;
Communiqué pour diffusion immédiate

Concerts en salle de la 30e édition du Festival International de Jazz de Montréal

Une programmation

qui va droit au cœur !

Billets mis en vente ce samedi, à midi

Montréal, le mardi 5 mai 2009 - La 30e édition du Festival International de Jazz de Montréal sera véritablement un tournant historique dans un parcours déjà remarquable ! L’événement jazz no 1 au monde, présenté par General Motors du Canada en collaboration avec Rio Tinto Alcan, connaîtra en effet un été rempli de primeurs, de surprises, d’événements et d’inaugurations de nouveaux lieux qui marqueront à coup sûr son histoire ! D’abord grâce à une programmation digne de ce prestigieux anniversaire, bien sûr truffée d’artistes complices de ces 30 ans d’aventure musicale, mais qui accueille aussi à bras ouverts ceux qui marqueront à leur tour les prochaines décennies. Ainsi, découvertes exceptionnelles et grandes icônes du jazz et de ses musiques apparentées - avec cette année un nombre record de musiciens d’ici, que ce soit en solo ou au cœur de formations et de grands orchestres - garniront nos marquises et constitueront le plus enviable des volets de concerts en salle ! Une quinzaine de séries se partageront ainsi plus de 150 concerts, du 30 juin au 12 juillet.

De plus, on se réjouira grandement de l’ouverture de la toute nouvelle Place des festivals ainsi que de la Maison du Festival Rio Tinto Alcan, qui donnera enfin pignon sur rue à notre événement, au cœur du Quartier des spectacles, dans le magnifique immeuble Blumenthal qui nous a été cédé gracieusement par le gouvernement du Québec ! Mieux encore, on baptisera également, dans ce lieu de diffusion au service de la musique, L’Astral, la nouvelle salle de spectacle du Festival commanditée par Astral Media, qui offrira de 200 à 350 places en formule cabaret ou 600 places debout, dans une configuration où intimité et vision optimale ont été privilégiées. Lorsqu’on pense à son balcon en arc parfait autour de la scène, que celle-ci sera au cœur des spectateurs et que pas un d’entre eux ne sera à plus de 15 mètres de l’artiste qui s’y produira, difficile d’imaginer mieux pour apprécier la musique qui nous tient à cœur ! La nouvelle salle sera inaugurée le lundi 29 juin prochain par un concert du grand pianiste montréalais Oliver Jones, avec Ranee Lee comme invitée spéciale, concert qui sera aussi offert au public à l’ouverture de la 30e édition du Festival, le 30 juin.

Un anniversaire… bien fêté !

1980. Miles Davis retrouvait sa trompette et le jazz, après quatre ans d’abstinence, pour peu après nous donner - bien naturellement… - The Man with the Horn. Pat Metheny, 26 ans, avait déjà quitté Gary Burton pour fonder son propre groupe. Le batteur-claviériste Jack DeJohnette, accompagné de son Special Edition, ébranlait la scène jazz avec sa fusion de world, de free jazz, de bop et de funk. UZEB soufflait déjà ses quatre premières chandelles. Le chanteur scat Babs Gonzales et le pianiste Bill Evans nous quittaient. Un jeunot de 18 ans, Wynton Marsalis, sévissait, trompette à la main, avec son frère au sein du Art Blakey’s Jazz Messengers. Michel Petrucciani lançait un premier album, Flash ; Weather Report, son 10e (Night Passage). Alain Simard, André Ménard et Denyse McCann - des jeunots, eux aussi… - présentaient la toute première édition d’un petit événement jazz… qui deviendrait le plus grand festival de jazz au monde ! Trente ans plus tard, force est de constater une évidence : au Festival, anniversaire ou pas, chaque année est une fête, la fête du jazz, de la musique et, surtout, la fête pour ceux qui en sont fous ! Alors, imaginez quand on parle d’un 30e !

Une édition d’anniversaires, dont les 70 ans de l’étiquette Blue Note et les 10 ans d’Effendi

À l’occasion de son 30e, le Festival en profite pour rendre hommage à d’autres anniversaires. Nous soulignerons ainsi les 70 ans de la prestigieuse, voire mythique étiquette Blue Note - une longévité inégalée dans l’industrie du disque - qui, avec Bruce Lundvall à sa tête, aura fait des stars mondiales des Miles Davis, Al Green, John Coltrane et Thelonious Monk, mais aussi des Norah Jones et autres Avishai Cohen. Plusieurs artistes de la maison au catalogue sans pareil - sans oublier l’exposition de pochettes d’albums Blue Note que présentera Archambault au Festival - viendront ainsi illuminer notre programmation, que ce soit en solo ou au cœur de formations : Erik Truffaz, Joe Lovano, Patricia Barber, Wynton Marsalis, Eliane Elias, Kenny Werner, Ornette Coleman, Robert Glasper, Bill Charlap, Chucho Valdés, Gonzalo Rubalcaba, Aaron Parks et Lionel Loueke. Mentionnons également les 55 ans du Newport Jazz Festival, représenté par son fondateur et aussi un peu « père» de tous les festivals de jazz, George Wein, qui se produira chez nous avec son Newport All Stars. Un autre anniversaire également avec l’étiquette montréalaise Effendi, qui fête ses 10 ans et qui sera entre autres représentée par Jean‑Pierre Zanella, André Leroux, Alain Bédard, Joel Miller, François Bourassa, John Roney et Michel Donato. Finalement, un 50e anniversaire pour deux albums majeurs - en deux concerts au Festival ! : Time Out de Dave Brubeck, premier disque jazz à s’être vendu à plus d’un million d’exemplaires, et Kind of Blue de Miles Davis, l’album jazz le plus vendu de tous les temps.

Présence de Miles Davis au Festival

D’ailleurs, pour ses 30 ans, le Festival tenait aussi à faire un amical clin d’œil à l’un des plus grands artistes que le jazz ait connu - et donc évidemment de l’écurie Blue Note… -, le regretté Miles Davis, en programmant des concerts dont la légende serait l’inspiration : un concert qui fait justement revivre, 50 ans après sa parution, Kind of Blue, grâce à la complicité de Jimmy Cobb, seul membre encore vivant ayant participé à l’enregistrement original, et de son So What Band ; Miles from India, un grand projet musical qui marie culture indienne et jazz américain, en exclusivité canadienne ; et le superbe Sketches of MD, où Kenny Garrett - que Miles Davis lui-même avait qualifié de « plus important saxophoniste depuis Coltrane » - rend hommage au maître avec ses propres compositions « à la Miles ».

Trente ans et toujours autant de choix !

Le concert d’ouverture de cette 30e édition du Festival International de Jazz de Montréal mettra en scène le fabuleux trompettiste Wynton Marsalis et le Jazz at Lincoln Center Orchestra, avec la sensation flamenco du piano, Chano Dominguez et son quartette. En spectacle de clôture, Montréal Variations mettra notre ville à l’honneur avec ses plus grands pianistes - Oliver Jones, François Bourassa, James Gelfand, Alain Lefèvre, Guy Dubuc, Luc Beaugrand, Guy St-Onge et Lorraine Desmarais - qui viendront nous livrer leurs compositions créées spécialement avec la métropole en tête. Et, parmi les autres événements spéciaux, on se doit absolument de souligner Jazzing Flamenco, en résidence tout au long du Festival, par les mêmes créateurs que ceux du flamboyant Tango Flamenco : un spectacle qui opère une admirable fusion entre deux genres qui, croyait-on naïvement, n’avaient rien en commun sinon la passion qui les anime !

Cette année, il est plus difficile que jamais de faire ressortir quelques noms d’une programmation aussi brillante ! Devrions-nous parler des légendes, d’Ornette Coleman à Jeff Beck, en passant par Joe Cocker, Tony Bennett ou Jackson Browne ? Ou alors mettre en lumière le superbe contingent féminin qui illuminera pratiquement toutes les séries avec des divines représentantes de tout genre musical, comme Melody Gardot, Susie Arioli, Jill Barber, Esperanza Spalding, Sophie Milman, Madeleine Peyroux, Patricia Barber, Anat Cohen, Térez Montcalm, Hiromi, Bïa, La India, Eliane Elias, Lorraine Desmarais, Lila Downs ou encore la pétillante China Forbes de Pink Martini ? On pourrait également mettre l’accent sur les artistes d’ici, qui enrichissent le jazz déjà multiculturel de jolies racines québécoises et canadiennes : Julie Lamontagne, Alain Caron, Michel Donato, Jean-Pierre Zanella ou encore ceux qui rendront Hommage à Éval Manigat, notre pionnier de la musique du monde disparu l’été dernier. Quoiqu’il en soit, impossible de passer sous silence la toujours très courue série Invitation qui, en déménageant cette année dans cette salle d’une remarquable intimité qu’est le Gesù, gâtera encore plus ses spectateurs pourtant toujours des plus comblés : au menu, le délicieux triptyque du trompettiste français Eric Truffaz, qui nous amène de Bénarès à Paris en passant par Mexico ; suivra au saxophone le charismatique Joshua Redman qui, trois soirs d’affilée, s’entourera d’une géniale brochette de musiciens comptant notamment Aaron Parks et Joe Lovano ; en fin de parcours, ce sera au tour d’un Renaud Garcia‑Fons en trois versions, d’abord en mode flamenco avec sa bajo andaluz, puis en duo avec accordéon et, finalement, en quartette.

Des événements spéciaux

Préouverture du Festival :
Gary Burton Quartet Revisited avec Pat Metheny, Steve Swallow et Antonio Sanchez, 26 juin, 19 h 30, Salle Wilfrid-Pelletier de la PdA

Si plusieurs formations regroupant de grands noms du jazz se forment régulièrement, peu possèdent l’intime complicité musicale de ce quartette historique dirigé par le vibraphoniste Gary Burton. Aux côtés du jazzman innovateur qu’on a pu découvrir à Montréal avant même la création du Festival, dans les années 1970, et qui a autant popularisé le jazz fusion que les duos de jazz aujourd’hui si populaires, on retrouve le bassiste Steve Swallow et le batteur Antonio Sanchez, ainsi que celui qui a été révélé au monde par ce fabuleux quartette, le guitariste Pat Metheny - non seulement un chouchou du Festival, mais un acteur des plus importants et appréciés de l’histoire du Festival qui nous honorera une fois de plus de sa présence avec ce spectacle de préouverture exceptionnel du 30e anniversaire !

Jazzing Flamenco, 20 h, Théâtre du Nouveau Monde
30 juin (18 h), du 2 au 6 et du 8 au 11 juillet
présenté par Air France

♫ Voilà un spectacle qui s’annonce aussi époustouflant que Tango Flamenco, le précédent succès des mêmes créateurs ! Conçu d’après un ardent désir de moderniser la danse classique espagnole en fusionnant différents genres musicaux (le jazz, le blues, le soul et le flamenco), Jazzing Flamenco est une production au style absolument unique. Le chorégraphe madrilène Antonio Najarro injecte un souffle rafraîchissant et original à l’univers actuel de la danse. Par des chemins inusités, il tente de libérer - et à la fois de concilier - tradition et modernité dans un cocktail savamment inspiré de deux univers, deux cultures hautes en couleur, mariant la magie du flamenco à l’élégance du jazz. Place à la passion espagnole !

Battle of the Bands avec le Glenn Miller Orchestra et le Harry James Orchestra, 12 juillet, 15 h 30 et 19 h 30, Salle Wilfrid‑Pelletier de la PdA

♫ Après l’immense succès de la reprise de ce concept historique l’été dernier, voici, en événement spécial de la journée de clôture de la 30e édition, le tout nouveau « combat » qui va brasser le Festival ! Le plus grand big band de swing du monde, le Glenn Miller Orchestra, mené par Larry O’Brien, aura un adversaire de taille à affronter sur scène avec une formation qui en est à sa toute première visite à Montréal malgré son immense popularité, le Harry James Orchestra, dirigé par le légendaire trompettiste Fred Radke ! Flashback dans les grands ballrooms de New York à la fin des années 1930. Ce concept revisité par le Festival met en scène deux orchestres de légende sur la même scène, en même temps, qui s’affronteront dans la défense de leurs fabuleux répertoires respectifs. Tous les coups sont permis ! On se moque gentiment de l’adversaire, on lui vole ses pièces connues, on s’échange des musiciens, bref, on s’amuse en musique !

La programmation, série par série

La série Pleins feux General Motors, 19 h 30, Salle Wilfrid-Pelletier de la PdA

Tout un concert d’ouverture avec Jazz at Lincoln Center Orchestra mettant en vedette Wynton Marsalis avec le maître du piano flamenco Chano Dominguez et son quartette (30 juin) ! Un fameux trompettiste américain, un des big bands les plus accomplis de l’histoire du jazz et un pianiste espagnol qui fusionneront avec brio jazz, swing, blues et flamenco ! C’est toute une chance d’avoir avec nous le piano, la guitare et surtout la voix de Jamie Cullum (1er juillet), cet artiste jazz britannique le plus populaire de tous les temps qui a travaillé avec Clint Eastwood ! Première partie : Hilary Kole. Cet été, c’est à Montréal que la suave trompette de l’américain Chris Botti (2 juillet) trouvera un superbe écrin, au cœur d’un orchestre qui exacerbera la musique pop-jazz du virtuose. Chanteur de jazz, crooner, figure illustre du répertoire populaire américain, Tony Bennett (3 juillet) est celui que Frank Sinatra lui-même considérait comme le plus grand des chanteurs ! Il était de la série Invitation l’an dernier et, pour le 50e anniversaire de son célèbre Time Out, avec ses grands classiques Take Five et Blue Rondo à la Turk, l’icône du jazz Dave Brubeck (4 juillet) nous fait l’honneur de réinterpréter les plus grands succès de son disque. Elle, elle a chanté pour Nelson Mandela et Quincy Jones. Lui, il a plusieurs Grammy derrière la cravate. Nous, nous avons la chance d’avoir Une soirée spéciale avec Al Jarreau et Molly Johnson (5 juillet), une soirée d’interprétations pop et soul, de ballades jazz et de personnalités chaleureuses. L’aventurier du son Jeff Beck (6 juillet), qui a jadis succédé à Eric Clapton au sein des légendaires Yardbirds, aux côtés de Jimmy Page, et qui était loué par Jimi Hendrix, s’amène pour la toute première fois à Montréal pour ravir les vrais amateurs de guitare et de musique ! Swing, jazz, classique, pop, toutes les musiques - et toutes les langues ! - seront du retour de Pink Martini (7 et 8 juillet), cette fois accompagné d’un orchestre de 51 musiciens ! Son rock soul puissant serait reconnaissable entre mille, sa voix rocailleuse et troublante entre un million ; chaque chanson de Joe Cocker (9 juillet) a le pouvoir de nous bouleverser jusqu’aux entrailles ! Armé de sa guitare et bien entouré de son orchestre, Monsieur Stray Cats Brian Setzer (10 juillet) débarque enfin à Montréal pour nous en mettre plein la vue et les oreilles avec ses swings et ses jump blues torrides ! Jackson Browne (11 juillet) nous présente en primeur, avec son nouveau spectacle Time The Conqueror, les pièces de son 12e album solo… en plus des titres qui ont fait sa marque lors des quatre dernières décennies !

La série Les Grands concerts TD Canada Trust, 21 h 30, Théâtre Maisonneuve de la PdA

La musique du Maria Schneider Jazz Orchestra (30 juin, 20 h) est si majestueuse, voire magique, qu’on la dit impossible à catégoriser. Première partie : Julian Lage. Quel bonheur de voir s’unir sur une même scène les quatre virtuoses du Monterey Quartet avec Dave Holland, Gonzalo Rubalcaba, Chris Potter et Eric Harland pour une soirée rare à ne manquer sous aucun prétexte ! On dit du pianiste Chucho Valdés (2 juillet) qu’il est non seulement l’ambassadeur cubain du jazz latin, mais aussi une de ces légendes vivantes du jazz - et on ne l’a pas vu depuis sept ans ! Ce saxophoniste-compositeur, apôtre de la spontanéité et de la liberté et improvisateur virtuose, compte plus de 40 ans d’exploration musicale et nous sert ce soir son Wayne Shorter Quartet (3 juillet). Faisant suite à l’album double du même nom, Miles from India (4 juillet) est une rencontre musicale fusionnelle entre la culture indienne et le jazz américain de Miles Davis, légende parmi les légendes. Moments forts garantis avec la complicité palpable du Branford Marsalis Quartet (5 juillet) du saxophoniste-compositeur qui nous a littéralement stupéfaits en 2006 ! Le Ornette Coleman Quartet (9 juillet), c’est le retour d’un de ces rares monuments du jazz encore vivants, 79 ans, pionnier du free jazz, qui n’était pas venu au Festival depuis 1988 ! Le rappeur et acteur américain Mos Def et le pianiste jazz aux influences hip-hop Robert Glasper explorent le 10 juillet la fusion de ces deux styles musicaux où rythme et groove s’amalgament à merveille. Pour la première fois au Festival, parions que le gospel du Harlem Gospel Choir (11 juillet) saura nous faire déhancher dans ce spectacle… endiablé !

La série Rythmes Bell, 20 h 30, Métropolis

Après sept ans d’absence, alors que leur concert chez nous avait été présenté à guichets fermés, Kool & The Gang (1er juillet), LA formation R & B de l’histoire, est de nouveau sur nos planches ! Première partie : Stéphane Moraille. Le 2 juillet, un programme double guitaristique blues des plus excitant avec le légendaire Buddy Guy et, pour la première fois au Festival, Susan Tedeschi. À cette soirée salsa, La India (3 juillet) nous présentera notamment son nouvel album, Soy Diferente. Première partie : Jesus El Niño. Après un succès fou l’an dernier, revoilà les trois hurluberlus de The Lost Fingers (4 juillet, exceptionnellement à 18 h), qui rafraîchiront l’été de leur jazz manouche façon eighties. King Sunny Ade & Femi Kuti & The Positive Force (5 juillet), un programme double qui risque de passer à l’histoire des concerts d’afrobeat à Montréal ! Une soirée tout africaine (8 juillet) avec l’élégante diva malienne Oumou Sangare, dont on s’ennuyait depuis une bonne quinzaine d’années, et l’Ivoirien Alpha Blondy, cette star internationale du reggae qu’on compare souvent à Bob Marley.Burning Spear et Toots & The Maytals (9 juillet), deux noms mythiques du reggae sur la même scène dans une ambiance festive toute jamaïcaine, ça promet ! L’une est annoncée comme la nouvelle Lauryn Hill par le grand Wyclef, l’autre a été choriste pour NellyFurtado : Estelle et Divine Brown (10 juillet) sont deux nouvelles étoiles du firmament R & B. La musique de Beirut (11 juillet) est un paradoxe musical où vivent en harmonie musique d’Europe de l’Est, musique populaire américaine, folk, accordéon, ukulélé… Première partie : The Dodos.

La série En voix Rio Tinto Alcan, 18 h, Théâtre Maisonneuve de la PdA

♫ Véritable révélation de l’été dernier au Festival, la très charmante chanteuse, guitariste et pianiste américaine Melody Gardot (1er et 2 juillet) a vite réussi, par son incroyable magnétisme, à faire l’unanimité avec son exquis jazz pop… et revient avec un nouvel album ! ♫ Après une brève participation au grand hommage à Leonard Cohen l’été dernier, Madeleine Peyroux (3 et 5 juillet) se paie le Théâtre Maisonneuve où elle nous bercera de son répertoire folk, country et jazz des années 1930. ♫ Voici, après le succès de son nouveau disque Night Lights - 5 étoiles, selon ejazznews.com -, vendu à plus de 25 000 exemplaires et récemment lancé avec succès en Europe, Susie Arioli (4 juillet), accompagnée de l’excellent guitariste Jordan Officer ! ♫ C’est au Festival que tout a commencé pour la chanteuse canadienne d’origine russe Sophie Milman, qui a lancé cette année Take Love Easy et s’est ramassé un Juno pour Make Someone Happy. ♫ Le maître de la contrebasse - et cette fois chanteur - Charlie Haden déménage toute sa famille à Montréal pour nous présenter son spectacle Family and Friends (8 juillet) et le disque Rambling Boy, un extraordinaire projet bluegrass de musique traditionnelle du Midwest. ♫ Van der Graaf Generator (9 juillet), Peter Hammill et sa formation pionnière du rock progressif proposent textes noirs, complexes et musiques psychédéliques envoûtantes. ♫ Au piano et avec sa voix grave, caractéristique, Patricia Barber (10 juillet), chouchou des festivaliers, nous chantera The Cole Porter Mix, son dernier album, dédié à son mentor. ♫ Passé maître dans l’art de réinventer les classiques du jazz, leur donnant parfois un accent swing ou même pop, John Pizzarelli s’accompagne de sept musiciens complices (Swing Seven) pour nous offrir une fête (11 juillet) qui va swinger !

La série Primeur ARTV, 19 h 30, Cinquième Salle de la PdA

Angèle Dubeau redonne vie à son Philip Glass-Portrait (30 juin, 1er et 2 juillet), album sur lequel on peut trouver des pièces marquantes du fertile parcours du maître du minimalisme américain. ♫ Zachary Richard (du 8 au 11 juillet), notre Cajun favori, viendra entre autres nous interpréter quelques pièces de son premier album anglophone en 15 ans, Last Kiss. Cette année, la série Guitarissimo du Salon de Guitare de Montréal partagera la Cinquième Salle de la PdA avec la série En primeur, et ce, pour trois soirs de pur plaisir guitaristique ! Monte Mongomery (18 h), Peppino D’Agostino (20 h) et Russell Malone (22 h) l’ouvriront le 3 juillet et nous feront entendre ce que la guitare a de meilleur à donner ! Le lendemain (4 juillet), les guitar heroes que sont Sylvain Provost (18 h), Frank Vignola (20 h) et Olivier Langevin (22 h) se paieront tout un trip à la six cordes ! Pour terminer en beauté, le 5 juillet, les guitaristes Don Alder (18 h), Muriel et Valérie (20 h) et Stanley Jordan (22 h) s’en donneront également à cœur joie !

La série Les Couleurs SAQ, 19 h, Club Soda

Luciana Souza, grande dame de la bossa-nova et Romero Lubambo, extraordinaire guitariste brésilien, nous offrent leurs Brazilian Duos (1er juillet), une merveille pour les oreilles ! L’étoile montante du jazz canadien Emilie‑Claire Barlow (2 juillet), qui a été comparée à Diana Krall en plus sucrée, vient nous présenter son dernier album, Haven’t We Met?Eleni Mandell (3 juillet), Californienne préférée du Québec, nous offre son côté un plus rock, dansant même, avec Artificial Fire, paru en février. ♫ Joyce (4 juillet), artiste complète s’il en est, est une merveilleuse chanteuse doublée d’une guitariste hors pair, qualifiée de meilleure auteure-compositrice-interprète du Brésil. Pour sa première visite au Festival, l’ahurissant guitariste australien John Butler (5 juillet) sera en partie solo et en partie duo avec le percussionniste Nicky Bomba.À la demande générale, après son succès au Festival MONTRÉAL EN LUMIÈRE, voici Pacifika (6 juillet), dont le CD Asunción, a été élu une des Révélations Radio‑Canada Musique 2008. Un brin de Janis Joplin, un soupçon d’Édith Piaf et une pincée d’Ella Fitzgerald : c’est tout Térez Montcalm (8 juillet), chanteuse intemporelle unique et originale, qui vient nous présenter Connection. Le jazz rock rythmé, aux influences afroboogie et au plaisir contagieux du guitariste et chanteur malien Vieux Farka Touré (9 juillet), digne héritier du talent de son père, nous fera danser toute la nuit ! La fougueuse et brillante égérie mexicaine Lila Downs (10 juillet) - qui a notamment collaboré à la musique du film Frida - débarque chez nous avez son sublime Shake Away. Le rock world américain de DeVotchKa (11 juillet) fusionne avec brio sonorités internationales et racines américaines du punk et du folk… et ne donne pas sa place !

La série Invitation Hyatt Regency Montréal, 18 h, Gesù - Centre de créativité
présentée en collaboration avec Galaxie

La prestigieuse série Invitation nous fait cet année le bonheur de loger dans une salle merveilleuse d’intimité ! Pour l’ouvrir, place au top trompettiste français Erik Truffaz pour trois concerts d’affilée qui, à l’image de son triptyque Rendez-vous, alignent les rencontres musicales de calibre. D’abord à Benares (1er juillet), avec voix, piano, trompette et tablas dans le salon indien d’Indrani et Apurba Mukherjee, où nous attend également Malcolm Braff. Ensuite à Mexico (2 juillet), en compagnie de Murcof le bidouilleur et de Talvin Singh, maître incontesté des tablas et virtuose des platines de mixage. Enfin, on atterrit à Paris (3 juillet) pour des échanges inventifs entre le virtuose de la trompette, le beatboxeur Sly Johnson et l’incroyable batteur et percussionniste Philippe Garcia. Belle aventure que cette fusion de jazz et de rap pour clore ce dépaysant triptyque aux trajectoires atypiques !

Pour entamer ces trois belles soirées en compagnie de l’exceptionnel saxophoniste Joshua Redman, voici une brochette de musiciens des plus intéressante dont la réputation n’est plus à faire : le pianiste émergent Aaron Parks, le batteur texan Eric Harland et le contrebassiste néo-zélandais Matt Penman (4 juillet). Ce sont Joe Lovano, Greg Hutchison, Reuben Rogers et Sam Yahel (5 juillet) qui seront de ce quintette à deux saxophones pour une seconde incursion dans l’univers « redmanien ». Le Compass de Joshua Redman avec Brian Blade, Greg Hutchinson, Larry Grenadier et Reuben Rogers (6 juillet) présente un concept des plus audacieux : cinq musiciens, deux trios… avec un saxophoniste pour dénominateur commun ! (Ce concert de la série Invitation est présenté exceptionnellement au Théâtre Maisonneuve de la PdA à 21 h30.)

Renaud Garcia-Fons nous a largement confirmé sa réputation de virtuose l’an dernier : sa contrebasse à cinq cordes, c’est à l’archet qu’il la fait chanter à merveille ! Pour Bajo Andaluz - Double Bass meets Flamenco Dancer (9 juillet), il sera d’abord seul avec sa contrebasse espagnole, puis la jeune Lyonnaise d’origine andalouse Sabrina Romero, chanteuse, danseuse et percussionniste, viendra le rejoindre sur scène pour nous offrir un duo flamenco pas piqué des vers. Le lendemain, il sera en duo avec Jean‑Louis Matinier (10 juillet), virtuose de l’accordéon, avec qui il a ceci en commun : l’explosion des frontières de la musique. Pour le troisième soir en sa compagnie, Garcia‑Fons nous offre son quartette de maîtres avec David Venitucci, Kiko Ruiz et Pascal Rolando (11 juillet), où contrebasse, accordéon, guitare flamenca et percussions joueront la Linea del Sur, une musique « transculturelle » fraîchement sortie dans les bacs.

La série Jazz Beat TD Canada Trust, 20 h, Théâtre Jean-Duceppe de la PdA
p
résentée par CBC Radio 2 (93.5 FM)

♫ En quartette acoustique (deux guitares, un accordéon et des percussions), Al di Meola vient célébrer le 30e anniversaire avec nous sur des airs de musique du monde inspirés aussi bien du flamenco et du tango que des rythmes cubains avec New World Sinfonia (1er juillet). ♫ Le Festival est fier d’accueillir Sadao Watanabe (2 juillet), un des musiciens japonais les plus réputés de notre époque et la plus grande star du jazz au Japon. ♫ Eliane Elias (3 juillet) débarque au Festival avec son dernier album, Bossa Nova Stories, qui rend hommage au 50e anniversaire de la bossa-nova. ♫ Belle soirée en perspective avec le saxophoniste alto Kenny Garrett (4 juillet), alors que la musique de Sketches of MD sera la pièce de résistance. ♫ En quintette, le maître du piano Kenny Werner sera accompagné des pointures exceptionnelles Antonio Sanchez (batterie), David Sanchez (saxophone), Scott Colley (contrebasse) et Randy Brecker (trompette) dans un spectacle spécialement conçu pour cet été (5 juillet). ♫ Remembering the Miles Davis Classic Kind of Blue @ 50, Jimmy Cobb’s So What Band featuring Wallace Roney, Vincent Herring, Javon Jackson, Larry Willis & Buster Williams (6 juillet) nous fera redécouvrir des morceaux d’anthologie et s’aventurera sur la route des grands classiques du jazz. ♫ Une soirée exceptionnelle avec le Bill Frisell Quartet avec Tony Scherr, Rudy Royston et Ron Miles (8 juillet). ♫ La pianiste et compositrice Lorraine Desmarais reçoit (9 juillet) un invité spécial, Oliver Jones, et nous présente son dernier album, Big Band. ♫ Pour son 30e anniversaire, le Festival a décidé d’inviter et d’honorer George Wein, producteur, promoteur, pianiste et « père » de tous les festivals de jazz, et son Newport All Stars avec Lew Tabackin, Randy Sandke, Howard Alden, Peter Washington et Lewis Nash (10 juillet). ♫ Alain Caron et François Bourrassa (11 juillet), deux grandes stars de la scène jazz montréalaise, se réunissent le temps d’une soirée pour nous proposer un rendez-vous sous le signe de la virtuosité, un tête-à-tête incontournable pour tout mélomane digne de ce nom !

La série Jazz d’ici La Presse, 18 h, L’Astral

♫ Géant du jazz, digne héritier d’Oscar Peterson, Oliver Jones (30 juin) nous ravira une fois de plus cet été - et pour longtemps encore, espérons-nous ! - avec son invitée spéciale Ranee Lee. ♫ Voilà que Julie Lamontagne et son trio (1er juillet) composé du contrebassiste Dave Watts et du batteur Richard Irwin nous proposent un deuxième opus, Now What, aux côtés du brillant saxophoniste Donny McCaslin. ♫ L’harmoniciste Guy Bélanger (2 juillet) honore une fois de plus le Festival de sa présence ; c’est que sans sa musique à bouche, la scène blues québécoise ne serait pas ce qu’elle est depuis une trentaine d’années… ♫ De retour à temps pour célébrer le 30e, le collectif jazz Le Large Ensemble (3 juillet) de Dan Thouin nous offre, entre autres étoiles musicales de tous horizons, Yannick Rieu, Olivier Langevin et Jocelyn Tellier. ♫ Le polyvalent André Leroux (4 juillet), notamment clarinettiste et flûtiste, œuvre autant dans le domaine du jazz que dans la musique de tradition classique, actuelle ou populaire et s’amène avec un nouvel album, Corpus Callosum. ♫ Le touche-à-tout Alain Bédard (fondateur de l’étiquette Effendi Records) nous présente Auguste (5 juillet), un quintette de choix, le très acclamé Bluesy Lunedi et le remarquable saxophoniste français Julien Lourau, dont c’est la première visite au Festival. ♫ Les plus grands musiciens de Montréal, dont Karen Young, Stéphane Moraille, Jean Vanasse et Martial Méroné, rendront Hommage à Éval Manigat (6 juillet), ce grand frère de la musique du monde au Québec disparu l’an dernier. ♫ Passion de la musique et net penchant pour l’improvisation, voilà ce que propose le Spectrum de Yannick Rieu, avec Rémi‑Jean Leblanc, Samuel Joly, Dan Thouin et Jocelyn Tellier (8 juillet). ♫ Le prolifique saxophoniste Joel Miller (9 juillet) vient nous présenter son 6e album, Tantramar, en compagnie du polyvalent Henry Hey, pianiste, compositeur, producteur et arrangeur. ♫ Le contrebassiste chouchou du Festival Michel Donato (10 juillet) s’inspire de l’Europe de l’Est et s’amène avec l’accordéoniste roumain Marin Nasturica et le pianiste géorgien Loran Djintcharadze. ♫ La complicité familiale des frères Toussaint de Sacbé - le plus important groupe de jazz du Mexique - viendra agrémenter le souffle de l’excellent instrumentiste Jean-Pierre Zanella, que le Québec adore (11 juillet).

La série Jazz dans la nuit, 22 h 30, Gesù - Centre de créativité

Même si 33 ans les séparent, le pianiste Stefano Bollani et le trompettiste Enrico Rava (30 juin) sont frères sur le plan musical, des frères spirituels ; ensemble, les deux Italiens de talent ont su développer une complicité rare ! Le Baptiste Trotignon Quintet avec Mark Turner, Jeremy Pelt, Greg Hutchison et Matt Penman (1er juillet) nous montrera à quel point le jazz est une langue universelle. On accole souvent l’étiquette de jeune prodige à la chanteuse, contrebassiste et compositrice Esperanza Spalding (2 juillet), cette idole de Prince qui a déjà chanté pour Obama. L’illustre saxophoniste improvisateur Lee Konitz est enfin de retour au Festival, accompagné de Minsarah, un trio américano-germano-israélien créatif et expérimental (3 juillet). ♫ Brian Blade (4 juillet), batteur jazz singulier au style progressiste original, nous vient avec ses amis de longue date du Fellowship Band, avec qui il a enregistré en 2008 son 3e album, Seasons of Change. Pour le 30e anniversaire du Festival, la mythique formation Hadouk Trio (5 juillet) nous offre un voyage cosmopolite aux parfums épicés d’Orient, aux teintes lumineuses d’Afrique, au goût doux-amer des Amériques. Le saxophoniste français Julien Lourau, le pianiste serbe Bojan Zulfikarpašić et le batteur d’origine algérienne Karim Ziad créent avec BoZiLo (6 juillet) un jazz teinté de leurs origines, aux accents funk, balkaniques et maghrébins. La pianiste japonaise Hiromi (8 juillet), qui a enregistré Duets avec Chick Corea, sera entourée de son groupe Sonicbloom. Le projet Indo-Pak Coalition du saxophoniste d’origine indienne Rudresh Mahanthappa trace de nouvelles avenues dans le futur du jazz, jouant astucieusement avec des formes musicales improvisées du sud de l’Asie (9 juillet). Le pianiste Bill Charlap et le saxophoniste Houston Person nous combleront avec You Taught My Heart To Sing (10 juillet), un duo exceptionnel. Le saxophoniste américain Greg Osby (11 juillet) a l’improvisation dans le sang et le jazz qui trépide jusqu’au bout des doigts ! Rien de tel pour conclure en beauté la série Jazz dans la nuit !

La série Les Concerts intimes Planète Jazz, 19 h, Savoy

Artiste à découvrir de la prestigieuse étiquette No Format, la Canadienne d’origine créole et Française d’adoption Mélissa Laveaux (1er et 2 juillet) compose, chante et interprète à la guitare des chansons pénétrantes, des airs intimes et des paroles poétiques. Après avoir fait salle comble aux deux dernières éditions du Festival, le Montréalais Jordan Officer (du 3 au 5 juillet - 4 juillet exceptionnellement à 20 h 30), ce virtuose de la guitare qu’on a découvert aux côtés de Susie Arioli, lance cette année son premier opus solo, d’influences jazz, blues et country. Autre artiste à découvrir, NEeMA (6 juillet), avec ses chansons portées par sa voix douce, fragile, coulée dans le folk et sa poésie, autant inspirées par la culture amérindienne que par ses origines égyptiennes et libanaises et les nombreux pays qu’elle a visités. Les désespoirs amoureux qui inspirent l’auteur-compositeur-interprète anglophone Jason Bajada (8 et 9 juillet) sonnent vachement bien en folk-rock mélodieux sur un 3e disque, Loveshit. Banjo, clarinette, accordéon et harmonica ne sont que quelques-uns des instruments à partir desquels naissent les mélodies jazz, western, folk et roots du turbulent quartette qu’est Po’Girl (10 et 11 juillet).

La série Jazz au Club, 21 h, L’Astral
en collaboration avec Galaxie

♫ Quand le trio Bad Plus (30 juin, 23 h, et 1er juillet, 21 h) amène son jazz d’avant-garde pop-rock-électro dans une salle aussi intime, on parle d’un événement ! ♫ Après nous avoir mis en appétit l’an dernier avec une trop courte visite, voilà que Dominick Farinacci (2 juillet), le petit génie de la trompette découvert à 15 ans par Wynton Marsalis, est de retour avec un spectacle juste pour lui… et pour nous ! ♫ Le jeune pianiste et compositeur émergent Aaron Parks (3 juillet) définit sa musique comme spontanée et cinématographique ; avec Invisible Cinema, son bijou de jazz acoustique, il réussit en effet à nous faire flancher pour deux passions pour le prix d’une ! ♫ Gerald Clayton (4 juillet) a beau être le fils du renommé bassiste John, il a bien réussi à imposer son propre nom avec un piano ; le voici accompagné de Joe Sanders (contrebasse) et de Justin Brown (batterie). ♫ Une chose est sûre : ceux qui ont eu la chance de voir le prodigieux guitariste béninois Lionel Loueke (5 juillet) au Salon de Guitare de Montréal en 2007 vont se précipiter à ce nouveau concert tout en tradition africaine, en jazz et en prouesses techniques ! ♫ Aussi redoutable à la clarinette qu’au saxophone, la jeune Anat Cohen (6 juillet) sidère tout son monde, que ce soit avec ses compositions ou ses interprétations, en jazz ou en puisant dans l’abondance de la musique du monde. ♫ On avait déjà succombé au boogie-woogie du pianiste-chanteur Michael Kaeshammer, star montante du Canada anglais (8 juillet)… et on en redemande ! ♫ Après six ans d’absence, la voyageuse brésilienne qu’est Bïa (9 juillet) pose ses bagages pleins de folk multilingue et de voix feutrée au Festival ! ♫ La charmante et sexy Jill Barber (10 juillet) fait revivre le jazz des années 1940 avec sa plume exquise sur un 4e album, Chances, écrit en collaboration avec Ron Sexsmith. ♫ Avec une aisance totalement déconcertante, Somi (11 juillet) chante un jazz teinté world - sur quatre octaves ! - et a tous les atouts pour devenir une grande chanteuse de jazz.

La série Les Nuits Heineken, minuit, Club Soda

♫ À l’aube de son 2e album, le duo montréalais de trip-hop Elsiane (1er juillet) vient conclure sa tournée Hybrid avec un tout nouveau spectacle, probablement pour la dernière fois à Montréal ! ♫ Les meilleurs rythmes dub électro dancehall du musicien britannique Kevin Martin sont pour son projet The Bug (2 juillet), qui fait mouche à chaque morceau. ♫ Le quintette lyonnais de novo dub High Tone (3 juillet), qui tourne depuis une douzaine d’années déjà, est de retour pour la 3e fois au Festival. ♫ Le groupe de rock électro Thunderheist (4 juillet) prépare un spectacle audacieux : une première partie live, suivie d’un DJ set ! ♫ Le postrock instrumental de Pawa Up First (5 juillet) s’avère une véritable expérience ciné-rock, un croisement impeccable des ambiances de Kubrick, Hitchcock et Leone. ♫ C’est un rendez-vous en toute intimité au Club Soda pour une séance de thérapie musicale avec les plus célèbres rockeurs expérimentaux montréalais, The Dears (6 juillet), qui sauront nous remplir d’émotions intenses ! ♫ The Orb (8 juillet), pionniers britanniques de la musique électro, inventeurs du house ambiant, viennent casser la baraque pour la première fois au Festival ! ♫ Le rock expérimental tantôt vaporeux, tantôt fanfare de The Bell Orchestre (9 juillet) fait sensation partout où il passe. ♫ Pour le 2e passage du mixeur-compositeur Bonobo (10 juillet) au Festival, voici une soirée avec du hip-hop funky plein vos oreilles, des musiciens plein la scène, un full band plein vos yeux ! ♫ La DJ de renommée internationale Misstress Barbara, accompagnée de deux musiciens, se lance en live pour la première fois avant que le groupe électro Claass prenne d’assaut les planches (11 juillet) !

La Croisière Jazz, 19 h, bateau Cavalier Maxim,
quai King‑Edward, Vieux-Port de Montréal

Les Croisières AML nous offrent de nouveau leur populaire souper-spectacle 5 services sur le Cavalier Maxim du 1er au 3 et du 6 au 10 juillet. Accompagnée de son quartette, la diva montréalaise Ranee Lee servira aux convives les nombreux chefs-d’œuvre de son répertoire de standards du jazz et de compositions personnelles. Embarquement à 18 h au quai King‑Edward du Vieux-Port de Montréal, retour à 23 h. Réservations obligatoires au 514 842‑3871 ou au 1 800 563‑4643.

Info-Jazz Bell : des outils d’information indispensables

Les outils d’information Info-Jazz Bell du Festival sont facilement accessibles à ceux et celles qui ne veulent rien manquer de la grande fête du jazz. On peut se procurer dès maintenant le dépliant officiel gratuit de l’Horaire Info-Jazz Bell des concerts en salle ou consulter la ligne téléphonique ou le site Internet Info‑Jazz Bell du Festival.

Ÿ Région de Montréal : 514 871‑1881 ; d’ailleurs au Canada et des États-Unis (sans frais) : 1 888 515‑0515

Ÿ montrealjazzfest.com

La programmation des concerts et des activités extérieures gratuites de la 30e édition du Festival International de Jazz de Montréal sera dévoilée le lundi 8 juin prochain.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google