;
Communiqué pour diffusion immédiate

 

Pink Martini avec grand orchestre, Buddy Guy, Melody Gardot, Chucho Valdes, Madeleine Peyroux, Susie Arioli, Kenny Garrett, Patricia Barber, ainsi que Dave Holland, Chris Potter, Gonzalo Rubalcaba et Eric Harland

30e anniversaire du Festival

Les festivités commencent à Noël !

Montréal, le mardi 2 décembre 2008 - Même si l’édition du 30e anniversaire du Festival International de Jazz de Montréal n’aura officiellement lieu que du 1er au 12 juillet prochain, voilà de quoi se plonger dès maintenant dans l’ambiance de fête qui nous attend ! Cette dizaine de nouveaux spectacles de sommités du jazz et de ses musiques cousines, tout à fait représentatifs de la diversité et de la richesse culturelle qui a fait la réputation du plus grand festival de jazz au monde, pourra combler les envies des mélomanes en tout genre tout en constituant une excellente idée de cadeau à glisser sous le sapin ! Un excitant avant-goût de l’événement estival et musical par excellence présenté par General Motors en collaboration avec Rio Tinto Alcan ! Les billets pour ces concerts seront mis en vente dès ce samedi 6 décembre, à midi.

Pink Martini and Orchestra- 7 juillet, 19 h 30, Salle Wilfrid»‑Pelletier, PdA (série Pleins Feux General Motors) - Ils ont nommé leur groupe Pink Martini, « parce que ça sonnait festif et fabuleux !». À l’écoute, on ne peut qu’être d’accord ! Swing, jazz, classique, pop, toutes les musiques - et toutes les langues ! - sont les bienvenues pour ces 10 citoyens du monde amoureux de multiculturalisme. Dans ce groupe hautement démocratique et abonné aux guichets fermés, tout le monde apporte son grain de sel, son grain de culture, avec un seul but commun : le plaisir ! Définitivement irrésistible, totalement rafraîchissant ! Et pour porter ce plaisir à son paroxysme, le groupe se fait accompagner cette fois-ci par un orchestre de 51 musiciens ! À consommer sans aucune modération !

Buddy Guy / Susan Tedeschi - 2 juillet, 20 h 30, Métropolis (série Rythmes Bell) - Un programme double « guitaristique » blues des plus excitant ! D’un côté, le légendaire Buddy Guy - un habitué du Festival, pour notre plus grand plaisir ! - qui, grâce à sa guitare survoltée et à sa voix caractéristique, s’est vu intronisé au Rock and Roll Hall of Fame. De l’autre, pour la première fois au Festival, Susan Tedeschi, dont la voix n’est pas sans rappeler la grande Janis ou Bonnie Raitt, et les chansons de son tout nouveau Back to the River, sorti en novembre. Passionnés de blues et de guitare, voilà le rendez-vous de l’été !

Melody Gardot - 1er juillet, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix) - Tout le monde est unanime : on a tellement hâte de la revoir ! Véritable révélation de l’été dernier au Festival, elle a vite réussi, par son incroyable magnétisme, à faire oublier qu’on parlait d’elle surtout en raison du triste accident qui l’a menée vers la musique comme forme de thérapie. Une thérapie qui nous fait tellement de bien à nous aussi, et ce, dès les premières notes pop jazz entonnées par la très charmante chanteuse, guitariste et pianiste américaine de 22 ans. De l’émotion à l’état pur !

Dave Holland / Gonzalo Rubalcaba / Chris Potter / Eric Harland - 1er juillet, 21 h 30, Théâtre Maisonneuve, PdA (série Les Grands concerts TD Canada Trust) - À les voir et les écouter, difficile de croire qu’ils n’ont formé le quartette que l’an dernier, tant leur musique semble aller de soi. Quand le grand bassiste Dave Holland s’entoure de son complice saxophoniste Chris Potter, du pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba et d’Eric Harland à la batterie, on peut sans conteste parler d’un quartette extraordinaire ! Quel bonheur de voir s’unir sur une même scène ces quatre virtuoses, une réunion inhabituelle, une soirée rare à ne manquer sous aucun prétexte !

Chucho Valdés Quintette - 2 juillet, 21 h 30, Théâtre Maisonneuve, PdA (série Les Grands concerts TD Canada Trust) - Après sept ans d’absence, monsieur Chucho est de retour ! Même si on le dit ambassadeur cubain du latin jazz, Chucho Valdés ne se laisse pas enfermer dans un style, jouant aussi bien avec les plus grands du jazz qu’avec par exemple les Michel Legrand et Charles Aznavour. L’homme, notamment récompensé par cinq Grammy, a de qui tenir, puisqu’il est le fils du grand pianiste Bebo Valdès. D’une rapidité sans égale, il fait partie de ces légendes vivantes du jazz. Jazz Magazine lui a d’ailleurs attribué le titre très enviable de « pianiste le plus complet du monde ».

Madeleine Peyroux - 3 juillet, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix) - Quatre années se sont écoulées depuis la dernière visite au Festival de Madeleine Peyroux et comme elle nous a manqué ! Après une brève participation, fort remarquée d’ailleurs, au grand hommage à Leonard Cohen l’été dernier, madame Peyroux se paye le Théâtre Maisonneuve où elle nous bercera de son répertoire folk, country ou jazz des années 30. De sa voix peaufinée par le temps, elle interprète aussi bien Piaf que Gainsbourg, remaquille les mots, les airs et les silences de Bob Dylan, Hank Williams, Joséphine Baker, Tom Waits ou Joni Mitchell. C’est avec son répertoire connu et des pièces de son album Bare Bones, à paraître en mars, que celle qui a souvent été comparée à la grande Billie Holiday nous revisite enfin.

Susie Arioli - 4 juillet, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix) - Après le détour country de Learn To Smile Again, Susie Arioli et le guitariste Jordan Officer reviennent au jazz avec Night Lights (5 étoiles, selon ejazznews.com, et 10 000 exemplaires vendus en à peine quelques semaines !), un nouvel album incluant des compositions de George et Ira Gershwin, de Johnny Green, de Burke / Van Heusen… De Blue Skies à Beyond The Sea, voici une belle occasion de retrouver le son distinct et original de Susie Arioli et d’apprécier la sensibilité, la complicité, la subtilité de deux artistes arrivés à leur pleine maturité. À la demande générale, la voici donc de retour après son succès au Théâtre Outremont, la semaine dernière !

Patricia Barber - 10 juillet, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix) - Au piano et avec sa voix grave, caractéristique, Patricia Barber, chouchou des festivaliers, chante ce qui lui plaît. Son dernier album qui vient tout juste de paraître, The Cole Porter Mix, évidemment dédié à son mentor, prouve plus que jamais la pertinence de sa démarche exploratoire, l’unicité de son style. À voir en spectacle non seulement en tant que grande chanteuse de jazz - grande chanteuse tout court -, mais aussi parce que c’est le lieu des retrouvailles avec son piano, qu’elle délaisse parfois un peu pour la production de ses enregistrements.

Kenny Garrett, Sketches of Miles Davis - 4 juillet, 20 h, Théâtre Jean-Duceppe, PdA (série Jazz Beat TD Canada Trust) - À 18 ans, il joue dans le Duke Ellington Orchestra et, plus tard, aux côtés des McCoy Tyner, Ron Carter, Marcus Miller et bien sûr Miles Davis, à qui on l’associe inévitablement, semblables qu’ils étaient par l’esprit et la gestuelle (il jouait par exemple dos au public, comme son maître spirituel). Disons qu’il y a pire, comme école ! Si le saxophoniste alto aime le jazz, il s’ouvre néanmoins à ses dérivés et aux autres styles musicaux, sautant à pieds joints dans le be-bop, le funky, le pop, revendiquant avec fougue son étiquette d’artiste libre, en constante évolution. Belle soirée en perspective, où la musique de Sketches of Miles Davis, enregistrée devant public à l’Iridium de New York, sera la pièce de résistance.

Stefano Bollani et Enrico Rava - 30 juin, 22 h 30, Gesù - Centre de créativité (série Jazz dans la nuit) - Même si 33 ans les séparent, ils sont frères sur le plan musical, des frères spirituels. L’aîné, Enrico Rava, est trompettiste, alors que le jeune est pianiste. Stefano Bollani a 13 ans lorsqu’il voit pour la première fois en spectacle celui qui deviendra, son professeur, son ami, son mentor. Rava, qui fait partie des premiers jazzmen italiens à connaître un succès international, persuade plus tard le cadet, alors au Conservatoire de Florence, de se consacrer au jazz. Ensemble, les deux Italiens de talent ont su développer une complicité rare et un lyrisme qui s’entendent plus que jamais sur leur récent et remarquable travail commun, The Third Man, paru l’an dernier.

Rappelons qu’il reste également des billets pour les concerts de Diana Krall avec grand orchestre (6 et 7 mai, 20 h, Salle Wilfrid‑Pelletier, PdA) et du Five Peace Band avec Chick Corea, John McLaughlin, Christian McBride, Kenny Garrett et Brian Blade (28 avril, 20 h, Salle Wilfrid-Pelletier, PdA), présentés dans le cadre de la série Jazz à l’année.

Billets en vente à compter de ce samedi 6 décembre, à midi

Les billets pour ces nouveaux concerts seront en vente à compter du samedi 6 décembre à midi. On peut se les procurer au Métropolis (59, rue Sainte‑Catherine Est), par Ticketpro - ticketpro.ca, 514 908‑9090 ou 1 866 908‑9090 - sauf ceux des spectacles présentés à la Place des Arts (175, rue Ste-Catherine Ouest), qu’on peut obtenir au 514 842‑2112 ou au laplacedesarts.com.

Pour tout savoir avant tout le monde, on peut s’inscrire à l’Infolettre Spectra et recevoir chez soi toute l’information concernant les primeurs du Festival International de Jazz de Montréal. Pour plus de renseignements, il faut joindre la Ligne Info‑Jazz Bell au 514 871‑1881, sans frais au 1 888 515‑0515, ou visiter le montrealjazzfest.com.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google