;
Communiqué pour diffusion immédiate

Info-Festival

L’écologie à l’honneur

Véritable fer de lance en matière d’initiatives écologiques dans le milieu culturel, le Festival International de Jazz de Montréal est fier de présenter sa démarche de développement durable dans la nouvelle rubrique de son site internet consacrée à ses actions vertes : section À propos, onglet Développement durable. Y sont détaillées les mesures concrètes mises en œuvre par le Festival au fil des ans.

Depuis sa création, le Festival International de Jazz de Montréal fait preuve de persévérance et d’ingéniosité en matière d’actions écologiques. Qu’il s’agisse de favoriser la réduction à la source, d’optimiser le réemploi, de maximiser le recyclage ou de valoriser les matières biologiques, les organisateurs du Festival multiplient les initiatives destinées à réduire l’empreinte écologique de l’événement. Ces initiatives se manifestent dans tous les secteurs de l’organisation : équipement de scène en respect avec les normes d’efficacité énergétique, utilisation de produits nettoyants bio et utilisation de serviettes, de verres et d’assiettes biodégradables dans les lieux de restauration, impression des outils promotionnels sur du papier recyclé, récupération de l’eau de pluie pour l’arrosage des plantes, compostage, recyclage, choix privilégié de fournisseurs locaux. Ainsi, en moyenne, 27 tonnes de matières recyclables sont traitées chaque année sur le site du Festival en collaboration avec le Consortium Écho-Logique, soit environ 28 % de fibres de carton, 30 % de plastique (dont près de 150 000 verres), verre et métal ainsi que 6 % de bois. De plus, le Festival s’associe pour une deuxième année consécutive avec Naya pour offrir la Fontaine Naya, alimentée à l’énergie solaire, un point de ravitaillement en eau de source où on peut remplir sa gourde ou sa bouteille réutilisable à faible coût. En plus de ces mesures concrètes, le Festival réduit à la source, c’est-à-dire qu’il planifie stratégiquement ses besoins réels afin de maximiser ses résultats. Depuis 2004, les mesures de réduction à la source mises en place ont permis de diminuer de plus du tiers les matières générées. Pour une 5e année consécutive, le Festival est carboneutre, ce qui en fait un des premiers évènements en Amérique du Nord à avoir obtenu cette certification, grâce au partenariat avec Rio Tinto Alcan, Planetair et le Fonds d’action québécois pour le développement durable, et au programme de crédits compensatoires lié à la neutralité d’émissions de CO2.

En 2009, l’ensemble de ces initiatives a valu au Festival le prix du Tourisme durable des Grands Prix du tourisme du Québec.

La fièvre du mardi soir avec Escort

Demain, 21 h 30, scène TD

La fièvre Escort va s’emparer de la place des Festivals ! Poursuivant sa tradition de présenter en mi-parcours du Festival un événement spécial avec un artiste ou un groupe révélation, le Festival International de Jazz de Montréal est fier de faire découvrir LA sensation de l’heure de la hip scene de Brooklyn lors d’un Grand événement extérieur gratuit. Escort, c’est un retour aux sources du disco des années 1970 : sur scène, la clique de 17 musiciens réputée pour son incroyable énergie prend le pas sur la machinerie, préservant l’authenticité organique de ce genre qui est passé à l’histoire. Un concert qui s’annonce résolument énergique et dévastateur pour nos hanches !

Circulation et sécurité sur le site

Le site du Festival restera fermé à la circulation automobile, chaque jour de 18 h à 3 h, jusqu’au matin du 8 juillet à 6 h. Pour planifier sa venue aux Festival International de Jazz de Montréal et tout connaître sur les fermetures de rues, l’accès au site en voiture, à vélo ou à pied : montrealjazzfest.com, onglet Accès au site.

Concerts à guichets fermés

Les concerts suivants affichent complet :

♫ Patrick Watson. Première partie : Loney Dear (4 juillet, 19 h 30 - Salle Wilfrid-Pelletier, PdA)

♫ Tord Gustavsen Ensemble avec Tore Brunborg, Mats Eilertsen et Jarle Vespestad (4 juillet, 18 h - Gesù - Centre de créativité)

♫ Seal (6 juillet, 19 h 30 - Salle Wilfrid-Pelletier)

♫ Norah Jones. Première partie : Jim Campilongo Trio (7 juillet, 19 h 30 - Salle Wilfrid-Pelletier, PdA)

♫ Molly Johnson (7 juillet, 21 h - L’Astral)

Spectacles en salle : encore d’excellentes places disponibles

Si plusieurs concerts affichent complet, des billets sont toujours en vente notamment pour les concerts suivants :

The Devil’s Music: The Life and Blues of Bessie Smith, d’Angelo Parra - 2 au 7 juillet, 19 h (3 juillet à 20 h), Cinquième Salle, PdA - On le sait, le blues a souvent été appelé la musique du diable. Et la légendaire Bessie Smith - dont la vie n’était effectivement pas celle d’un ange, diront certains - l’assumait très bien, elle qui en était une des grandes ambassadrices dans les années 1920 et 1930. Pour incarner dans ce spectacle entre one woman show et musical, un hommage biographique salué par les critiques à la suite d’un triomphal passage off-Broadway, la multidisciplinaire Miche Braden (prononcer « Miki ») qui, par sa voix et sa présence merveilleusement soulignées par un trio de musiciens, parvient à faire revivre celle qu’on surnommait « l’impératrice du blues ».

Caravan Palace. Première partie : Lady Linn and Her Magnificent Seven - ce soir, 20 h 30, Métropolis - Avec son jazz-swing ascendant manouche-électro (ouf !), l’excentrique sextette parisien crée la fête à tout coup - on en a pour souvenir le fabuleux spectacle surprise offert aux festivaliers en grand concert extérieur gratuit il y a deux ans. De retour pour le plus grand plaisir de tous, Caravan Palace nous présente le matériel de son tout nouvel album, Panic, qu’on attendait impatiemment (et c’est peu dire…). Mais tout d’abord, le soul et le swing rétro et cuivré de la nouvelle sensation belge, Lady Linn and Her Magnificent Seven.

Bill Charlap et Renee Rosnes piano duo - ce soir, 22 h 30, Gesù - Centre de créativité - Bill Charlap et Renee Rosnes étaient déjà considérés parmi les meilleurs pianistes des scènes jazz américaine et internationale quand ils se sont mariés en 2007. Depuis, ils ont engendré une œuvre remarquable, Double Portrait, en 2010, salué comme étant un des duos au piano les plus aboutis de l’histoire du jazz. Un quatre mains étincelant, révélant une complicité musicale et personnelle hors du commun.

Sophie Hunger solo chante Dylan Billy Bragg solo - demain, 20 h 30, Métropolis - Illustre dépositaire d’un folk-rock urbain populo et indigné, le musicien et activiste anglais Billy Bragg revendique l’héritage du grand Woodie Guthrie. Signataire de classiques tels Which Side Are You On? et A New England, ce sympathique trublion vient nous brasser la cage pour la toute première fois. En ouverture de ce programme double, notre Suissesse préférée, Sophie Hunger, grande découverte du Festival en 2010, applaudie de nouveau l’an dernier. Cette fois, l’ensorcelante musicienne se présente en solo avec son concert Be part of my dream, en hommage à Bob Dylan.

L’Orkestre des Pas Perdus - demain, 18 h, L’Astral - Musique enjouée pour cuivres et autres métaux. Compositions originales aux arrangements colorés et imaginatifs. Interprétation énergique et tonifiante. Ainsi apparaît L’Orkestre des Pas Perdus, habilement dirigé depuis 1993 par le tromboniste, compositeur et arrangeur Claude St-Jean. L’O.P.P., c’est à la fois du jazz, du funk, du swing, du cabaret surréaliste, des ambiances cinématographiques et une fanfare déjantée. De retour au Festival après une absence de trois ans, la formation présentera des pièces du disque L’âge du cuivre, paru en 2011.

Aaron Parks et Joey Calderazzo, piano duo - demain, 22 h 30, Gesù - Centre de créativité - D’un côté, un « visionnaire » selon Jazz Times, qui a signé des bandes sonores de films de Spike Lee et mélange les influences classiques, jazz progressif, rock, hip-hop et groove. De l’autre, un pianiste jazz de renom et collaborateur recherché, influencé aussi bien par John Coltrane que Debussy ou The Beatles. Résultat : une rencontre au sommet, un quatre-mains éblouissant proposé par 2 étoiles incontournables de la scène jazz pianistique, qui nous font l’honneur de leur 1er concert ensemble.

Carmen Lundy - 4 juillet, 18 h - Club Soda - Carmen Lundy représente un cas d’espèce dans le jazz. Chanteuse magnifique, compositrice accomplie et même comédienne et peintre à ses heures, cette artiste complète s’est produite sur les scènes du monde depuis les années 1970. Et avec les plus grands : Don Pullen, Kenny Barron, John Hicks … Une grande dame qu’il nous fait plaisir de retrouver neuf ans après sa seule et unique escale au Festival avec, au répertoire, son nouvel album Changes.

Colin Vallon Trio - 4 juillet, 21 h, L’Astral - Le trio composé de Colin Vallon (piano), Patrice Moret (contrebasse) et Samuel Rohrer (batterie) s’installe tranquillement au firmament de la scène jazz suisse. À l’écart des sentiers battus, les 3 jeunes musiciens ont créé une musique inspirée et innovante, saluée pour son originalité et son audace. Et alors que le trio vient d’intégrer le prestigieux label ECM avec son 3e album, Rruga, et qu’il nous fait sa 1re visite au Festival, quelque chose nous dit qu’il a réussi son entrée dans la cour des grands !

L’Orchestre Poly-Rythmo 4 juillet, 22 h, Club Soda - Le Tout-Puissant Orchestre Poly-Rythmo (ou Poly-Rythmo pour les intimes) roule sa bosse depuis la fin des années 1960. Célébré sur le continent africain, le collectif béninois spécialisé dans l’afro-funk aurait endisqué quelque 500 albums - dont certains s’envolent aujourd’hui à prix d’or - et accompagné des légendes comme Fela Kuti, Manu Dibango et Miriam Makeba. Redécouvert en 2007, il surfe aujourd’hui sur une vague de popularité bien méritée. Son récent CD Cotonou Club a été enregistré avec la complicité d’Angélique Kidjo.

Emir Kusturica. Première partie : Sergiu Popa, Shukar Roma - 5 juillet, 18 h, Métropolis - Deux ans après leur électrisante prestation extérieure sur la place des Festivals, le cinéaste-acteur-musicien-compositeur-producteur serbe Emir Kusturica (Underground, Chat noir, chat blanc…) et son formidable No Smoking Orchestra reviennent nous faire trinquer et danser. Cette fois, c’est au Métropolis qu’on pourra apprécier les rythmes gipsy/électro/rock de ces joyeux lurons. Et quel privilège : sachez que Montréal constitue l’unique escale nord-américaine de notre Emir préféré cet été ! En première partie, l’accordéoniste moldave Sergiu Popa.

Des artistes à découvrir lors des spectacles extérieurs gratuits :

les programmateurs du Festival vous suggèrent…

Ce soir, 2 juillet

François & the Atlas Mountains - 22 h, Scène Bell - Grand bourlingueur devant l’Éternel, François Marry transporte ses Atlas Mountains (nom donné à son loyal groupe d’accompagnement) un peu partout en Europe depuis 7 ans. Musicalement, le garçon pioche dans les symphonies de poche de Yann Tiersen et la folk cosmopolite de Beirut, en plus d’exploiter un filon afro-pop qui aurait plu à Serge Gainsbourg. Premier artiste de l’Hexagone à signer un contrat avec l’estimable étiquette anglo-saxonne Domino (The Kills, Arctic Monkeys, Franz Ferdinand…), il nous présente E Volo Love, foisonnant disque au titre palindromique.

Sidi Touré - ce soir, 20 h, Scène Bell et demain, 20 h, Scène Rio Tinto Alcan - De cet inépuisable filon musical que constitue le Mali nous provient un joyau méconnu, Sidi Touré. Modèle de détermination, le sympathique chanteur et guitariste de noble lignée a dû surmonter les réticences de sa famille pour suivre sa vocation musicale. S’il ne jouit pas de la même aura que ses compatriotes Salif Keita ou Amadou et Mariam, Touré n’en demeure pas moins un artiste d’exception qu’on accueille au sommet de son art. Il nous présentera son plus récent album, Koïma, un opus aux influences bigarrées qualifié de dansant et festif.

Demain, 3 juillet

They Call Me Rico - 19 h, scène Loto-Québec - They Call me Rico marque le début en solo du chanteur des Madcaps, Frédéric Pellerin, alias Rico. Au menu : un son résolument blues rock et des interprétations réussies d’un répertoire allant de Paul McCartney à T.Rex en passant par Keb’ Mo’, The Rolling Stones, ou Neil Young, auquel s’ajoutent ses propres compositions.

Wesli -20 h, Scène Bell - Révélé en 2009 par son 1er album Kouraj, Wesli s’est imposé comme une des figures les plus prometteuses de la scène musique du monde de Montréal. Un essai confirmé avec son tout nouveau Liberté dans le noir, qui fait vibrer le même cocktail irrésistible d’afro-beats et de reggae. Et pour le bonheur de nos petits dansants, celui qui a été sacré Révélation Radio-Canada 2009 pour la musique du monde s’offre sa 3e visite au Festival !

Danakil - 3 juillet, 22 h et 4 juillet, 20 h, scène Bell - La relève du reggae français est assurée ! Formé par une bande de copains de lycée de la région parisienne, le groupe porte en rythmes un reggae contestataire enraciné dans l’engagement. Après 4 disques - dont le dernier, Échos du Temps, paru en 2011 - et des coups d’éclat comme leur reprise reggae de Non, je ne regrette rien d’Édith Piaf, Danakil est devenu une des formations les plus actives sur les planches parisiennes. Et c’est en spectacle qu’on apprécie toute l’ampleur et le talent du groupe !

Lagniappe Brass Band - 3 au 7 juillet - Populaire en ses terres comme à l’étranger, ce pétaradant orchestre de La Nouvelle-Orléans donne jusqu’à 250 concerts annuellement (en plus d’accompagner des mariages de temps à autre). Tombés dans la marmite funk dans leur jeunesse, les membres du Lagniappe Brass Band sont passés maîtres dans l’art de faire bouger une foule. Ils ne manqueront pas de virer le Festival sens dessus dessous.

Mercredi, 4 juillet

Besh o droM - 4 juillet, 20 h et 22 h, Scène Rio Tinto Alcan et 5 juillet, 21 h et 23 h, Scène TD - De Hongrie, les 9 musiciens de Besh o droM, réunis depuis 1999, ont apporté à la musique traditionnelle de leur pays un groove des années 2000 et un goût de l’improvisation jazz qui surprend. Avec eux, le cimbalom - dulcimer martelé à la base du folklore hongrois -, côtoie la platine du scratcheur. Énergique, tonique et dansant en diable ! Pour sa première visite depuis 2004, la grouillante troupe magyare se produira 4 fois en 2 soirs sur 2 scènes différentes !

Souad Massi - 21 h et 23 h, Scène TD - Dépositaire d’un amalgame de sonorités maghrébines, folk et flamenco, Souad Massi fait rimer douceur avec douleur si aisément que l’on croirait entendre la version algérienne d’un croisement entre Joan Baez et Françoise Hardy. Charmeuse et lucide, la chanteuse à la voix si pure rattrapera le temps perdu depuis son premier et unique passage au Festival, il y a 8 ans déjà. Dans l’intervalle, elle a régalé ses fans de 3 albums dont le plus récent, Ô houria, a été enregistré avec l’aide d’un certain Francis Cabrel.

Johnny Sansone & MonkeyJunk - 21 h et 23 h, Scène Loto-Québec - Originaire du New Jersey, ce chanteur, harmoniciste et accordéoniste vit à La Nouvelle-Orléans et quadrille la Louisiane depuis plus de 20 ans. Et ça se sent… La brute et gommeuse récente parution The Lord Is Waiting and the Devil Is Too est l’œuvre d’un musicien qui, de toute évidence, a ses habitudes dans le bayou et ses entrées dans les meilleures chaumières - il fraye notamment avec le grand Sonny Landreth… Bref, vous trouverez difficilement plus authentique que ce chevronné bluesman.

Des rendez-vous nocturnes au Bistro Le Balmoral

Les jazzophiles couche-tard trouveront quant à eux leur bonheur à 22 h et à minuit avec les concerts gratuits de la série Musique au Balmoral, tout en comblant leur petite fringale grâce aux délicieuses propositions du Bistro. Ce soir, le pianiste, chanteur et compositeur montréalais Steve Amirault se produira en formule solo piano. Les 3 et 4 juillet, le guitariste et chanteur aguerri Dale Boyle reviendra en solo nous présenter ses compositions puisant aux racines du country, du blues, du rock et du folk, avant que la série ne s’achève en compagnie du spécialiste de la guitare à huit cordes, Thomas Carbou, du 5 au 7 juillet.

Des soirées enflammées - et gratuites ! -à L’Astral et au Savoy

Dès minuit, les oiseaux de nuit auront le choix entre les soirées enflammées des Open House à L’Astral et les nuits de party déjanté au Savoy du Métropolis ! À L’Astral, on verra défiler DJ Andy Williams et sweet daddy luv avec le Jazz Amnesty Sound System destiné aux amoureux du jazz sous toutes ses formes (du 2 au 4 juillet), ainsi que trois soirées de Canicule Tropicale concoctées par les platineurs Philippe Noël, Don Pedro et DJ Kobal du 5 au 7 juillet. De côté de la série Nightcap Heineken au Savoy, ce sont le collectif des plus caliente Heavy Soundz (jusqu’au 4 juillet) et Kalmunity aux commandes d’un concept collectif alliant impro, slam, R&B, hip-hop, funk ou reggae (du 5 au 7 juillet) qui s’occuperont de faire vibrer la piste de danse !

Changements à la programmation

La série Musique au MAC, prévue au Musée d’art contemporain de Montréal à 20 h, est déplacée à 20 h 30 au Théâtre de Quat’sous, situé au 100, av. des Pins Est. Les concerts de la série Musique au MAC concernés sont :

  • ChapelierFou, ce soir et demain
  • Mesparrow, 4 et 5juillet
  • MisjaFitzgeraldMichel, A portrait of Nick Drake, 6 et 7juillet

Le concert d’Emeli Sandé, prévu le ce soir à 22 h au Club Soda, est reporté à l’automne. Les billets achetés pour ce concert seront honorés l’automne prochain ou peuvent être remboursés au point d’achat (Club Soda, 1225, boul. Saint‑Laurent).

Le spectacle de Dirty Projectors (première partie : Purity Ring), prévu au Club Soda le 7 juillet à 22 h déménage à la SAT (Société des arts technologiques, 1195, boul. Saint-Laurent), même date, même heure.

Le 7 juillet, la soirée 5e anniversaire de Music Is My Sanctuary, prévue à la SAT à 22 h, est déplacée au Métropolis et son accès sera gratuit.

Un petit creux ? Les restos du Festival !

Après avoir fait le plein de musique ou dansé jusqu’en perdre haleine, on pourra toujours trouver sur le site du Festival tout ce qu’il faut pour se rassasier et se désaltérer. Un petit creux ? Cassons la croûte à la Friterie, à la Gaufrerie, au Barbecue, au camion à tacos, aux chariots à hot-dogs et de barres glacées Häagen-Dazs, ou, pour une touche plus exotique, régalons-nous aux kiosques mangues en fleur ou porchetta. Pour se désaltérer, plusieurs formules, de l’ambiance décontractée du Lounge Heineken aux comptoirs conviviaux des Jazz Bars Heineken, du Bar Amarula ou du Bistro Express SAQ, des terrasses accueillantes du Bar Terrasse, de la Terrasse Amarula ou des Bistros SAQ aux dégustations variées de porto au Kiosque Porto Cabral ou de café au Café Jura… Enfin, il y a la Terrasse des Vins du Sud-Ouest, la nouvelle terrasse agrandie du Balmoral, située directement sur la place des Festivals, qui pourra désormais accueillir les festivaliers en plus grand nombre, au soleil et en plein cœur de l’action ! Le bistro du Festival offrira cette année encore un menu, un décor et une ambiance qui charmeront même les plus exigeants.

Rappelons que tous les profits réalisés dans le cadre de la vente de tous ces produits sont entièrement consacrés au financement des activités gratuites du Festival, une société sans but lucratif. Trente-six pour cent des revenus du Festival proviennent ainsi des ventes au public, que ce soit à la billetterie, dans ses restos-terrasses ou encore avec la Galerie Lounge TD.

Le tout nouveau concours Facebook : J’aime le Festival de Jazz

En devenant fan de la page Facebook officielle de l’événement, les internautes pourront participer chaque jour au grand concours J’aime le Festival de Jazz sur Facebook. Au total, près de 40 000 $ en prix seront décernés. 1er prix : grand prix de 15 000 $ en argent comptant offert par TD ; 2e prix : un cellier d’une valeur de 4 500 $ offert par la SAQ ; 3e prix : une carte-cadeau dans les hôtels Fairmont d’une valeur de 3 000 $ offerte par Rio Tinto Alcan ; 4e prix : une machine à café automatique d’une valeur de 3 000 $ offerte par Jura ; 5e prix : une collection de 50 CD de blues d’une valeur de 1 000 $ offerte par Loto-Québec ; 6e prix : une carte-cadeau de 500 $ offerte par Archambault ; 7e prix : une radio XM avec un abonnement d’un an d’une valeur de 500 $ offerts par SiriusXM. Le tirage aura lieu le 9 juillet 2012 à midi. Il est possible de participer chaque jour en visitant la page Facebook du Festival. Des dizaines de prix instantanés d’une valeur totalisant 10 000 $ seront aussi offerts par TD et La Presse à la Tente des amis, sur le site extérieur du Festival.

Vivre le Festival au jour le jour

On peut vivre le Festival en direct sur les réseaux sociaux Facebook (www.facebook.com/festival.jazz.montreal) et Twitter (www.twitter.com/FestivalJazzMtl). On peut y lire un rappel de la programmation au jour le jour et les nouvelles de dernière heure.

 

- 30 -


Événements de presse à venir

Les dates sont sujettes à changement. Merci de vous renseigner auprès de l’équipe des relations de presse du secteur des événements.

Aujourd’hui

13 h                 Remise du Prix Miles-Davis à Ron Carter

Salle Stevie Wonder, Maison du Festival Rio Tinto Alcan

14 h 30 Répétition devant médias de The Devil’s music:The Life and Blues of Bessie Smith d’Angelo Parra

Cinquième Salle, PdA

18 h                 Remise devant public du Prix Miles-Davis à Ron Carter

Club Soda (1225, boul. Saint-Laurent)

Sur invitation seulement

Mardi 3 juillet

13 h                 Lancement d’album de Misteur Valaire

Salle Stevie Wonder, Maison du Festival Rio Tinto Alcan

14 h                 Répétition devant médias d’Escort

Scène TD, place des Festivals

20 h                                       Première médiatique de The Devil’s music:The Life and Blues of Bessie Smith d’Angelo Parra

Cinquième Salle, PdA

Jeudi 5 juillet

13 h                 Remise du Prix Antonio-Carlos-Jobim à Emir Kusturica

Salle Stevie Wonder, Maison du Festival Rio Tinto Alcan

15 h                 Remise du Prix Oscar-Peterson à Peter Appleyard

Salle Stevie Wonder, Maison du Festival Rio Tinto Alcan

19 h 30             Remise devant public du Prix Ella-Fitzgerald à Liza Minnelli

Salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts

Sur invitation seulement

21 h 30             Remise devant public du Prix Oscar-Peterson à Peter Appleyard

Théâtre Maisonneuve, Place des Arts

Sur invitation seulement

La salle de presse au cœur du Festival

Encore cette année, la salle de presse du Festival est située à la Maison du Festival Rio Tinto Alcan, au 305rue Sainte-Catherine Ouest au 2e étage. Les heures d’ouverture sont les suivantes : de 10 h à 23 h jusqu’au au 7 juillet (fermé le dimanche 8 juillet) et de midi à 15 h le 9 juillet. Elle est le lieu de rendez-vous des artistes, agents, représentants des maisons de disques et représentants des médias accrédités. Toute l’équipe des communications est heureuse de vous y accueillir ! Les représentants des médias sont priés de noter que l’on peut dorénavant joindre la salle de presse en composant le 514 288-5299.

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google