;
Communiqué pour diffusion immédiate

Les premiers concerts de la 31e édition du Festival

Laurie Anderson-Lou Reed-John Zorn, George Benson, David Sanborn et Joey DeFrancesco, Harry Manx, Taj Mahal et The Fabulous Thunderbirds, ainsi que John Scofield & The Piety Street Band

à s’offrir pour Noël

et de nouveaux concerts pour la série Jazz à l’année

Billets en vente dès ce samedi 12 décembre à midi

Montréal, le mercredi 9 décembre 2009 - Chaque année, grâce au Festival International de Jazz de Montréal présenté par TD en collaboration avec Rio Tinto Alcan, Noël est là pour nous rappeler… qu’on a hâte à l’été ! Comment pourrait-il en être autrement quand sont dévoilés les premiers concerts d’une édition qui, invariablement, s’annonce riche, variée et excitante ? La 31e édition du Festival, qui aura lieu du 25 juin au 6 juillet 2010, ne fait bien sûr pas exception, bien au contraire. Une merveilleuse idée cadeau pour Noël ! De plus, un exemplaire du livre-souvenir Le Festival sous les étoiles sera remis gratuitement avec tout achat de 150 $. Les billets pour ces concerts seront mis en vente ce samedi 12 décembre à midi.

David Sanborn et Joey DeFrancesco - 25 juin, 21 h 30, Théâtre Maisonneuve, PdA - Reconnu - voire adulé - comme l’un des meilleurs saxophonistes alto de tous les temps, le New-Yorkais David Sanborn a transcendé les genres et inspiré toute une génération de musiciens avec un langage musical hybride d’une intensité inégalée, tantôt rock’n'roll, tantôt R&B, pop ou jazz. Il a notamment laissé sa marque sur les enregistrements des Bowie, Wonder, Springsteen ou Rolling Stones. Plus de 10 ans après son dernier passage au Festival, en 1998, rendu mémorable par son remarquable jeu scénique et son charisme indéniable, cet imprévisible compositeur nous présente son 24e album, complexe et captivant, avec l’organiste américain Joey DeFrancesco.

Harry Manx band - 28 juin, 18 h Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix Rio Tinto Alcan) - Habitué du Festival et nouvelle coqueluche de la scène blues - certains de ses concerts à L’Astral affichaient complet l’automne dernier -, le Canadien Harry Manx s’amène pour la première fois avec un band. Mélangeant ragas classiques et blues groovants, Manx crée un genre unique qu’il baptise « mysticssippi ». Il performe avec une variété éclectique d’instruments, du lap steel au banjo, de l’harmonica à la sitar de 20 cordes, la mohan veena. S’il nous a encore séduits avec son dernier album, Bread and Buddha, n’oublions pas qu’il est également fervent des collaborations en tout genre… et qu’il y a de fortes chances qu’il nous réserve quelques artistes surprises…

Taj Mahal en programme double avec The Fabulous Thunderbirds - 28 juin, 20 h 30, Métropolis (série Rythmes Bell) - D’un côté, le retour du charismatique Taj Mahal (né Henry Saint Clair Fredericks), dont les albums comme The Natch’l Blues et Giant Step, fin des années 60, demeurent des références dans la grande histoire du blues. Deux pseudonymes, une seule et même authenticité… De l’autre, un groupe mythique du Texas qu’on n’avait pas vu au Festival depuis 18 ans ! Avec toujours à sa tête le chanteur et harmoniciste Kim Wilson, le groupe (qui a déjà compté Jimmie Vaughan et Duke Robillard en son sein) se définit toujours comme un party band qui barde son blues-rock- R&B d’une énergie contagieuse. Et c’est justement à quoi il faut s’attendre pour ce formidable programme double : le party !

George Benson, An unforgettable tribute to Nat King Cole - 1er juillet, 19 h 30, Salle Wilfrid‑Pelletier, PdA (série Les Événements spéciaux TD) - Illustre guitariste, il compose, interprète et redéfinit depuis plus 30 ans les standards de la pop, du R&B et du jazz. Il a récolté 10 Grammy Awards, a vu ses pièces se hisser jusqu’au sommet du Billboard et ses albums s’écouler à plusieurs milliers d’exemplaires, jusqu’à fracasser des records - son inoubliable Breezin’ (1976) est le premier album jazz à avoir atteint la certification platine. En exclusivité canadienne, il nous présente An unforgettable tribute to Nat King Cole, un vibrant hommage au légendaire crooner. Ce concert unique rassemble les pièces maitresses de l’œuvre de Cole et quelques uns des grands succès de Benson.

Laurie Anderson, Lou Reed et John Zorn - 2 juillet, 19 h 30, Salle Wilfrid-Pelletier, PdA (série Les Événements spéciaux TD) - Ma première est une musicienne et performeuse avant-gardiste aux collaborations incroyablement diversifiées : Peter Gabriel, Brian Eno, Bobby McFerrin, Jean Michel Jarre, Philip Glass, mais aussi le poète John Giorno, la chorégraphe Trisha Brown, l’écrivain William Burroughs ou le comédien-humoriste surréaliste Andy Kaufman. Mon second (époux de ma première) a d’abord été au coeur de Velvet Underground - groupe qui a exercé une influence majeure dans, justement, l’underground musical de la fin de années 60 -, puis à l’origine du succès planétaire Walk On the Wild Side. Si tous deux en sont à leur première visite au Festival, ils pourront compter sur mon 3e pour les guider, puisque le saxophoniste américain John Zorn en est à sa 5e présence chez nous. Mon tout est un intrigant spectacle, un trio d’explorateurs-improvisateurs comme on a rarement la chance d’en voir !

John Scofield & The Piety Street Band - 3 juillet, 18 h, Théâtre Maisonneuve, PdA (série En voix Rio Tinto Alcan) - Considéré par la critique comme le tiers du « big three » de la guitare jazz contemporaine - avec Pat Metheny et Bill Frisell, le compositeur et instrumentiste John Scofield n’a cessé de se renouveler depuis les années 1970, multipliant les collaborations et les projets avec les sommités du genre, de Charles Mingus à Herbie Hancock. Habitué du Festival, il s’y produira cette année en compagnie du Piety Street Band - formé du pianiste Jon Cleary, du batteur Ricky Fataar et du bassiste George Porter, Jr. -, avec qui il a signé au printemps 2009 son 36e album en carrière, Piety Street, un succès phénoménal, critique et public, sur lequel il renoue et remanie blues et gospel de son jeu si distinctif.

De nouveaux concerts pour la série Jazz à l’année…

John Butler Trio - 8 février, 20 h, L’Astral - Star au pays des kangourous et immensément populaire en France, le guitariste-chanteur-auteur-compositeur John Butler a commencé son ascension vers le firmament des étoiles indie-folk-roots en Amérique du Nord. Écologiste engagé, guitariste ahurissant, Butler produit lui-même ses albums sur son label Jarrah Records. À sa première visite au Festival, l’été dernier, il s’est produit en partie solo et en partie duo dans un Club Soda plein à craquer. Cette fois, voilà le polyvalent Australien en trio - avec Nicky Bomba aux percussions et Byron Luiters à la basse - pour nous jouer notamment les pièces de son album, April Uprising, (très) attendu début 2010.

Molly Johnson - 22 et 23 avril, 20 h, L’Astral - Elle est considérée comme l’une des plus grandes voix du Canada. Après avoir réussi à captiver le public d’une côte à l’autre du pays avec son répertoire pop, Molly Johnson a également délecté la royauté lors d’un concert privé sur le yacht royal Britannia devant le Prince et la Princesse de Galles, s’est produite pour Nelson Mandela et Quincy Jones. Son 4e album, Lucky, paru en 2008 en France et au Canada, a été récompensé par le JUNO 2009 du Meilleur album de jazz vocal. Molly a également reçu le Trophée National du Jazz 2009 à titre de Meilleure chanteuse.

…et ses Mercredi blues

MonkeyJunk - 10 février, 20 h, L’Astral - Printemps 2008, Steve Marriner (guitare, chant, harmonica), Tony D. (guitare, voix) et Matt Sobb (batterie) ont uni leurs talents pour former le trio MonkeyJunk - référence à un vers du légendaire bluesman Eddie James « Son » House, pionnier du genre. Six mois plus tard, le groupe décrochait une nomination aux Maple Blues Awards (et six autres cette année !). Pour ensuite faire paraître Tiger in Your Tank, un premier album qu’il présentait sur les planches dans la cadre de la 30e édition du Festival International de Jazz de Montréal. Rockeurs presqu’autant que bluesmen, les trois, tous des musiciens émérites, ont depuis multiplié les prestations et représenter le pays au International Blues Challenge à Memphis. Guitares vrombissantes, rythmique sentie et voix embrasées : c’est ce à quoi L’Astral peut s’attendre !

John Campbelljohn - 17 mars, 20 h, L’Astral - Récipiendaire de nombreux prix, dont ceux du Best Canadian Slide Guitarist (Real Blues Magazine), du Blues Artist of the Year (ECMA), du Blues Recording Of The Year (ECMA) et du Dutch Mason Blues Award, remis à l’artiste le plus remarquable de la côte atlantique, John Campbelljohn, maître incontesté du lap steel, incarne mieux que quiconque… le blues. Son énergie brute, l’originalité de son répertoire original, éclectique, et sa fantastique maîtrise de la technique de slide guitar en font une véritable, voire redoutable bête de scène, un phénomène qui attire les foules partout où il s’arrête !

Concerts de la série Jazz à l’année déjà annoncés

À L’Astral

Carmen Consoli - 6 janvier, 20 h

Caravan Palace - 8 janvier, 20 h 30

Jill Barber - 3 février, 20 h

Django Reinhardt Festival - du 4 au 6 février, 20 h

Emilie-Claire Barlow - 13 février, 20 h

Paul McCandless, Eri Yamamoto et Yves Léveillé en trio - 4 mars, 20 h

Vinicio Capossela - 8 mars, 20 h

Fortin-Léveillé-Donato-Nasturica - 11 mars, 20 h

Po’Girl - 13 mars, 20 h

Larry Coryell - 23 mars, 20 h

MG3 - Montréal Guitare Trio et California Guitar Trio - 24 mars, 20 h

Susana Baca - 24 avril, 20 h

Arthur H solo - 29 avril, 20 h

À la Salle Pierre-Mercure

Nikki Yanofsky - 11 décembre (initialement annoncé pour le 11 novembre), 20 h

Au Métropolis

Colin James - 30 janvier, 18 h 30 et 21 h 30

Jesse Cook, The Rumba Foundation - 8 et 9 avril, 20 h

George Thorogood and the Destroyers - 4 et 5 juin, 19 h

Un Noël total jazz !

Du 12 décembre au 8 janvier (ou à partir du 10 décembre pour les fidèles de l’Infolettre Spectra), un exemplaire du livre-souvenir Le Festival sous les étoiles (d’une valeur de 40 $) sera remis gratuitement avec tout achat de 150 $ de billets (incluant les concerts de la série Jazz à l’année) !

(Offre valide à la billetterie de L’Astral seulement, sur présentation des billets achetés entre le 12 décembre 2009 et le 8 janvier 2010 à n’importe quel point de vente. Quantités limitées.)

Billets en vente dès le samedi 12 décembre à midi

Les billets pour ces concerts de la 31e édition du Festival International de Jazz de Montréal seront en vente à compter du samedi 12 décembre à midi. On peut se les procurer à la Place des Arts (175, rue Sainte-Catherine Ouest), au 514 842-2112 ou à laplacedesarts.com. Quant à ceux de la série Jazz à l’année, on les trouvera à la billetterie de L’Astral (305, rue Sainte-Catherine Ouest), à la billetterie centrale du Festival, située au Métropolis (59, rue Sainte‑Catherine Est), ou par Ticketpro - ticketpro.ca, 514 908‑9090 ou 1 866 908‑9090.

Pour tout savoir avant tout le monde, inscrivez-vous à l’Infolettre Spectra et recevez toute l’information concernant les primeurs du Festival International de Jazz de Montréal. Pour plus de renseignements, il faut joindre la Ligne Info-Jazz Bell au 514 871-881 ou sans frais au 1 888 515‑0515, ou encore visiter le montrealjazzfest.com.

- 30 -

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • Sphinn
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google