;
Communiqué pour diffusion immédiate

Volet extérieur gratuit de la 33e édition du Festival International de Jazz de Montréal

Un Festival accroche-cœur !

Montréal, le mardi 5 juin 2012 - La 33e édition du Festival International de Jazz de Montréal, présenté par TD en collaboration avec Rio Tinto Alcan, lève le voile sur une programmation gratuite à la hauteur de tout ce qui s’est fait de mieux dans l’histoire du plus grand festival de jazz du monde. Comme chaque année, 2 millions de personnes devraient franchir, du 28 juin au 7 juillet, les entrées du magnifique site extérieur gratuit du Festival pour profiter de l’éventail de formules et de formats, qu’il s’agisse de vivre des expériences inoubliables dans des salles intimistes, de suivre le défilé ou de se fondre dans les foules monstres ralliées par des concerts plus grands que nature. C’est un voyage de 10 jours, parsemé de découvertes, de rendez-vous et de surprises, qui ne manquera pas de séduire les aficionados de jazz, mais aussi de conquérir les inconditionnels de blues, de rock, de musique du monde, de folk et d’autres musiques nées dans le vaste spectre d’influence du jazz. Au menu, un monde de trésors cachés, de perles de la relève et de légendes incontournables. Alors que Montréal se drapera des couleurs du monde entier, portées par les quelque 3000 musiciens invités d’une trentaine de pays, le Quartier des spectacles s’animera, de midi au petit matin, aux sons des guitares électriques comme des balafons, des contrebasses comme des platines, entraînant les plus jeunes comme les plus âgés et les mélomanes comme les oiseaux de nuit.

C’est maintenant dans un site résolument parachevé que pourront se dérouler les festivités. Cette année, 10 scènes, 30 séries, des centaines de concerts gratuits et une panoplie d’activités seront harmonieusement répartis au sein d’un Quartier des spectacles parvenu à son faîte. Les trois grandes scènes du Festival peuvent désormais s’étendre à leur aise et offrir aux festivaliers une accessibilité et une acoustique idéales. Qu’il s’agisse de profiter des terrasses et bistros, dont la nouvelle terrasse agrandie du Balmoral, ou de naviguer entre les scènes, les festivaliers pourront savourer sans contraintes cette magnifique fête de la musique pour tous !

Trois événements extérieurs gratuits

Comme chaque année, trois incontournables grands rassemblements extérieurs gratuits déferleront sur la place des Festivals, pour le plus grand bonheur des festivaliers. Pour ouvrir le bal, le Grand événement d’ouverture TD avec Rufus Wainwright, présenté en collaboration avec SiriusXM, s’installera sur la scène TD le jeudi 28 juin à 21 h 30. À mi-parcours, le mardi 3 juillet, La fièvre du mardi soir s’emparera de la place des Festivals lors d’un Grand événement spécial avec la troupe brooklynoise Escort. Les festivités s’achèveront en beauté le samedi 7 juillet sur les rythmes irrésistibles de Chromeo en Grand événement de clôture Rio Tinto Alcan.

Le Festival, scène par scène

Scène TD (place des Festivals)

La prestigieuse série Les Performances TD partagera la scène principale avec les trois Grands événements à 21 h et, en reprise, à 23 h. Le 29 juin, on pourra découvrir le projet fou du jeune vibraphoniste-percussionniste-chef d’orchestre Brian O’Neill : Mr. Ho’s Orchestrotica, qui laisse voir un big band de 22 musiciens transposer le répertoire bizarro-kitch du cultissime compositeur de musique lounge-expérimentale Juan García Esquivel. L’attachant auteur-compositeur-interprète montréalais Ian Kelly prendra la relève le 30 juin avec son 3e album de pop-folk, Diamonds & Plastic, orchestré par le pianiste Jon Day. Huit ans après son premier et unique passage au Festival, la charmeuse et lucide Souad Massi à la voix si pure rattrapera le temps perdu le 4 juillet en nous réservant notamment les douceurs maghrébines, folks et flamencos de son plus récent album, Ô houria. Le lendemain (5 juillet), les neuf Hongrois de Besh o droM, accompagnés aussi bien du cimbalom - dulcimer martelé à la base du folklore hongrois -, que de la platine du scratcheur, prouveront à quel point la musique traditionnelle de leur pays peut s’agrémenter d’un groove des années 2000 et d’un goût de l’improvisation jazz (aussi le 4 juillet sur la scène Rio Tinto Alcan).

Sur cette même scène, on verra défiler un peu plus tôt, à 18 h, les artistes de la série Les Gammes TD. Il s’agit notamment de  The Chris Tarry Group, le 1er juillet, mettant en vedette le bassiste louangé Chris Tarry, lauréat du Juno du meilleur album de jazz contemporain en 2008 pour Almost Certainly Dreaming, qui revient au Festival avec Rest of the Story, un livre-disque qui met en relief les talents de compositeur et… d’écrivain. Le batteur canadien le plus hot de la scène jazz, Karl Jannuska, nous fera le 4 juillet un retour très attendu après huit ans avec son tout nouveau joyau de jazz moderne, The Halfway Tree, où on peut entendre l’excellente chanteuse canadienne Sienna Dahlen. Le 6 juillet, le spectacle des Finissants du Camp de blues sera l’occasion de voir sur scène la cinquantaine de jeunes musiciens de 13 à 17 ans qui ont eu la chance de participer à ce camp de jour gratuit hors de l’ordinaire.

Scène Rio Tinto Alcan (angle Sainte-Catherine et Jeanne-Mance)

De retour sur la rue Sainte-Catherine, la scène Rio Tinto Alcan permettra aux festivaliers de profiter d’une accessibilité incomparable pour assister aux concerts de la série Les Soirées jazzy Rio Tinto Alcan à 20 h et 22 h. Trois concerts de cette série seront présentés uniquement à 20 h : le 28 juin, la brillante jeune chanteuse et pianiste montréalaise d’origine haïtienne Marie-Christine nous déclinera, pour la 1re fois au Festival, sa subtile proposition musicale faite de jazz, de soul, de pop et de R&B. Le 3 juillet, les festivaliers pourront accueillir un artiste d’exception au sommet de son art : le chanteur et guitariste malien Sidi Touré, venu nous présenter les chansons dansantes et festives de son plus récent album, Koïma. Les festivités se poursuivront le 7 juillet en compagnie Osaka Monaurail, une joyeuse bande de musiciens japonais qui, depuis 20 ans, brûle les scènes un peu partout sur la planète avec son cocktail irrésistible de funk… japonais !

Scène de la Grande-Place du complexe Desjardins

Les vacances à peine sonnées, c’est le retour en classe pour toute la famille avec La Petite école du jazz, présentée par Rio Tinto Alcan tous les jours à 11 h et à 13 h 30, du 28 juin au 7 juillet ! Les Zélèves, un quintette d’harmonies vocales mené par Victor-Jacques Ménard, aux côtés de James Gelfand et son quartette ainsi que la mascotte du festival, Ste-Cat, sont heureux de faire la leçon de jazz aux petits et grands, à travers cette initiation musicale dynamique, interactive et pleine de sourires ! Tout de suite après, à 15 h les 30 juin, 1er et 7 juillet, les familles pourront continuer la fête et se dégourdir en musique en participant à Musique en famille avec les ateliers Samajam, un atelier ludique de percussions présenté par Rio Tinto Alcan, partenaire principal du Projet de persévérance scolaire Samajam depuis 2011.

Scène Loto-Québec (Parterre de la Maison symphonique de Montréal, angle De Montigny et Clark)

Des étoiles montantes aux vedettes confirmées, le blues sera à l’honneur sur la scène Loto-Québec ! À 19 h, l’incontournable série Les Spectacles blues Loto-Québec recevra notamment le 28 juin le jeune prodige du blues rock Justin Saladino, un des lauréats du Grand Prix de Guitare de Montréal 2010, en formule trio avec Khayman McColgan (batterie) et Hans Blichert (basse). La prochaine génération du blues continuera de briller les 30 juin et 1er juillet avec le concert du véritable phénomène Jamiah on Fire & the Red Machine : trois membres, une moyenne d’âge de 14 ans, des riffs de guitare parfaitement maîtrisés et la voix déjà pleine de maturité de vrais bluesmen ! Le 3 juillet, les festivaliers pourront découvrir They Call Me Rico, le nouveau projet solo du chanteur des Madcaps, Frédéric Pellerin, qui sert un son résolument blues rock et des interprétations réussies d’un répertoire allant de Paul McCartney à Keb’ Mo’, auquel s’ajoutent ses propres compositions.

Un peu plus tard, Les Soirées blues Loto-Québec verront se succéder à 21 h et 23 h une série de musiciens hors pair, dont le lauréat du Toronto Blues Society Talent Search 2011 Award, Bradleyboy Mac Arthur (1er juillet), qui ramène le blues sur la piste de danse à coups de guitare, banjo, harmonica et autres instruments qu’il n’hésite pas à fabriquer. Le 3 juillet, le chanteur, auteur, compositeur, guitariste, arrangeur et autoproducteur Mike Goudreau viendra souligner ses deux décennies de métier avec son Boppin’ Blues Band et le nouvel album 20 Years of Blues & Bop. La série s’achèvera le 7 juillet en compagnie de The Bart Walker Band, où le jeune guitariste et bluesman virtuose Bart Walker, lauréat du prestigieux Prix Albert King, défendra les couleurs du 1er album de la formation, Who I Am.

Scène Bell (Esplanade Clark, angle Clark et Sainte-Catherine)

Les festivaliers pourront danser sous un soleil de midi à 20 h lors de la série Les Tropiques Bell ! Fidèle à sa réputation de redoutable machine à danser, le combo new-yorkais The Sway Machinery vivra son baptême festivalier le 30 juin, en proposant son mélange hautement volatil de musique juive, de funk et de musique du monde. Le 3 juillet, la Révélation Radio-Canada 2009 Musique du monde, Wesli, s’offre sa 3e visite au Festival avec son tout nouveau Liberté dans le noir, qui fait vibrer un cocktail irrésistible d’afro-beat et de reggae. La piste de danse aura à peine le temps de refroidir que La Chiva Gantiva, collectif portant les couleurs unies de la Colombie et de la Belgique, livrera le 5 juillet sa proposition musicale passionnée faite de funk aux accents de musique yiddish, révélée par son pétillant premier disque, Pelao.

La soirée se poursuit avec, à 22 h, la série Groove Bell qui présentera notamment Hess Is More le 28 juin. Ce sera l’occasion de voir le batteur jazz et compositeur allumé Mikkel Hess, entouré d’un orchestre de percussionnistes, servir sa formule ludique, hétéroclite et dansante pour un maximum de groove. Le 30 juin, le trio montréalais Plaster, qui réunit les talents du claviériste Alex MacMahon, du bassiste François Plante et du batteur Jean-Phi Goncalves, nous présentera son dernier album, Let It All Out, où son jazz électro groovy épatant s’enrichit d’une approche plus rock. Après avoir bourlingué en Europe pendant sept ans, François & the Atlas Mountains, premier artiste de l’Hexagone à signer un contrat avec l’estimable étiquette anglo-saxonne Domino, débarque le 2 juillet nous présenter E Volo Love, foisonnant disque qui pioche dans les symphonies de poche de Yann Tiersen et la folk cosmopolite de Beirut, en plus d’exploiter un filon afro-pop. Le collectif californien BlackMahal, mené par le coloré percussionniste et chanteur Ustad Lal Singh Bhatti, fermera la marche le 7 juillet avec un brassage de hip-hop et musique punjabi (et jazz et funk), un groove enturbanné aux chocs culturels des plus enthousiastes.

Scène CBC/Radio-Canada (parc des Festivals, angle De Maisonneuve et De Bleury)

La nuit tombera en musique avec la série Les Brunantes CBC/Radio-Canada, à partir de 20 h, en compagnie de plusieurs musiciens en lice pour le Grand Prix de jazz TD et le Prix Étoiles Galaxie. Le 30 juin, ce sera le brillant jeune guitariste irlandais Mark McKnight - entendu sur l’excellent album Do Or Die, où les références aux années 1950 et les ambiances feutrées façon Chet Baker ou Chico Hamilton s’émaillent de fraîcheur et de vitalité - qui s’amènera en trio. Le 5 juillet, les sept passionnés de Django Reinhardt du groupe Gypsophilia reviendront au Festival répandre leur jazz manouche aux multiples influences avec, sous le chapeau, leur 3e album, Constellation, paru en 2011. Ils précéderont le concert du Samuel Blais Quartet le 6 juillet, qui verra le saxophoniste québécois, un des principaux virtuoses de la relève jazz montréalaise (prix Opus du meilleur album jazz 2010-2011), nous revisiter trois ans après ses débuts au Festival.

Des rendez-vous à ne pas manquer, il y en aura tous les soirs à 22 h avec la série Les Rendez-vous. On comptera des retrouvailles avec un des pianistes les plus convoités de la scène jazz de Québec, reconnu pour la finesse de son jeu : Vincent Gagnon, venu nous présenter le 29 juin son 2e album, Himalaya, à la croisée du jazz et de la musique impressionniste. Le 2 juillet, ce sera au tour du pianiste montréalais d’adoption et guadeloupéen d’origine, Sylvain Ransy, en trio, célébré sur la scène jazz locale pour ses compositions originales nourries aussi bien des influences de Keith Jarrett, Oliver Jones et Oscar Peterson que de sonorités caribéennes. Un autre baptême festivalier aura lieu le 4 juillet avec le l’aventureux violoniste et compositeur italien Luca Ciarla et son Quartet, avec un répertoire frétillant entre jazz, musique classique et folklore européen, enrichi au moyen d’outils électroniques, comme en fait foi l’album Fiddler in the Loop. Le 6 juillet, le saxophoniste phare de la scène jazz québécoise Frank Lozano, dont la réputation déborde largement nos frontières, revient accompagné de son Montreal Quartet nous présenter son plus récent opus, Destin.

Lounge Heineken (angle Sainte-Catherine et Bleury)

Les festivaliers pourront se désaltérer en musique au Lounge Heineken ! À 17 h et 19 h, un orchestre de blues-rock primitif issu de la Ville des anges nommé The Record Company replongera le public au cœur des années 1950, les 30 juin et 1er juillet. Les 4 et 5 juillet, c’est rien de moins qu’une expérience gospel en rupture avec les dogmes établis qui attend les festivaliers avec l’ensemble montréalais laïque Irreverend James and the Critical Mass Choir. La semaine de musique s’achèvera en compagnie des Howlin’ Hound Dogs les 6 et 7 juillet, un groupe qui entretient bien vivante la flamme du rockabilly dans les rues de Montréal et qui veille scrupuleusement à ce que coiffures banane et rythmes country-rock du milieu du 20e siècle ne passent jamais de mode !

L’Astral (Maison du Festival Rio Tinto Alcan, 305, rue Sainte-Catherine Ouest)

À minuit, L’Astral verra s’éveiller les oiseaux de nuit venus de tous les horizons, cependant que les Open House prendront place jusqu’au petit matin. Pour préchauffer la piste de danse, le duo franco-anglo le plus hot de la scène reggae-dub de Montréal, Ghostbeard & Poirier, s’installera aux platines du 28 juin au 1er juillet avec les beats à faire vibrer les murs de ses soirées Sud-West. Du 2 au 4 juillet, c’est un tout autre type de sound system qui prendra le relais : le Jazz Amnesty Sound System, concocté par les bons soins de DJ Andy Williams et sweet dady luv, destiné aux amoureux du jazz sous toutes ses formes et ses sous-genres, du swing au blues, en passant par le funk, l’électro ou le be-bop. Le soleil de minuit brillera de tous ses feux lors des trois soirées de Canicule Tropicale que nous réservent les platineurs Philippe Noël, Don Pedro et DJ Kobal du 5 au 7 juillet. Au menu : grooves caribéens, africains et latino-américains qui donnent chaud… et peinture en direct !

Bistro Le Balmoral (Maison du Festival Rio Tinto Alcan, 305, rue Sainte-Catherine Ouest)

Tous les soirs et deux fois par soir, à 22 h et à minuit, la série Musique au Balmoral présentée par SiriusXM offrira des concerts gratuits de 45 minutes sans entracte aux festivaliers, qui pourront même en profiter pour combler leur petite fringale grâce aux délicieuses propositions du Bistro Le Balmoral. Du 28 au 30 juin, le guitariste Lou Boustani et son trio proposeront aux jazzophiles couche-tard un rendez-vous feutré de fin de soirée. Le pianiste, chanteur et compositeur montréalais Steve Amirault prendra le relais les 1er et 2 juillet en formule solo piano, démontrant une fois de plus la maîtrise, la plénitude et la fraîcheur qui lui ont valu de figurer parmi les musiciens les plus achevés du Canada. Le guitariste et chanteur aguerri Dale Boyle revient en solo les 3 et 4 juillet nous présenter ses compositions puisant aux racines du country, du blues, du rock et du folk. La série s’achèvera en compagnie d’un des guitaristes les plus en vogue à Montréal, Thomas Carbou, en solo ; du 5 au 7 juillet, ce spécialiste de la huit-cordes qui navigue entre jazz, musique du monde, folk, chanson et musique électronique, puisera dans le répertoire de ses quelque 12 albums, dont le petit dernier, Hekátê II.

Savoy du Métropolis (59, rue Sainte-Catherine Est)

La piste de danse du Savoy vibrera de mille beats dès minuit pendant la série Nightcap Heineken. Cette année, les quatre lunatiques excentriques d’aRTIST oF tHE yEAR seront de retour au Festival les 28, 29 et 30 juin avec, en poche, un électro rock urbain généré par de vrais instruments - guitares, basses et claviers -, pour nous faire danser sur des grooves funk jusqu’au bout de la nuit. Bien ancrés dans un joyeux mélange multiculturel, les membres du collectif Heavy Soundz nous proposeront du 1er au 4 juillet un voyage aux rythmes déjantés pour une soirée de frénésie fêtarde, un tourbillon des plus caliente de musique latine urbaine épicée de reggae, ska et hip-hop. Du 5 au 7 juillet, Kalmunity nous réserve trois concerts différents avec, comme principe de base, un concept collectif alliant poésie, R&B, hip-hop, afro-beat, funk, reggae, soul, flamenco ou slam, beaucoup d’improvisation et une bonne dose d’énergie positive !

Des concerts dès midi !

Scène Rio Tinto Alcan (angle Sainte-Catherine et Jeanne-Mance), scène CBC / Radio-Canada (parc des Festivals, angle De Maisonneuve et De Bleury), place des Festivals et Lounge Heineken (angle Sainte-Catherine et De Bleury)

Tous les jours du Festival, les festivités débutent dès midi ! En effet, les meilleures formations jazz des écoles secondaires et collégiales ne manqueront pas d’impressionner les festivaliers sur la scène Rio Tinto Alcan dans le cadre de la série JazzFest des jeunes, présentée par Rio Tinto Alcan à midi et à 15 h. L’après-midi ne sera pas en reste : des animations musicales hautes en couleur de type dixieland prendront d’assaut les marches de la PdA (à 13 h, 14 h et 16 h), de la place des Festivals (14 h et 17 h) ou encore le Lounge Heineken (devant la scène) à 16 h et 18 h. On pourra voir notamment du 28 juin au 1er juillet Mike Essoudry’s Mash Potato Mashers, une des formations les plus hot d’Ottawa, propulsée par deux batteurs et une section de cuivres, claironnant des airs klezmer, reggae, ska, brésiliens et jazz néo-orléanais. Du 3 au 7 juillet, c’est le Lagniappe Brass Band, un pétaradant orchestre funk de La Nouvelle-Orléans passé maître dans l’art de faire bouger une foule, qui ne manquera pas de virer le Festival sens dessus dessous. À 16 h, Les Envolées du Festival présenteront des combos universitaires sur la scène CBC/Radio-Canada, alors que 17 h sonnera le début des Rencontres festives sur la place des Festivals, laissant deux groupes jouer aux deux extrémités de la scène avant de se rejoindre au centre pour s’affronter musicalement dans la joie et dans la foule.

Les boutiques et restos du Festival

Après avoir fait le plein de musique ou dansé jusqu’en perdre haleine, on pourra toujours trouver sur le site du Festival tout ce qu’il faut pour se rassasier et se désaltérer. Un petit creux ? Cassons la croûte à la Friterie, au Barbecue, au camion à tacos, aux chariots à hot-dogs et de barres glacées Häagen-Dazs, ou, pour une touche plus exotique, régalons-nous aux kiosques mangues en fleur ou porchetta. Pour se désaltérer, plusieurs formules, de l’ambiance décontractée du Lounge Heineken aux comptoirs conviviaux des Jazz Bars Heineken, du Bar Amarula ou du Bistro Express SAQ, des terrasses accueillantes du Bar Terrasse, de la Terrasse Amarula ou des Bistros SAQ aux dégustations variées de porto au Kiosque Porto Cabral ou de café au Café Jura… Enfin, il y a la Terrasse des Vins du Sud-Ouest, la nouvelle terrasse agrandie du Balmoral, située directement sur la place des Festivals, qui pourra désormais accueillir les festivaliers en plus grand nombre, au soleil et en plein cœur de l’action ! Le bistro du Festival offrira cette année encore un menu, un décor et une ambiance qui charmeront même les plus exigeants. Et après avoir testé avec succès cette formule l’année dernière, le Festival s’associe de nouveau avec Naya pour offrir la Fontaine Naya, un point de ravitaillement en eau de source où on peut remplir sa gourde ou sa bouteille réutilisable à faible coût, dans le but de réduire considérablement l’utilisation de bouteilles d’eau en plastique. Les Boutiques de souvenirs du Festival et la Tente disquaire Archambault auront quant à elles pignon sur rue afin de permettre aux Festivaliers de se procurer toutes sortes de produits directement liés au Festival, du t-shirt à l’effigie de Ste-Cat au premier disque d’un artiste nouvellement révélé, en passant par les affiches, les crayons, etc.

Richard Séguin à la Galerie Lounge TD

La Galerie Lounge TD, située pendant le Festival à la salle d’exposition de l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme de la Place des Arts, nous réserve une mine d’œuvres d’art d’artistes qui ont le jazz comme passion commune. Pour cette 33e édition du Festival, les organisateurs du Festival et la Galerie Lounge TD sont fiers de présenter Riff de Guit, une œuvre de Richard Séguin reproduite en sérigraphies à tirage limité, numérotées, signées et offertes du 28 juin au 7 juillet. De plus, pour toute la durée du Festival, la Galerie exposera des gravures originales de Richard Séguin que les collectionneurs pourront acquérir. Finalement, on pourra aussi se procurer la sérigraphie de l’affiche Accroche-Cœur, ainsi que des œuvres originales, de notre artiste en résidence Yves Archambault, dont le Festival célèbre cette année 25 ans de collaboration féconde.

Merci à nos partenaires

Sans l’apport de nos précieux partenaires publics et privés, ce prestigieux événement qu’est devenu le Festival International de Jazz de Montréal, cette belle et grande fête de la musique sans but lucratif, ne pourrait exister dans sa formule d’animation urbaine accessible à tous gratuitement. Nous remercions chaleureusement notre commanditaire principal et présentateur officiel TD ainsi que Rio Tinto Alcan, coprésentateur du Festival, pour leur soutien renouvelé. Merci également à Bell Canada, Loto-Québec, la Société des Alcools du Québec, Heineken, SiriusXM et tous nos fournisseurs et collaborateurs fidèles depuis des années. Nous remercions le gouvernement du Québec, le gouvernement du Canada et leurs différents ministères et organismes ainsi que la Ville de Montréal, Tourisme Montréal, le Consulat général de France à Québec, la SACEM et le Fonds pour la création musicale pour leur engagement. Merci aussi à nos partenaires médias et à toute l’équipe du Festival.

Tout savoir avec les outils d’information Info‑Jazz

On peut se procurer le programme officiel Info-Jazz gratuit (tiré à 200 000 exemplaires) et le dépliant complet Info-Jazz - l’horaire complet de format pratique tiré à 500 000 exemplaires - dès aujourd’hui au Métropolis, à la Place des Arts et, dans les jours qui suivront, dans les salles où seront présentés les spectacles et dans plusieurs succursales de la SAQ de la métropole, de même que dans la plupart des hôtels du centre-ville, dans les succursales Archambault et chez les principaux disquaires et libraires de Montréal. On retrouvera aussi des programmes et des dépliants du Festival aux quatre kiosques Info-Jazz.

Pour toute information, on pourra consulter le site Internet Info-Jazz du Festival (montrealjazzfest.com) ou la ligne Info-Jazz (514 871‑1881 ou, sans frais, 1 85JAZZFEST). Un service touristique est aussi offert. Pour information, notamment sur les forfaits touristiques à la carte : montrealjazzfest.com/forfaits.

La 33e édition du Festival International de Jazz de Montréal se déroulera du jeudi 28 juin au samedi 7 juillet 2012.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google