;
Communiqué pour diffusion immédiate

Une édition historique !

Pour sa 10e édition, la série Jazz à l’année
connaît le plus grand nombre
de concerts et d’artistes de son histoire

Mise en vente dès midi ce samedi 21 novembre

Montréal, le mercredi 18 novembre 2009 - Avec pas moins de 60 grands noms du jazz et de ses musiques cousines et 84 représentations offertes, la 10e édition de la série Jazz à l’année présentée par TD atteint sans aucun doute un record, plus que jamais en accord avec la mission du Festival International de Jazz de Montréal de promouvoir le jazz, ses musiques parentes et nos musiciens. À cette remarquable et agréable quantité s’ajoutent une qualité et une diversité tout aussi renversantes : d’Emilie-Claire Barlow à George Thorogood and the Destroyers en passant par Po’Girl, Carmen Consoli, Jill Barber ou encore le Django Reinhardt Festival et Arthur H, difficile de dire que cette saison 2009-2010 ne couvre pas tous les spectres du jazz ! Et, ultime cadeau de cette édition anniversaire, voilà qu’on peut découvrir la plupart de ces artistes dans l’intimité de L’Astral, la toute nouvelle et superbe salle du Quartier des spectacles. Billets en vente dès midi ce samedi 21 novembre.

À L’Astral

Carmen Consoli - 6 janvier, 20 h - Personnalité phare de la scène italienne, Carmen Consoli est considérée à juste titre comme l’une des plus brillantes interprètes du pays. Puisant des musiques traditionnelles de sa Sicile natale, des standards et des sonorités du jazz, du blues, de la pop rock et de la bossa nova, la guitariste crée un univers sonore en strates où, sur des lignes de cordes entrecroisées, elle joue de sa voix riche et grave la passion, l’amour et le drame. Marquant 14 années de scène et plus d’un million d’albums vendus, la belle Italienne lançait en octobre dernier en Italie un septième album studio, Elettra, une œuvre maîtresse qui confirme le génie mélodique de cette grande dame de la chanson.

Caravan Palace - 8 janvier, 20 h 30 - Caravan Palace, c’est déjà plus de 120 000 disques vendus en France en moins d’un an… C’est un trio parisien, un contrebassiste, un guitariste et un violoniste, tous d’excellents musiciens, férus de swing jazz et bidouilleurs électro, devenu sextet lorsque joint par une chanteuse, un clarinettiste et un guitariste DJ. Lookés années 40, les six donnent le « la » d’une musique jubilatoire et frénétique, improbable charleston futuriste, dansant et mélodique. C’est une musique tonique, c’est le swing et le jazz manouche qui rencontrent l’électro… C’est, sur scène et dans la salle, la fête assurée !

Jill Barber - 3 février, 20 h - Il suffit de l’avoir entendue une fois pour en redemander. Ça tombe bien, après le Festival cet été, la voilà de retour au cœur de l’hiver ! Elle a grandi à Halifax, elle est charmante, sexy, elle a du talent à revendre et sait s’entourer des meilleurs. Jill Barber fait revivre le jazz des années 1940 en se servant de sa propre plume - absolument exquise, soit dit en passant. Envoûtante, inclassable, vulnérable, sa voix remarquable est dotée d’un petit quelque chose d’intemporel. Son 4e album, Chances, a été écrit en collaboration avec Ron Sexsmith et on y trouve un savant mélange de jazz, de folk et de country rappelant Patsy Cline, Édith Piaf et Etta James. Wow !

Django Reinhardt Festival - du 4 au 6 février, 20 h - Cinquante six ans après sa disparition, le grand Django Reinhardt - qui aurait été centenaire cette année - est toujours considéré comme le roi du jazz manouche, un style plus d’actualité que jamais. Tellement, en fait, que chaque année à New York un festival entier, le Django Reinhardt Festival, est consacré au genre et à son créateur. Certains des plus beaux fleurons de ce festival new-yorkais dédié à cette musique contagieuse qui alterne avec aisance entre swing et mélodies romantiques viennent faire revivre la légende trois soirs durant : Dorado Schmitt (guitare), Samson Schmitt (guitare), Pierre Blanchard (violon), Brian Torff (basse) et Marcel Loeffler (accordéon).

Emilie-Claire Barlow - 13 février, 20 h - Sacrée meilleure chanteuse de l’année 2008 aux National Jazz Awards, la Torontoise Emilie-Claire Barlow a aussi vu son album The Very Thought of You en nomination aux Juno Awards ! L’étoile montante du jazz canadien, qui a été comparée à Diana Krall en plus sucrée, est de retour après sa visite au 30e anniversaire du Festival pour une délicieuse rencontre avec les titres de Haven’t We Met, son dernier album.

Paul McCandless, Eri Yamamoto et Yves Léveillé en trio - 4 mars, 20 h - Depuis qu’il a occupé le studio du Québec à New York, Yves Léveillé a multiplié les collaborations. Joints d’abord par le hautboïste américain de renommée internationale Paul McCandless de la formation Oregon, puis par la pianiste d’origine japonaise Eri Yamamoto, reconnue pour son jeu extraordinairement créatif, son ensemble de jazz et lui ont offert des prestations mémorables, saluées tant par la critique que par le public, notamment au Lincoln Center et au Festival International de Jazz de Montréal. Présenté en grande première mondiale, ce concert réunit ces trois grands musiciens dont la réputation dépasse les frontières. Un programme de compositions originales signées Yves Léveillé, complété par quelques pièces de ses prestigieux invités.

Vinicio Capossela - 8 mars, 20 h - Comptant parmi les meilleurs auteurs-compositeurs de la scène italienne et jouissant d’une renommée toujours grandissante à travers le monde, Vinicio Capossela a su créer son propre univers, planqué quelque part entre l’Amérique et l’Italie, entre Tom Waits et Paolo Conte. Œuvre inspirée de l’ombre, celle qui ternit la vie, mais aussi celle qui cache des beautés à révéler, sont plus récent album, Da Solo, fait place au piano et à la voix, au cœur de strates instrumentales éthérées. Un monde chargé d’émotions et de douce folie qui, sur scène, révèle l’artiste dans toute sa splendeur.

Fortin-Léveillé-Donato-Nasturica - 11 mars, 20 h - Quatre maîtres, trois des cordes et un de l’accordéon ; Luc Fortin, Richard Léveillé, Michel Donato et Marin Nasturica se rencontrent à la croisée de deux œuvres aux sonorités riches et aux influences multiples, Escale et Fortin-Léveillé-Donato-Nasturica. Sur des guitares à cordes de nylon, sur les notes blanches et noires du clavier, les doigts caracolent et dessinent, de mémoire, des routes bordées de paysages sonores variés et évocateurs. S’en dégage une musique vivante et pleine de liberté dont les mélodies, envoûtantes, se gravent dans les esprits.

Po’Girl - 13 mars, 20 h - Avec son dernier album Deer in the Night, Po’Girl nous précipite tour à tour sous un porche poussiéreux et brûlant du sud-ouest américain ou au beau milieu d’une valse gitane effervescente. Po’Girl, ce sont en fait les chanteuses et multi-instrumentistes Allison Russell et Awna Teixeira, respectivement de Montréal et Toronto, accompagnées de leurs deux musiciens. Banjo, clarinette, accordéon et harmonica ne sont que quelques-uns des instruments à partir desquels naissent les mélodies jazz, western, folk et roots de ce quartette turbulent. Une très belle découverte au 30e anniversaire du Festival, l’été dernier !

Larry Coryell - 23 mars, 20 h - Bien qu’on le perçoive comme un des inventeurs du jazz-rock fusion - style auquel il s’est associé dès 1966 en fondant le groupe The Free Spirits - l’univers du grand guitariste texan Larry Coryell va bien au-delà du genre. Ainsi, on a retrouvé cette véritable légende aussi bien auprès des Gary Burton, Al Di Meola, Paco de Lucía et John McLaughlin que s’attaquant aux répertoires des Stravinski et Ravel. C’est un retour chez nous pour cet artiste électrique en constante évolution qui ne nous avait pas gâtés en version solo depuis 2002.

MG3 - Montréal Guitare Trio et California Guitar Trio - 24 mars, 20 h - Il était une fois un Belge, un Américain et un Japonais… Douze ans plus tard, ce California Guitar Trio se porte mieux que jamais et rencontre le MG3 Montréal Guitare Trio (considéré par la CBC comme l’ensemble de guitares le plus « hot » au Canada) qui, déjà réputé pour son dynamisme et son énergie proverbiales, ne tient plus en place depuis qu’il a fêté son 10e anniversaire. Ensemble, le double trio s’embarque en tournée canadienne Guitar Summit et débarque chez nous avec sa virtuosité diabolique. Maniaques de guitare, voilà votre soirée !

Susana Baca - 24 avril, 20 h - Icône de la musique afro-péruvienne, Susana Baca a toujours eu comme souci de jeter un pont entre la culture des Noirs du Pérou et leurs ancêtres. Ainsi, c’est notamment l’histoire culturelle des Africains amenés comme esclaves au Pérou qu’elle raconte, avec sa voix douce et profonde. Concrètement, elle brille aussi bien dans le traditionnel que le moderne, donnant une égale importance aux rythmes aux multiples influences (festejo, lando, valse, zamacueca…) qu’aux textes souvent puisés dans l’œuvre des poètes péruviens, mais aussi d’ailleurs, comme Neruda. Une grande dame à classer parmi les Amalia Rodrigues et Cesaria Evora.

Arthur H solo - 29 avril, 20 h - Particulièrement dansant, consacré Meilleur album pop rock de l’année aux 24es Victoires de la musique, L’Homme du monde d’Arthur H en est un qui sous les feux, devient une véritable bête de scène. Sur ce 7e album - réalisé ici par Jean Massicotte - comme sur les planches, les pièces s’enchaînent sur un rythme groovy et suave. La guitare éclipse le piano et l’habituelle poésie délirante du charmeur auteur-compositeur-interprète français devient joyeusement délinquante. Toute une chance de le voir dans l’intimité de L’Astral !

Au Métropolis

George Thorogood and the Destroyers - 5 juin, 19 h - Après avoir fait s’éclater un Métropolis plein à craquer dans le cadre de l’édition 2007 du Festival International de Jazz de Montréal, Thorogood et ses fidèles et bruyants Destroyers sont enfin de retour à Montréal. Véritables icônes du blues rock américain, les signataires des classiques que sont Bad to the Bone, Move It On Over et One Bourbon, One Scotch, One Beer profiteront de l’occasion pour lancer à la foule quelques inédites issues de leur plus récent album, The Dirty Dozen, en plus bien sûr des incontournables de leur colossal répertoire.

Finalement, les amateurs de flamenco contemporain seront ravis d’apprendre qu’il y aura une représentation supplémentaire du concert de Jesse Cook, The Rumba Foundation. Au concert du 8 avril s’ajoute donc la soirée du 9 avril, toujours à 20 h au Métropolis.

Concerts déjà annoncés

À L’Astral

Sara Tavares - ce soir, 20 h

Cowboy Junkies (première partie : LeE HARVeY OsMOND) - 18 et 19 novembre, 20 h

Carol Welsman - 20 et 21 novembre, 20 h

David Gogo - 25 novembre, 20 h

Alex Cuba - 27 novembre, 20 h

Michael Kaeshammer - 28 novembre, 20 h

Coco Montoya - 2 décembre, 20 h (Les Mercredis blues)

Soirée spéciale avec John Pizzarelli Quartet et Coral Egan - 3 et 4 décembre, 20 h (La tournée 30e anniversaire du Festival)

À la Salle Pierre-Mercure

Nikki Yanofsky - 11 décembre (initialement annoncé pour le 11 novembre), 20 h

Au Métropolis

John Mayall and the Bluesbreakers - 22 novembre, 20 h

Colin James - 30 janvier, 18 h 30 et 21 h 30

Organisme sans but lucratif, le Festival International de Jazz de Montréal poursuit, pour une 10e année consécutive, sa mission de diffusion et de développement du jazz et de ses musiques cousines, en réinvestissant ses surplus dans la présentation de concerts spéciaux de sa série Jazz à l’année. Avec l’appui de partenaires publics, plus précisément de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et du ministère du Patrimoine canadien, il peut ainsi offrir au public montréalais et à ses visiteurs la possibilité de vivre au rythme du jazz toute l’année durant ! Le Festival tient également à souligner l’appui de la Maison du Festival Rio Tinto Alcan, l’hôte officiel de la série Jazz à l’année, ainsi que celui de Bell et du Hyatt Regency Montréal, respectivement partenaire et hôtel officiel de la série.

Billets en vente dès samedi midi

Les billets pour ces concerts de la programmation automne/hiver 2009-2010 de la série Jazz à l’année seront mis en vente dès samedi 21 novembre, midi. On pourra se les procurer à la billetterie de L’Astral (305, rue Sainte-Catherine Ouest), à la billetterie centrale du Festival, située au Métropolis (59, rue Sainte‑Catherine Est), ou par Ticketpro - ticketpro.ca, 514 790-1111 ou 1 866 908‑9090. Pour plus de renseignements, il faut joindre la Ligne Info-Jazz Bell au 514 871‑1881, sans frais au 1 888 515‑0515 ou visiter le montrealjazzfest.com.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google