembre, 20 h, L’Astral - Linda Rodney est parfaitement à l’image de son nom de scène, Chocolate Thunder : à l’entendre chanter, on comprend vite que la blueswoman de la Caroline du Sud électrifie la scène à chaque prestation ! Héritière d’Aretha Franklin et de Muddy Waters, elle pousse gospels et blues puissants qui s’inscrivent dans la plus pure tradition. Son plus récent disque, paru en 2009, Ear Candy est justement ça, du bonbon !

Manteca - vendredi 24 septembre, 20 h, L’Astral - Le supra populaire collectif-orchestre de musique du monde à saveur latine Manteca reprend du service après de trop longues vacances pour le plus grand plaisir de ses nombreux fans. Et les effets du temps ? Nuls ! Ses membres ont tout de suite retrouvé le feu sacré, la chimie qui en a fait une formation légendaire. Une attraction-spectacle fiévreusement dansante - comme en témoignent leurs premiers albums depuis 1998, Onward ! (2007) et Fun Fun une nuit à Montréal (2008) -, à consommer comme une salsa bien fraîche : en abondance !

Cyro Baptista, Banquet of the Spirit - samedi 25 septembre, 20 h, L’Astral - Le percussionniste brésilien immensément créatif qui a collaboré avec presque tous les meilleurs musiciens de la planète (Paul Simon, Laurie Anderson, Yo-Yo Ma…) - et qui a offert une performance des plus intenses avec John Zorn dans son Masada Marathon à la dernière édition du Festival - nous revient avec Infinito, son dernier album avec Banquet of the Spirit. La formation s’insère dans le mouvement artistique brésilien Anthropophage, consommant et digérant en musique tout ce qui se trouve dans le paysage sonore. Une expérience inoubliable, menée par un artiste qui l’est autant !

Kyle Eastwood - mardi 28 septembre, 20 h, L’Astral - À la sortie de son premier album, on disait que la musique d’Eastwood faisait la fierté de son père Clint, grand jazzophile. Douze ans plus tard, le contrebassiste compte 3 CD et de nombreuses trames sonores à son actif (Letters from Iwo Jima, Invictus…) et attire l’admiration partout dans le monde. Son plus récent album, Metropolitain - collaboration avec MAnu Katché, coproduit par Erin Davis, fils du légendaire Miles -, exulte l’ambiance live d’un spectacle d’Eastwood, et a été qualifié par BBC de tout à fait hot !

John Abercrombie - vendredi 1er octobre, 20 h, L’Astral - Bilan de carrière : Abercrombie joue de la guitare jazz sous toutes ses formes depuis plus de 40 ans et son nom figure sur une cinquantaine d’albums - les siens et ceux d’une impressionnante galerie de musiciens (Gil Evans, Jack DeJohnette…). Chiffres à part, ce qui suscite réellement l’admiration chez lui, c’est sa capacité à conjuguer parfaitement expérimentation et respect de la tradition. Ce grand ami du Festival nous revient avec ses collaborateurs experts, Mark Feldman au violon, Thomas Morgan à la contrebasse et Joey Baron à la batterie, ainsi qu’avec son plus récent album, Wait Till You See Her.

Guy Bélanger - mercredi 6 et samedi 16 octobre, 20 h, L’Astral - Il a offert un concert tout simplement incandescent au Lion d’Or l’an dernier dans le cadre de la série Jazz à l’année - et comme il serait dommage de ne pas revivre un moment aussi magique, allons-y tout de go et deux fois plutôt qu’une ! Avec quatre chanteurs-musiciens, l’intense et brillant harmoniciste qui a partagé la scène avec des légendes du blues comme Bob Walsh et Muddy Waters offre la représentation de son premier album solo, Crossroads (à venir cet automne), un savant mélange de réinterprétations folk et blues, de Lyle Lovett à Marc Broussard, et de compositions originales, mais aussi des pièces des films Gaz Bar Blues et Timekeeper.

Jean Pierre Zanella - jeudi 7 octobre, 20 h, L’Astral - Saxophoniste, compositeur et arrangeur, la réputation de Jean Pierre Zanella n’est plus à faire. Pour preuve, on ne compte plus ses invitations au Festival depuis 1988, ni le nombre de collaborations prestigieuses et d’accolades reçues. Pensons à ses créations Mother Tree (2002) et Villa, Lobos & Jobim, simplement sublimes ! Pour ce spectacle, il s’entoure d’une solide bande de musiciens et interprète les chansons de son album Infinito, tant attendu et tout juste sorti sur Effendi.

Chris Potter’s Underground - vendredi 8 octobre, 20 h, L’Astral - « Un des saxophonistes les plus étudiés (et copiés) sur la planète », c’est Downbeat qui le dit, et à le voir à et l’entendre, nul n’en doute. Enfant prodige du jazz, multi-instrumentiste et improvisateur-né, il éblouit le public et les critiques depuis 1989, année de ses 18 ans ! Le revoilà avec son groupe Underground après son succès chez nous en 2006, toujours aussi épatant, pour offrir le spectacle de leur album Ultrahang, projet ayant eu une gestation de 5 ans et qui met de l’avant autant la cohésion du groupe que ses rythmes edgy et débridés. Impressionnant !

Trio Joubran - samedi 9 octobre, 20 h, L’Astral - Former un trio d’oud est chose assez exceptionnelle, quand on sait que l’instrument folklorique sert habituellement d’accompagnateur, mais créer un tel effet mondialement rassembleur (des éloges de Jérusalem jusqu’à New York) l’est davantage. Le groupe, formé par Samir, Wissam et Adnan - trois frères qui ont grandi à Nazareth dans un milieu où l’oud était pratiquement un membre de la famille -, récemment primé pour la bande sonore du film Adieu Gary (Festival International du Film de Dubaï), présente les chansons de l’album Majâz, avec la participation de Yousef Hbeisch aux percussions. Et en un mot : splendide !

Rafael Zaldivar Trio avec invité - mardi 12 octobre, 20 h, L’Astral - Le jazz du monde est à l’honneur avec le pianiste cubain Rafael Zaldivar, qui a fait des flammèches au Festival en 2009 ET en 2010 ! Reconnu pour ses talents d’improvisateur et de compositeur - il a été nommé Révélation Radio-Canada Musique 2010-2011 - et pour son parcours musical riche en collaborations, il lance cette année son CD Life Directions, un alliage métissant cultures, sons et styles qui passe des traditions cubaines à des rythmes contemporains tout naturellement. Un virtuose à surveiller : LA nouvelle sensation montréalaise du piano jazz.

Jack de Keyzer - mercredi 13 octobre, 20 h, L’Astral - Une voix soul, éclectique, enrouée, chaleureuse, imprégnée de jazz, un talent de guitariste indéniable… Pas étonnant que la participation de cet habitué du Festival ait été aussi sollicitée au cours de ses 30 ans de carrière (Ronnie Hawkins, Blue Rodeo, Bo Diddley… et même une leçon de guitare donnée au fils du premier ministre du Canada !). Élu artiste blues de l’année par la radio de CBC en 2009, Jack de Keyser présente les chansons de son plus récent album, The Corktown Sessions. S’attendre à une exécution fine et à un blues solide !

Kruder & Dorfmeister live featuring MC Earl Zinger & Ras MC T-Weed, Visuals by Fritz Fitzke: The 16 F**king Years Anniversary Session - mercredi 13 octobre, 21 h, Métropolis - Cela fait déjà 16 ans que les DJ maestros électroniques autrichiens et fondateurs deu label Kruder and Dorfmeister ont fait paraître leur premier album, G-Stoned. L’œuvre inoubliable - autant pour son originalité que pour sa couverture clin d’œil au Bookends de Simon & Garfunkel - vaut certainement la peine d’être célébrée ! Le duo qui avait captivé les festivaliers en 2001 propose donc le spectacle inspiré d’un album-fête rempli de compositions originales, d’artistes invités et de trésors d’archives, Sixteen F**king Years of G-Stone. Une expérience visuelle et sonore d’enfer !

Colin Hunter avec Joe Sealy et Kim Richardson - vendredi, 15 octobre, 20 h, L’Astral - Colin Hunter est un des seuls à pouvoir chanter Come Fly With Me… et à vraiment le penser ! Président-fondateur d’une compagnie aérienne le jour, crooner passionné de nuit, l’homme aux multiples facettes nous revient accompagné du pianiste Joe Sealy - avec qui il a enregistré le remarquable disque Mostly About You - et la chanteuse Kim Richardson, une autre favorite du Festival qui nous avait donné le magnifique hommage à Billie Holiday lors de la 30e édition. Destination : classiques du jazz somptueusement interprétés. Attachez votre ceinture, ça va swinguer !

François Bourassa, Michel Donato, Frank Lozano et Pierre Tanguay jouent Bill Evans - vendredi 22 octobre, 20 h, L’Astral - François Bourassa, le récipiendaire du prix Oscar-Peterson de 2007, et ses virtuoses favoris répètent leur franchement géniale prestation du Festival de cette année au club Upstairs - un brillant hommage au pianiste Bill Evans (notamment New Jazz Conceptions et une collaboration mémorable sur le Kind of Blue de Miles Davis). Avec Donato à la contrebasse, Lozano au saxophone, Tanguay à la batterie et Bourassa au piano qu’il sait dompter à la mesure de son talent… et de celui de Bill Evans, les spectateurs sont certainement en bonnes mains !

Steve Hill - samedi 23 octobre, 20 h, L’Astral - À la demande générale, notre Guitar Hero québécois Steve Hill, dont les exploits et la virtuosité ne se démentent pas, est de retour à L’Astral. Après avoir offert pas une, mais deux prestations électrisantes la saison dernière, il remonte sur les planches au côté de ses acolytes des Majestiks avec The Damage Done. L’album, que La Presse a qualifié d’« intemporel et délicieusement figé dans le temps », devient rapidement un must pour les fans du blues-rock pur et pesant. Bref, ça rocke à l’os !

Piers Faccini - jeudi 28 octobre, 20 h, L’Astral - Les chansons de Two Grains of Sand, le plus récent album de Piers Faccini - nommé album de l’année en 2009 par France Inter - ont été composées dans l’isolement des Cévennes. Et le noyau d’influences qui les a fait germer compte un bassin d’artistes aussi éclectique qu’Ali Farka Touré, Bob Dylan et Caetano Veloso. Pourtant, le charme qui s’en dégage est à l’image de celui qui avait largement impressionné les foules en 2007 en première partie de la tournée américaine de Ben Harper : paradoxalement éclectique, mais tout ce qu’il y a de plus universel. Divin !

Bob Walsh - samedi 30 octobre, 20 h, L’Astral - La simple évocation de son nom rappelle presque toute l’histoire du blues québécois à compter des années 70. Depuis le groupe Contrebande aux films d’Yves Simoneau (Dernier voyage, Les yeux rouges, Pouvoirs intimes) jusqu’à The Only Blues (2007) en passant par A Canadian Blues Rendez-Vous, enregistré au Festival en 2004 avec Breen Leboeuf, Dawn Tyler Watson, Jack de Keyzer et autres, Bob Walsh détient toujours le feu sacré du blues comme en fera sûrement foi son nouvel album, Inside I Am All Blue. Un guitariste à voir et revoir encore et encore !

Septeto Nacional - mardi 9 novembre, 20 h, L’Astral - Le Septeto Nacional est une véritable institution cubaine. Formée il y a plus de huit décennies, ses sones ancêtres de la salsa - dont Échale salsita qui a inspiré le Cuban Overture de Gershwin - attirent des foules innombrables à chacune des représentations, peu importe où elle joue. Raison de plus de s’attrouper, son plus récent album, Sin Rumba No Hay Son, sorti en septembre, insuffle un vent de modernité à ses montanos, boleros et chas-chas-chas ensoleillés. Un orchestre qui se renouvelle sans cesse et réussit à rester irrésistible malgré le passage du temps !

Renaud Garcia-Fons - vendredi 12 novembre, 20 h, L’Astral - On le surnomme le Paganini de la contrebasse, car il a révolu la manière dont on joue de cet instrument avec sa technique con arco (avec archet) et l’ajout d’une 5e corde. Renaud Garcia-Fons a aussi la réputation d’un éclectisme réussi, n’hésitant pas à traverser les frontières des genres en incorporant musiques indiennes, classiques, perses ou encore rythmes tangos et flamencos à son jazz. On l’a adoré dans la série Invitation de la 30e édition du Festival et on a bien hâte de voir ce qu’il nous réserve cette fois !

Dawn Tyler Watson et Paul Deslauriers - samedi 13 novembre, 20 h, L’Astral - La reine du blues de Montréal, Dawn Tyler Watson - stupéfiante en première partie de Cyndi Lauper au Festival cette année ! -, nous rend visite avec sa formule duo folk blues et racines et avec l’auteur-compositeur-interprète et guitariste Paul Deslauriers. Leur album, En duo, produit par Charles Papasoff, récolte les critiques élogieuses partout. Il comprend des reprises de classiques - Led Zeppelin, Beatles, Smokey Robinson… - et quelques compositions originales. Avec autant de talent en banque, pas étonnant que leur musique soit aussi riche !

MonkeyJunk - mercredi 17 novembre, 20 h, L’Astral - Une influence puisée parmi les légendes du blues puis régénérée en une détonation R& B, soul, boogie, funk et swamp. En gros, c’est ça, l’effet MonkeyJunk ! Le groupe, tout juste créé en 2008, remporte déjà un succès monstre consacré par une grappe de prix dont Meilleur nouvel artiste à l’International Blues Challenge de Memphis, 5 Maple Blues Awards en 2010 et Meilleur artiste blues aux Canadian Music Awards. Avec les chansons du premier album, Tiger In Your Tank, qui tournent mondialement, le phénomène MonkeyJunk est une véritable boule de feu !

Jordan Officer - jeudi 18 novembre, 20 h, L’Astral - Révélé par sa contribution essentielle à la carrière de Susie Arioli, Jordan Officer a marqué tous ceux qui ont eu l’occasion de l’entendre. Au-delà de son apparente retenue et de l’humilité qu’il cultive, ce maître discret de la six-cordes rayonne avec une formidable intensité. Comme si l’héritage du blues, du jazz et du country était soudainement canalisé dans une même voix, résolument personnelle. À n’en point douter, Jordan Officer est un véritable alchimiste du son. Après son concert à guichets fermés au Festival cet été, il nous revient avec les chansons de son premier album solo qui porte son nom.

Jill Barber et Michael Kaeshammer, programme double - samedi 20 novembre, 18 h 30 et 21 h 30, L’Astral - À son sujet, Kris Kristofferson s’exclame : « Jill Barber est une vraie parolière… une fichue bonne parolière. » La gagnante de plus d’un Juno, découverte au Festival en 2009 et qui fait salle comble à chaque fois qu’elle est invitée, présente Chances, une charmante bourrasque d’air frais qui semble tout droit sortie d’un cabaret des années 50. Gageons que le public sera doublement conquis, car cette fois la belle sera accompagnée d’un autre favori qu’on aime revoir encore et encore dans la série Jazz à l’année et au Festival, le pianiste pro du boogie-woogie Michael Kaeshammer ! Celui qu’on nomme la triple menace (une combinaison de virtuosité, de talent vocal et de charisme) s’amène avec son 6e album, Lovelight.

Shane Murphy - mercredi 24 novembre, 20 h, L’Astral - Depuis ses débuts, Shane Murphy a donné plus de 1000 représentations. En vrai Fighting Irish, il dompte la guitare avec son blues-folk viril à souhait, empreint à la fois de mélancolie et de vérité. Fort de son succès à la 31e édition du Festival, ce gagnant du Lys de meilleur artiste émergent blues de 2006 est maintenant un artiste confirmé. Il nous revient avec les chansons de son premier album, Street Money Miracle. Un blues musclé qui mélange savamment reggae, soul, et musique roots.

Colin Moore (première partie : Britton Allison) - samedi 4 décembre, 20 h, L’Astral - L’auteur-compositeur-interprète à la voix rauque qui a commencé sa carrière sur la scène punk montréalaise a depuis élargi son répertoire, y ajoutant une bonne dose de folk-rock. Revendiquant l’héritage de Bob Dylan, Bruce Springsteen et Tom Petty, il a enregistré un premier album solo, Leaving Home, opus qui en a fait une des découvertes de cette édition du Festival. En première partie, autre découverte musicale, la chanteuse Britton Allison, une charmante Torontoise qui s’éloigne momentanément de son groupe country pop alternatif Cavaliers ! le temps d’une prestation solo.

Il reste également des billets pour ces autres concerts de la série Jazz à l’année

Katie Melua - samedi 11 septembre, 20 h, Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Gotan Project - mercredi 29 septembre, 20 h, Métropolis

Pat Metheny, Orchestrion - mardi 12 octobre, 20 h, Théâtre Maisonneuve

Toumani Diabaté, Eliades Ochoa, Bassekou Kouyaté, Baba Sissoko forment Afro-Cubism - vendredi 5 novembre, 20 h, Métropolis

Johnny Clegg - samedi 9 avril, 20 h, Métropolis

Août, le mois du Piano solo au Balmoral… et c’est gratuit !

Rappelons que des pianistes éliront domicile au Bistro Le Balmoral dans le cadre de Piano solo toutes les semaines d’août, du jeudi au samedi, pour des concerts gratuits de 60 minutes à 18 h et à 20 h. On pourra y entendre John Roney (du 5 au 7 août), Steve Amirault (du 12 au 14 août), Vincent Gagnon (du 19 au 21 août) et Yoel Diaz (du 26 au 28 août). On se précipite pour découvrir ou revoir les fleurons du piano d’ici… gratuitement !

Le Festival de Jazz en tournée

Rappelons également que le Festival part en tournée à travers le Québec pour une 2e année. Cette fois, ce sont l’excellent guitariste Jordan Officer et la charmante chanteuse Stacey Kent qui sillonneront la province : à Montréal, les 11 et 12 mars 2011 à L’Astral, ainsi que le 10 mars à Longueuil, le 13 mars à Gatineau, le 15 mars à Brossard, le 17 mars à Saint‑Hyacinthe, le 18 mars à Sainte-Thérèse, le 19 mars à Shawinigan, le 20 mars à Sherbrooke, le 24 mars à Valleyfield, le 25 mars à L’Assomption, le 26 mars à Beloeil et le 27 mars à Saint‑Jean-sur-Richelieu.

Organisme sans but lucratif, le Festival International de Jazz de Montréal poursuit, pour une 11e année consécutive, sa mission de diffusion et de développement du jazz et de ses musiques cousines, en réinvestissant ses surplus dans la présentation de concerts spéciaux de sa série Jazz à l’année. Avec l’appui de partenaires publics, plus précisément de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et du ministère du Patrimoine canadien, il peut ainsi offrir au public montréalais et à ses visiteurs la possibilité de vivre au rythme du jazz toute l’année durant ! Le Festival tient également à souligner l’appui de Bell, partenaire de la série, ainsi que celui du Hyatt Regency Montréal, l’hôtel officiel de la série Jazz à l’année présentée par TD.

Billets en vente ce samedi à midi

Les billets pour ces nouveaux concerts inscrits à la programmation automne/hiver 2010-2011 de la série Jazz à l’année seront mis en vente le samedi 10 juillet à midi. On pourra se les procurer à la billetterie de L’Astral (305, rue Sainte-Catherine Est), à la billetterie centrale du Festival, située au Métropolis (59, rue Sainte‑Catherine Est), ou par Admission (admission.com, 514 790‑1245 ou 1 800 361‑4595) - sauf ceux des spectacles présentés à la Place des Arts, qu’on peut obtenir au 514 842‑2112 ou au laplacedesarts.com. Pour plus de renseignements, il faut joindre la Ligne Info-Jazz Bell au 514 871‑1881, sans frais au 1 888 515‑0515 ou visiter le montrealjazzfest.com.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google