Communiqué pour diffusion immédiate

Billets en vente dès maintenant

De nouveaux concerts avec

John Mayall, Jane Birkin, Sophie Milman, Yael Naim Trio, Coco Montoya, Ari Hoenig 4tet avec Tigran Hamasyan, Gilad Hekselman et Chris Tordini, Michael Kaeshammer, Kenny « Blues Boss » Wayne, Carmen Souza, Zenzile, MonkeyJunk, Eddie Shaw and The Wolf Gang, Matt Andersen, Térez Montcalm, SFJAZZ Collective, ainsi que Guy Bélanger en deux temps avec Ian Kelly, Bobby Bazini et Steve Hill, puis France D’Amour, Kim Richardson et Nanette Workman.

Montréal, le mardi 16 août 2011 - Le Festival International de Jazz de Montréal est heureux d’annoncer, dans le cadre de la série Jazz à l’année présentée par TD, une deuxième série de concerts pour magnifier l’automne et réchauffer les cœurs. Une fois de plus, diversité et qualité sont au rendez-vous, avec des merveilles du jazz, du blues et de leurs descendants. Les billets pour ces tout nouveaux concerts sont en vente dès maintenant.

Au Métropolis

John Mayall. Première partie : Shane Murphy - 26 novembre, 20 h, formule Grand Cabaret (places assises et réservées) - Le pianiste, guitariste et harmoniciste John Mayall, c’est le blues rock britannique en personne ! Nombre de pointures ont défilé au sein de ses Bluesbreakers (Eric Clapton, Peter Green, Mick Taylor…) au cours des belles années de la british blues boom. La légende - qui fêtera ses 78 ans 3 jours après son concert -, qu’on surnomme « le Parrain du blues britannique », mais qui a aussi flirté du côté du jazz, s’amène chez nous avec Tough, le dernier de près de 60 albums. Robuste, en effet ! En première partie, Shane Murphy, qu’on a pu apprécier cet été au Festival, est de retour avec son soul-blues-folk musclé.

Jane Birkin Sings Serge Gainsbourg « via Japan » - 8 décembre, 20 h, formule Grand Cabaret (places assises et réservées) - Vingt ans après la mort du grand Serge et 40 après L’Histoire de Melody Nelson, le premier album-concept de Gainsbourg sur lequel elle brillait, Jane Birkin revient aux titres du créateur. Après les approches pop, « arabesque », classique, parmi tant d’autres, en voici une… japonaise. À la suite du désastre nippon que l’on sait, Jane Birkin a décidé d’offrir un concert à Tokyo avec un casting impressionnant de musiciens japonais afin de collecter des fonds pour Médecins du Monde.  La voilà maintenant enfin en Amérique avec ses reprises des chansons de Gainsbourg, un retour attendu après sa séduisante prestation au Festival MONTRÉAL EN LUMIÈRE en 2008. Formule grand cabaret, places assises et réservées.

À L’Astral

Carmen Souza - 5 octobre, 20 h - Portugaise d’origine cap-verdienne qui vit à Londres, Carmen Souza s’amène enfin à Montréal ! « Enfin », oui, car tous ceux qui ont approché sa musique de près ou de loin - notamment sur son p’tit dernier, Protegid - rêvent de la voir sur scène ! Il s’agit d’une superbe découverte, pour sa musique, très proche du jazz, mais qui emprunte un peu partout, en genre et en géographie, mais aussi pour sa voix, du créole au portugais, sensuelle, à la raucité chaude, et surtout, pour sa présence : une sacrée gueule, du sourire dans les yeux, un soleil sur scène.

SFJAZZ Collective avec entre autres Miguel Zenón, Stefon Harris, Matt Penman, Mark Turner, Avishai Cohen, Robin Eubanks, Kendricks Meeks et Edouard Simon - 12 octobre, 20 h - Un collectif de huit des meilleurs représentants de la scène jazz actuelle ? Une idée déjà des plus sexy. Mais quand, en plus de créer leur propre musique, les huit merveilles revisitent les pièces d’une légende (chaque année différente) de la musique, l’idée - et le résultat - devient carrément géniale. Après avoir exploré l’univers des Ornette Coleman (2004), John Coltrane (2005), Herbie Hancock (2006), Thelonious Monk (2007), Wayne Shorter (2008), McCoy Tyner (2009) et Horace Silver (2010), voilà que la formation s’attaque avec délice aux pièces du grand Stevie Wonder.

Zenzile - 19 octobre,  20 h - Band de party, Zenzile ? Parlez-en à ceux qui ont vu la formation française chauffer les scènes extérieures du Festival en 2002 et 2004… Sept ans plus tard - quoi, déjà ? - la bande originaire d’Angers nous revient accompagnée d’une fidèle collaboratrice, la chanteuse Jamika, pour nous présenter un spectacle qu’on anticipe dansant et jouissif. Au programme : l’habituel mélange de dub, de soul-jazz, de pop et de post-punk - sans oublier quelques morceaux tirés du plus récent disque du groupe, Pawn Shop, un opus marqué par ses lignes de basse élastiques et ses rythmes hypnotiques. Ondulations du bassin garanties !

Michael Kaeshammer - 20 octobre, 20 h - Le pro du boogie-woogie Michael Kaeshammer, celui qu’on nomme la triple menace (une combinaison de virtuosité, de talent vocal et de charisme), vient une fois de plus inonder L’Astral de son alliage de jazz pop mâtiné de funk et de blues. Star du Canada anglais, il n’en est donc pas à son premier passage chez nous et, chaque fois, son opération charme et ses qualités incontestables de pianiste ont conquis les foules en moins de temps qu’il n’en faut pour dire Kaeshammer, le titre de son plus récent album, paru plus tôt cette année.

Ari Hoenig 4tet avec Tigran Hamasyan, Gilad Hekselman et Chris Tordini, Lines of Oppression - 21 octobre, 20 h - Coup de cœur lors de leur prestation au Festival en 2010, sous le nom Punk Bop - pour le côté rebelle de ses musiciens qui font fi des standards -, ils sont de retour sous une autre forme. Des musiciens d’exception, dont le leader prodige de la batterie Hoenig, véritable magicien des polyrythmies et acrobate de la percussion, et la sensation pianistique Tigran Hamasyan qui connaît un succès foudroyant et est qualifié de ce qu’il y a de plus excitant actuellement en jazz. Les quatre acolytes virtuoses plongent avec plaisir dans des rythmes effrénés, des styles variés, un son tout à fait unique… et ce, sans jamais perdre le tempo !

Térez Montcalm Here’s to you. Songs for Shirley Horn - 22 octobre, 20 h - La Montréalaise auteure-compositrice-interprète à la voix de rockeuse a eu le coup de foudre pour Shirley Horn alors qu’elle avait 17 ans. Depuis, quoi qu’elle fasse, elle y revient toujours : le jazz de la virtuose pianiste et chanteuse fait partie de son quotidien, et ça la rend heureuse. La voici donc avec Here’s to you. Songs for Shirley Horn, un hommage respectueux du style de son idole, sobre, lent, qui respire. Pour ceux qui l’ont manqué cet été au Festival ou, mieux, pour se gâter avec cette version encore plus intimiste.

Matt Andersen - 25 octobre, 20 h - Depuis sa prestation en 2008, il allait de soi qu’on voudrait le réentendre le plus souvent possible ! Cette bourrasque néo-brunswickoise transportera donc une fois de plus jusqu’à nous son blues et son folk à son image, c’est-à-dire géants, notamment par le biais de son nouvel album attendu en septembre. En 2010, il a été le premier Canadien à remporter l’International Blues Challenge, et il est la coqueluche de la côte est d’ici - et un vrai coup de cœur du Salon de Guitare de Montréal. Alors, si ce n’est déjà fait, attendez-vous à être conquis par son incroyable dextérité qui n’a d’ailleurs d’égale que sa voix extraordinaire !

Sophie Milman - 3 novembre, 20 h - Pour certains, la jeune chanteuse jazz la plus hot du moment, pour d’autres, une artiste tout simplement captivante, la Canadienne d’origine russe Sophie Milman est adorée partout où elle passe : sa force tranquille et son authenticité la hissent parmi les grands. Quadrilingue, fin vingtaine, elle a fait le tour du monde, visité le Festival à plusieurs reprises - dont le Théâtre Maisonneuve en 2009 -, rempli des salles partout et vendu des centaines de milliers d’exemplaires de ses 3 albums, récoltant en plus un Juno pour le 2e. Belle soirée d’automne en perspective, agrémentée de pop jazzée… et des ballades de son tout nouvel album à paraître à l’automne !

Yael Naim Trio - 9 novembre, 20 h - Après avoir remporté en 2008 le prix du Meilleur album Musique du monde, la voilà avec un nouveau prix Victoires en poche, le très convoité Artiste féminine de l’année 2011. Au Québec, c’est le cœur des festivaliers qu’elle a raflé, en 2008 et en 2011. Après son succès à L’Astral au printemps dernier, la chanteuse, guitariste et pianiste Yael Naim est de retour avec son nouvel album, She Was a Boy, toujours aussi charmante sur scène, mais cette fois en trio. Un réel plaisir de la revoir en prestation intimiste.

Guy Bélanger reçoit Ian Kelly, Bobby Bazini et Steve Hill - 28 octobre, 20 h - Le célèbre harmoniciste québécois, souvent à l’origine de véritables partys musicaux débordant d’énergie sur les scènes du Festival ou de la série Jazz à l’année, remet ça en double cet automne. Cette fois ci, il se gâte - et comble le public par le fait même - en invitant des artistes masculins à venir chanter avec lui. À cette « soirée de gars », on retrouvera l’excellent chanteur pop folk montréalais Ian Kelly, la révélation qu’est Bobby Bazini et l’ami de longue date Steve Hill.

Guy Bélanger reçoit France D’Amour, Kim Richardson et Nanette Workman- 19 novembre, 20 h - Guy Bélanger poursuit sur sa lancée avec un deuxième concert thématique dans lequel il invite les plus belles voix féminines d’ici à se joindre aux excellentes mélodies blues créées avec son instrument de prédilection, l’harmonica. Pour ce concert, il reçoit Nanette Workman, Kim Richardson et France D’Amour, trois des plus belles voix blues, soul et rock d’ici.

Les Mercredis blues

Kenny « Blues Boss » Wayne - 21 septembre, 21 h, L’Astral - Ce pianiste vétéran a passé sa vie on the road, parcourant le monde. Le honky-tonk n’a plus de secret pour lui depuis longtemps, le boogie-woogie s’incline devant son maître, dont la bonne humeur contagieuse et les costards flamboyants précèdent la réputation. Personnage charismatique et musicien énergique, il vient nous présenter son plus récent album, An Old Rock on a Roll, paru un peu plus tôt cette année. L’Amérique des années 1920 ici et maintenant, pour nous, grâce à lui. Et rock’n'roll, baby.

Coco Montoya - 2 novembre, 20 h, L’Astral - Selon Billboard, Montoya a « une férocité d’attaque si experte, mais qui semble si naturelle qu’il vous fait croire que n’importe qui peut le faire ». Ce guitariste gaucher et autodidacte, surnommé le maître de la Stratocaster, joue avec son cœur plutôt qu’avec sa tête. Ancien protégé des monstres sacrés du blues Albert Collins et John Mayall (si impressionné par son jeu qu’il l’a accueilli au sein de ses Bluesbreakers), il a épaté les fans du Festival plus d’une fois. Et avec I Want It All Back (2010), il prouve qu’il est à la hauteur de sa réputation ! D’ailleurs, son dernier passage à L’Astral, en décembre 2009, s’est avéré la soirée blues la plus mémorable, rien de moins.

MonkeyJunk - 23 novembre, 20 h, L’Astral - Ça commence à devenir une habitude : MonkeyJunk est encore reparti les mains pleines des Maple Blues Awards ! L’an dernier, 5 trophées, cette année, 3 autres se sont ajoutés à la collection. En 5 ans d’existence, c’est épatant le nombre de prix raflés et de festivals auxquels le trio a participé. Après ses francs succès en extérieur en 2009, à L’Astral à l’hiver 2010 et cet été au Festival, revoici son blues gras, marécageux, ouaouaronesque, ses guitares vrombissantes, sa rythmique sentie, ses voix embrasées et l’album Tiger in your Tank.

Eddie Shaw and The Wolf Gang - 7 décembre, 20 h, L’Astral - Le vétéran du blues Eddie Shaw, ex-imprésario du légendaire Howlin’ Wolf, a allié toute une meute de musiciens exceptionnels autour des vibrations déchirantes de son saxophone et des sonorités mississippiennes de son harmonica : Eddie Vaan Shaw Jr., son fils, l’un des meilleurs guitaristes blues du coin, Lafayette « Shorty » Gilbert, bassiste d’expérience dont le chant fait frémir les plus endurcis, et le batteur Tim Taylor, fils du célèbre guitariste Eddie. Les loups entrent dans la bergerie : préparez-vous à un blues urbain de l’après-guerre qui va faire des ravages !

Il reste également des billets pour ces concerts :

Au Métropolis

Ben Harper, 27 septembre, 20 h / Goran Bregovic et son orchestre des mariages et des enterrements, 22 octobre, 20 h

À la Place des Arts

Diego El Cigala, 3 novembre, 20 h, Théâtre Maisonneuve

À L’Astral

Boubacar Traoré Trio, 1er octobre, 20 h, Maceo Parker, 27 octobre, 20 h / Bassekou Kouyate & Ngoni ba, 24 novembre, 20 h / ainsi que le Week-end Nø Førmat avec Ballaké Sissoko & Vincent Segal / Mamani Keita, 23 septembre, 20 h, et Kouyaté et Neerman / Mélissa Laveaux, 24 septembre, 20 h.

Le Festival de Jazz en tournée

Rappelons également que le Festival part en tournée à travers le Québec pour une 3e année. Cette fois, ce sont la star mondiale de la guitare Al Di Meola et la révélation québécoise des dernières années en piano jazz, Julie Lamontagne, qui sillonneront la province : à Montréal, les 23 et 24 février 2012 à L’Astral, ainsi qu’à Saint-Hyacinthe le 4 février, Saint-Jean-sur-Richelieu le 5 février, Valleyfield le 9 février, Shawinigan le 10 février, Montmagny le 11 février, Saint-Georges-de-Beauce le 12 février, Sherbrooke le 15 février, Gatineau le16 février, Longueuil le 17 février, Québec le 18 février, Rimouski le 19 février, Victoriaville le 21 février, L’Assomption le 22 février, Sainte-Thérèse le 25 février et Beloeil, le 26 février.

Organisme sans but lucratif, le Festival International de Jazz de Montréal poursuit, pour une 12e année consécutive, sa mission de diffusion et de développement du jazz et de ses musiques cousines, en réinvestissant ses surplus dans la présentation de concerts spéciaux de sa série Jazz à l’année. Avec l’appui de partenaires publics, plus précisément de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et du ministère du Patrimoine canadien, il peut ainsi offrir au public montréalais et à ses visiteurs la possibilité de vivre au rythme du jazz toute l’année durant. Le Festival tient également à souligner l’appui de la Maison du Festival Rio Tinto Alcan, l’hôte officiel de la série Jazz à l’année, ainsi que celui de Bell et du Hyatt Regency Montréal, respectivement partenaire et hôtel officiel de la série.

Billets en vente dès maintenant

On peut se procurer les billets à L’Astral (305, rue Sainte‑Catherine Est), au Métropolis (59, rue Sainte-Catherine Est), ou par Admission et Ticketmaster (admission.com et ticketmaster.ca, 1 855 790‑1245).Pour plus de renseignements, il faut joindre la Ligne Info-Jazz Bell au 514 871‑1881, sans frais au 1 85JAZZFEST ou visiter le montrealjazzfest.com.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google