Déclaration du Festival au sujet de l’annulation des spectacles de SLĀV.

Montréal, le samedi 7 juillet 2018 — Suite à la polémique et à l’annulation des représentations de SLĀV, le Festival International de Jazz de Montréal trouve important d’expliquer sa position ainsi que la décision qui en a découlée.

Comme diffuseur, le Festival achète de différents producteurs les spectacles qu’il présente dans une salle qu’il loue ou sur une de ses scènes extérieures, un peu comme un festival de films programme des films qu’il n’a pas produits.

Le Festival n’est donc pas impliqué dans la création des contenus des 500 événements diffusés durant les 11 jours de sa programmation. Il n’approuve aucun des contenus au préalable et laisse aux artistes la pleine liberté artistique. C’est le cas pour tous les artistes qui se présentent au Festival. Tous sont maîtres de leur création et responsables de la production de leur spectacle.  Et si leur œuvre suscite une réaction, ils peuvent choisir ou non de la défendre. Dans le cas de SLĀV, le spectacle a été créé par Betty Bonifassi et Robert Lepage et produit par Ex Machina.

Nous avons décidé de programmer cette création après le succès et les éloges reçus pour le spectacle Lomax de Betty Bonifassi, que nous avons présenté gratuitement l’été dernier sur la place des Festivals. Cet événement extérieur gratuit a été acclamé par des dizaines de milliers de personnes, dont nombre de spectateurs provenant de diverses communautés.

Huffington Post Québec avait alors mis ce spectacle dans les 15 à ne pas manquer pour le Festival de 2017. La Gazette l’avait aussi mis dans ses spectacles à ne pas manquer.

Rappelons que ce concert a été présenté à 73 reprises au Québec, au Canada, aux États-Unis et en Europe. Et on parle ici de marchés comme Toronto, New-York et Paris, sans susciter de réaction comme nous avons connu dans les derniers jours.

C’est pourquoi, dans un premier temps, nous avons été surpris de la tournure des évènements lors de l’avant-première du 26 juin. Après les premières représentations, madame Bonifassi s’est blessée de manière sérieuse et a dû se faire opérer d’urgence. Ce qui nous a obligé à annuler quatre représentations.

Pendant ce temps, le Festival est resté à l’écoute et a reçu des centaines de témoignages provenant de toutes les communautés montréalaise, canadienne, des États-Unis et de l’international.

Nous avons constaté que le débat était beaucoup plus profond que simplement le spectacle SLĀV …  Que beaucoup de gens et même des artistes se sont exprimés sur cet important sujet de société.

Nous avons compris que les blessures du passé étaient encore bien vivantes pour beaucoup de nos concitoyens, des blessures souvent profondes et justifiées.

La crainte que la situation s’accentue devenait bien réelle alors que le FIJM est réputé être un événement inclusif, pacifique et sécuritaire.

Mercredi matin dernier nous devions prendre une décision ; soit de relancer ou non les représentations du spectacle durant le Festival International de Jazz de Montréal.

Nous savions que quelle que soit notre décision, la situation demeurerait tendue pour les personnes concernées notamment nos partenaires du spectacle, car rappelons-le, nous sommes diffuseurs et non producteur et créateur du spectacle.

Nous n’avons pas l’impression d’avoir céder à la censure car il est important de noter que notre décision ne vise que ces représentations prévues durant le festival et n’implique aucunement que le spectacle ne soit plus diffusé dans le futur.

C’est donc un ensemble d’éléments humains et techniques qui a été retenu dans la prise de notre décision finale.

Mercredi matin, Betty Bonifassi nous a informés que dans les conditions actuelles (avec sa blessure et la crise qui ne cessait de s’accentuer), elle n’était pas en mesure de faire les dernières représentations au Festival.

Sur la question de la sécurité, le Festival prend très au sérieux la question de la sécurité publique. Celle de ses employés, de ses partenaires et bien sûr des artistes et du public ainsi celle des gens qui sont venus manifester.

Nous devions donc prendre en compte d’éventuels dérapages possibles si les représentations se poursuivaient.

Quant à l’équipe de direction du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) à qui nous avions loué la salle, ils étaient comme nous, inquiets pour la sécurité de tous.

C’est donc dans ce contexte et face à ces enjeux majeurs que nous avons décidé d’annuler les représentations présentées dans le cadre du Festival. Nous avons convenu avec Ex Machina et le TNM de prendre la perte financière entre nous afin que les artisans et les artistes puissent être rémunérés comme convenu.

En dépit des annulations de ce spectacle, nous sommes très fiers de nous être associés à Ex Machina, fleuron international de notre culture et au grand metteur en scène Robert Lepage pour lequel nous avons une grande admiration et dont les œuvres restent incontournables. Jamais nous n’avons mis en cause la qualité de son travail.

Le Festival est également admiratif du travail et de la démarche de Betty Bonifassi depuis 15 ans. Nous trouvons remarquable le fait qu’elle permette à des milliers de personnes de découvrir ces chants si touchants et si importants. Nous trouvons remarquable aussi que son œuvre permette d’avoir des conversations essentielles pour nous tous. D’autant que le Festival a toujours tenu à programmer les artistes provenant de toutes origines, en particulier de la communauté noire.

Pour la suite, l’intention du Festival International de Jazz de Montréal est de continuer à écouter les témoignages des gens qui se sont sentis blessés ainsi que ceux qui ont été déçus par notre décision d’annuler les représentations.

Nous avons d’ailleurs déjà eu une rencontre constructive avec plusieurs personnes afro-descendantes montréalaises sur ces sujets. Et nous souhaitons poursuivre ce dialogue essentiel. Notre point de vue est simple. Il faut discuter ouvertement des questions raciales. Il faut prendre le temps de communiquer pour nous comprendre et arriver à faire mieux dans l’avenir.

Depuis 39 ans le festival a toujours tenté à le faire et a souvent réussi…  Et nous allons continuer en ce sens.

La 40e édition du Festival International de Jazz de Montréal se déroulera du
27 juin au 7 juillet 2019.

– 30 –

Bilan de la 39e édition

Montréal, le samedi 7 juillet 2018 — Ce sont encore des centaines de milliers de personnes qui se sont présentées aux portes du Quartier des spectacles, pour participer à la 39e édition du Festival International de Jazz de Montréal présentée par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto, festival qui d’ailleurs s’achève aujourd’hui. Des centaines de milliers de personnes qui ont bravé la canicule et que nous sommes heureux d’avoir pu divertir et à qui nous avons pu une fois de plus présenter des artistes talentueux de tous horizons et de toutes origines pendant ces dix jours de festivités.

De toute évidence, nous ne pouvons nier que pour la première fois dans l’histoire du Festival, cette édition ne s’est pas déroulée sans remous. En effet, nous nous devons de revenir sur la polémique autour du spectacle SLĀV et la décision de notre part d’annuler ses représentations dans le cadre du Festival. Un communiqué diffusé ce jour fait état plus en détail des tenants et des aboutissants qui ont motivé cette décision. Un épisode qui nous a porté à réfléchir et prendre en compte les remarques constructives qui ne pourront qu’être bénéfiques pour les prochaines éditions.

Rappelons que le Festival, c’est aussi et surtout 500 concerts dont les deux tiers gratuits. Cette année encore, nous avons eu droit à des performances hors du commun de la part de nombreux artistes en salle — avec pas moins de 21 concerts affichant complet — ou en extérieur.

« Nouvelle édition pour le Festival International de Jazz à Montréal, qui une nouvelle fois décroche un line-up tout frais, de prestige et éclectique. »
Rolling Stone France.

Notons, le grand évènement TD de mi-Festival avec Jessie Reyez qui a enchanté une foule immense ainsi que la Grand Évènement de clôture Rio Tinto avec la présence de The War On Drugs ce soir qui, nous en sommes convaincus, va mettre un point final à cette édition avec panache.

De plus, le Festival a été jalonné de remise de prix prestigieux avec notamment un Ben Harper fortement ému qui s’est vu remettre le prix Ella-Fitzgerald. Le prix Montréal Jazz Festival Spirit a été décerné à l’immense Ry Cooder tandis que la jeune formation montréalaise SHPIK a été choisie comme lauréate du Grand Prix de Jazz TD 2018.

« Depuis son premier passage au Festival International de Jazz de Montréal (FIJM) – c’était en juillet 1994, dans la salle du Spectrum -, Ben Harper est devenu un habitué de la manifestation, qu’il considère, à l’instar de nombreux observateurs, comme « l’un de meilleurs festivals au monde ». Il sera difficile de le contredire. »
Le Figaro.

Citons aussi le renouvellement de l’opération Hirondelles. Un projet né de notre volonté de nous soucier davantage du bien-être et de la sécurité des festivalières, des membres de la communauté LGBTQ et de tous ceux qui peuvent se sentir vulnérables pendant nos événements. Des dispositifs pour lutter contre la chaleur excessive ont été aussi mis en place rapidement et partout sur le site.

L’objectif premier du Festival est de créer du divertissement à travers la culture. Notre volonté est donc d’accroître les retombées culturelles, sociales, touristiques et économiques du Festival qui représente une si belle vitrine pour Montréal et le Québec à travers le monde. Car s’il y a une chose qui nous tient à cœur, c’est bien de pouvoir faire mieux d’année en année et de nous améliorer sur tous les points de vue.

“This was my first time at the festival and I was impressed with the organization, the venues, and the great sound mixing at a wide range of shows. I would strongly recommend the Montreal Jazz Festival to anyone who loves great music and the host city is a fantastic place to wander, eat in, and enjoy.” 
Tim Leffel, Editor, Perceptive Travel.

Les actions médiatiques prises pendant l’année ont porté leurs fruits car on a recensé 300 journalistes accrédités de plus de 16 pays à travers le monde.

“I’m always amazed by how many free high-quality concerts FIJM offers to the public. Montrealers should feel blessed. FIJM always takes my breath away. Its organization, breadth of curation, and its treatment of the artists. All jazz festivals should strive to be FIJM. Thank god for FIJM, one of the only festivals in the world advancing the sound of jazz into the new millennia and not afraid to do so.”
Simon Rentner, WBGO.

Enfin, si le Festival connaît un tel engouement, c’est grâce aux précieux partenaires qui contribuent à financer l’événement. Si la gratuité du Festival est une richesse pour tous, rappelons que cette gratuité a un coût et que sans cet appui essentiel, rien de tout cela ne serait possible. Merci aux trois paliers gouvernementaux, les gouvernements du Canada, du Québec et la Ville de Montréal, à Tourisme Montréal, à nos précieux commanditaires, dont le présentateur Groupe Banque TD et le coprésentateur Rio Tinto, qui nous accompagnent depuis tant d’années, ainsi qu’à tous nos partenaires et fournisseurs officiels.

Merci également à toutes les équipes du Festival qui ont contribué à faire de cette édition un succès. Soulignons enfin à quel point cet événement est impressionnant par sa capacité rassembleuse, attirant une fabuleuse diversité de publics qui s’unissent chaque année au cœur de notre village urbain musical qui se veut plus inclusif que jamais.

Merci aussi aux artistes et bien sûr aux festivaliers qui contribuent à faire vire le Festival et le rendre toujours plus beau.

On s’affaire déjà à l’édition du 40e et on a vraiment hâte de livrer une édition mémorable notamment avec son projet ambitieux de « Hubs ». En effet, le Festival veut devenir un véhicule pour tous, favorisant la découverte des richesses culturelles et sociales en s’ancrant dans divers quartiers de la métropole. En continuant d’occuper son site central dans le Quartier des spectacles avec les grands rassemblements, les spectacles en salle et les activités pour la famille, le Festival global ira à la rencontre du local grâce à de nouveaux pôles festivaliers appelés « Hubs ». Ces pôles favoriseront les rencontres citoyennes et généreront de nouvelles retombées pour les arrondissements dans un esprit d’inclusion et d’intégration. Ils seront accessibles gratuitement et offriront la même qualité artistique que l’on connait du Festival en respectant les principes de développement durable et d’écoresponsabilité. Plus d’une centaine de messages de citoyens ont manifesté le souhait de voir un hub s’installer dans leur quartier, de même que plusieurs SDC et arrondissements. Il va sans dire que le Festival est emballé par cet engouement.

Encore merci et à l’année prochaine !

La 40e édition du Festival International de Jazz de Montréal se déroulera du
27 juin au 7 juillet 2019.

montrealjazzfest.com

Plus que deux jours avant la grande soirée de clôture !

LES SPECTACLES GRATUITS

Le Grand événement de clôture Rio Tinto : The War On Drugs
Samedi 7 juillet, 21 h 30 — scène TD
Au sommet de sa forme après avoir raflé le Grammy du meilleur album rock pour l’excellent A Deeper Understanding, le quatuor américain The War on Drugs fait escale au Festival dans le cadre de sa tournée mondiale. À quoi s’attendre de la part d’un groupe réputé pour ses concerts envoûtants, ses sonorités puissantes et son rock contemplatif sublime ? À une soirée de clôture magistrale, rien de moins !
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9670

The-War-On-Drugs-Main

Too Many Zooz
Jeudi 5 juillet, 21 h et 23 h — scène TD
En 2014, ils ont créé le buzz dans le métro new-yorkais avec leur musique jazz fusion surpuissante et leur look déjanté. Depuis, le trio, qui qualifie sa musique de brass house, a multiplié les concerts et fait paraître le dynamique Subway Gawdz, fidèle à son style complètement fou.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9668

Kepa
Jeudi 5 juillet, 17 h et 19 h — Place Heineken
Ce skateboarder professionnel reconverti, originaire de France, a délaissé l’acier des rampes d’escalier pour celui des cordes de sa guitare, avec laquelle il livre un blues moderne épique et tranchant. À même pas 30 ans, cet ancien adepte de sports extrêmes compte déjà trois albums à son actif et de nombreuses tournées.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9584

Kepa

Megative
Vendredi 6 juillet, 21 h et 23 h — scène TD
Nouveau projet de l’ex-chanteur de The Stills, Tim Fletcher, et de l’ex-meneur de Me Mom and Morgentaler, Gus van Go (également réalisateur d’albums des Cowboys Fringants, des Trois Accords et plein d’autres), Megative puise son inspiration dans le fameux two-tone londonien du début des années 80, tout en ajoutant une touche aussi personnelle qu’actuelle. Personne ne fait de la musique comme Megative aujourd’hui !
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9669

Lakou Mizik
6 et 7 juillet, 20 h — scène du Monde
Fondé en 2010 à la suite du séisme haïtien, comme une volonté de résilience, le groupe composé de musiciens de divers horizons et générations transmet une musique basée sur des sonorités traditionnelles haïtiennes (rasin) auxquelles il intègre des éléments de rap et de dancehall. Une véritable célébration de la vie
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9652

Copy_of_mizik_(5_of_55)

RL Boyce
Samedi 7 juillet, 21 h — scène Hyundai / CBC/Radio-Canada
Un vrai bluesman venu tout droit du Mississippi ! Avec son style décontracté et son jeu de guitare habile, RL Boyce va nous faire remonter avec plaisir aux racines de la musique moderne. Un véritable moment de blues dont le musicien perpétue la tradition avec brio, notamment à travers son album Roll and Tumble sorti en 2017.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9662

LES SPECTACLES EN SALLE

Cameron Graves
Jeudi 5 juillet, 22 h — L’Astral (Maison du Festival)Cameron Graves for Mack Avenue Records by Anna Webber
Membre fondateur du bouillonnant collectif américain West Coast Get Down notamment aux côtés de son ami et partenaire musical Kamasi Washington, le pianiste Cameron Graves est une étoile montante du jazz. Son premier album, Planetary Prince (2017), a remporté un vif succès critique, dans un style très novateur au croisement du jazz, du classique, du rock, du funk et du hip-hop.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9504

Møme
Première partie : Robert Robert
Jeudi 5 juillet, 21 h— Club Soda
Nouveau visage de la French touch, le DJ français et insatiable globe-trotter a composé son dernier album, Panorama, dans un van converti en studio d’enregistrement pendant sa traversée de l’Australie. Il y mélange ambiances électros et parties de guitare inspirées pour un résultat des plus rafraichissants. On y retrouve des collaborations avec de grands artistes comme Flume ou Chet Faker.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9544

Lido Pimienta
Vendredi 6 juillet, 22 h — L’Astral (Maison du Festival)

Lido_Pimienta-John-Paille

Tempête musicale et militante, lauréate du prix Polaris 2017 pour son album en espagnol La Papessa, Lido Pimienta monte sur la scène comme elle part au combat. Pour sa première visite au Festival, la chanteuse vient électriser L’Astral avec sa musique aux couleurs multiculturelles, ses rythmes électros entêtants, sa voix surpuissante et son énergie brute.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9505

Shai Maestro
Vendredi 6 juillet, 22 h 30 — Gesù
Le pianiste d’origine israélienne Shai Maestro poursuit inlassablement son brillant parcours, séduisant les foules avec son jazz impétueux et flamboyant. Charismatique et d’une totale maitrise de son instrument, le musicien vient nous présenter son nouvel album, The Stone Skipper, un opus qui navigue entre urgence absolue et poésie mélodique. Une belle soirée en perspective.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9508

Raveen
6 et 7 juillet, 19 h — M2
Raveen, c’est le nouveau projet du prolifique Montréalais d’adoption Eric Seguin, accompagné pour l’occasion de Stokely Diamantis (basse) et de Peter Colantonio (batterie). En 2017, le groupe a accouché du délicat album Always : une pop-électro rêveuse qui nous plonge dans un monde mélancolique à la frontière du réel et de l’imaginaire, là où le temps n’a plus d’emprise.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9483

raveen full size promo shot

Dr. Lonnie Smith trio
Samedi 7 juillet, 18 h — Gesù
Après deux belles soirées placées sous le signe de la collaboration, Dr. Lonnie Smith clôt ce triptyque de réjouissances avec un spectacle intime où le musicien interprétera en trio des pièces de son album All In My Mind, sa dernière création parue sous la prestigieuse étiquette Blue Note.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9529

Jerry_Cans_2The Jerry Cans
Samedi 7 juillet, 19 h — Cinquième Salle, Place des Arts
Originaire d’Iqaluit, le groupe combine le chant de gorge traditionnel inuit avec le folk et le country. Les musiciens chantent en inuktitut, la langue du peuple inuit et abordent la vie dans le Grand Nord. En 2016, leur album Inuusiq / Life, a été lancé sur le label Aakuluk Music créé par les membres du groupe pour soutenir les musiciens inuits et autochtones.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9540

DÉAMBULATOIRE PRÉSENTÉ PAR CBC/RADIO-CANADA

Tous les jours à 17 h, une fanfare hors du commun offrira aux festivaliers ses reprises déjantées de morceaux hip-hop : Urban Science Brass Band dans le spectacle déambulatoire. Du bonheur dans la rue !

LE CAMP DE BLUES TD : SPECTACLE DES FINISSANTS

Chaque année, le Festival offre à une cinquantaine d’adolescents la chance de participer à un camp musical entièrement consacré au blues et absolument gratuit : le Camp de blues présenté par TD ! Pendant une semaine, du 30 juin au 6 juillet, les jeunes musiciens âgés entre 13 et 17 ans sont entourés de professionnels reconnus du milieu de la musique, peaufinent leurs connaissances musicales et montent un grand spectacle.

EN FAMILLE AU FESTIVAL AVEC RIO TINTO

Le Festival, c’est aussi pour les enfants ! Chaque jour de l’événement, on trouve de tout pour la famille, partout sur le site.

La Petite école du jazz présentée par Rio Tinto —Ça fait 29 ans qu’ils sont au rendez-vous, et les enfants en sont toujours aussi fous ! Une initiation musicale dynamique, interactive et pleine de sourires, en compagnie du célèbre chat bleu Ste-Cat, la mascotte du Festival et Les Zélèves, un quintette d’harmonies vocales mené par Victor-Jacques Ménard, aux côtés de James Gelfand et son quartette. Grande-Place du complexe Desjardins, tous les jours du 28 juin au 7 juillet, 11 h et 13 h 30.

Au Parc musical Rio Tinto, une panoplie d’activités interactives conçues sur le thème de la musique, dans un espace adapté aux besoins des familles ! Le jeu s’allie à la technologie dans des installations ludiques et musicales aussi fantaisistes que fantastiques.

Au Club famille Rio Tinto, de l’animation et des activités pour les enfants tous les jours de 13 h à 22 h avec Educazoo, des ateliers de fabrication et de manipulation de marionnettes, des porte-clefs et de macarons, d’initiation au cirque, un spectacle-quiz Quel cinéma ! ainsi que des ateliers du Musée d’art contemporain.

Des services gratuits offerts par Rio Tinto : des tables à langer, un service de prêt de poussette ainsi que des bracelets pour les enfants conçus pour inscrire les coordonnées des parents.

LE CLUB JAZZ CASINO DE MONTRÉAL

7

AVEC LA PRÉSENCE DE RADIO-CANADA

Radio-Canada vous invite à venir partager votre passion du jazz avec sa programmation spéciale à bord de son studio mobile qui diffusera en direct à partir du 2 juillet où l’émission Le 15-18 sur ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE partira le bal suivie d’une conférence sur l’histoire du jazz accompagnée par un ensemble de musiciens le 5 juillet à 17 h 30 et l’émission QUAND LE JAZZ EST LÀ sur ICI MUSIQUE les 5 et 6 juillet de 17 h 30 à 20 h. Une occasion de vibrer tous ensemble au rythme du jazz !

CONCOURS J’AIME LE FESTIVAL

1er prix : La location d’une voiture Kona 1.6T Trend 2018 de Hyundai d’une valeur approximative de 14 000 $. Offerte par Hyundai.

2e prix : Un MacBook Pro 13 pouces en aluminium d’une valeur de 3170 $. Offert par Rio Tinto.

3e prix : Une machine à café automatique JURA E6 d’une valeur de 2 300 $. Offerte par JURA.

4e prix : Un forfait pour 10 personnes au restaurant Le Montréal du Casino de Montréal, d’une valeur de 1 000 $. Offert par Casino de Montréal.

5e prix : Une carte-cadeau SAQ, valeur de 500 $. Offert par SAQ.

6e prix : Un forfait 6 services au Bateau-Mouche, incluant la croisière de trois heures trente, le menu 6 services, l’animation musicale, le spectacle musique, son et lumière et les frais de services, d’une valeur de 290 $. Offert par Bateau-Mouche.

Renseignements et participation : montrealjazzfest.com/concours.

JAZZ MOBILE

Le Festival vous offre l’application mobile Jazz Montréal, qui permet de vivre le festival en tout temps sur un téléphone intelligent iPhone ou Android, le tout en quelques manipulations tactiles !
Téléchargez dans l’App Store (logo) https://itunes.apple.com/app/id374244254
Disponible sur Google Play (logo) https://play.google.com/store/apps/details?id=com.greencopper.android.fijm

ACCÈS AU SITE

Localisé dans le Quartier des spectacles, en plein cœur du centre-ville montréalais, le site du Festival International de Jazz de Montréal est compris entre le boulevard Saint-Laurent, l’avenue du Président-Kennedy, la rue Sainte-Catherine et la rue De Bleury. Situés au milieu des festivités, le complexe Desjardins et la Place des Arts constituent des points de repère utiles.
Comme certaines rues sont fermées à la circulation automobile et que les places de stationnement dans le secteur sont limitées, nous vous suggérons de vous rendre au site du Festival à pied, en taxi ou en transport en commun.
Déplacements sur le site
La place des Festivals accueille la scène principale du Festival, à l’extrémité nord de la place, dos au boulevard De Maisonneuve. Une deuxième grande scène est située rue Sainte-Catherine, à l’angle de Jeanne-Mance. Pour faciliter les déplacements, le public peut en tout temps emprunter les couloirs de sécurité, qui donnent accès à la station de métro Place-des-Arts ainsi qu’aux rues Sainte-Catherine et De Bleury. Il s’agit de zones de circulation où il est interdit de s’attarder.
http://www.montrealjazzfest.com/fr-CA/Infos/AccesAuSite

ÉVÉNEMENTS DE PRESSE À VENIR

Conférence-entrevue avec Jain animé par Nicolas Tittley
Vendredi 6 Juillet à 15 h
Salle Stevie-Wonder de la Maison du Festival

Conférence de presse bilan de la 39e édition du Festival International de Jazz de Montréal
Samedi 7 juillet à 16 h
Salle Stevie Wonder de la Maison du Festival

 Événement de clôture Rio Tinto avec The War On Drugs
Samedi 7 juillet à 21 h 30
Scène TD

LA SALLE DE PRESSE AU CŒUR DU FESTIVAL

Située à la Maison du Festival, au 2e étage du 305, rue Sainte-Catherine Ouest, la salle de presse du Festival ouvrira ses portes de midi à 18 h le 27 juin, et de 10 h à 23 h du 28 juin au 7 juillet. Elle est le lieu de rendez-vous des artistes, agents, représentants des maisons de disques et des médias. Toute l’équipe des communications est heureuse de vous y accueillir ! Les représentants des médias accrédités sont priés de noter qu’on peut joindre la salle de presse en composant le 514 288-5299.
SOURCE :Festival International de Jazz de Montréal (514) 288-5299

RENSEIGNEMENTS (MÉDIAS)

Greg Kitzler directeur, Relations de presse et médias sociaux — 514 288-5299, poste 3907 ;
Éliane Lévesque, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3908 ;
Maude Laberge-Boudreau, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3910 ;
Élise Casavant, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3909 ;
Alain Des Ruisseaux, attaché de presse — 514 288-5299, poste 3911 ;
Isabelle Lavigne, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3913 ;

RENSEIGNEMENTS (PUBLIC)

Ligne Info-Jazz La Presse+ 514 871-1881 ou sans frais : 1 85JAZZFEST montrealjazzfest.com

Zakir Hussain Lauréat du 15e Prix Antonio-Carlos-Jobim

Montréal, mercredi 4 juillet 2018 — Le Festival International de Jazz de Montréal présentée par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto décerne cette année le Prix Antonio-Carlos-Jobim à Zakir Hussain. Le Prix lui sera remis, ce jour, par André Ménard, vice-président et cofondateur du Festival sur scène à 20 h 20 à la Maison symphonique de Montréal lors de son concert.

Zakir Hussain est le 15e récipiendaire du Prix Antonio-Carlos-Jobim. Créé à l’occasion du 25e anniversaire du Festival en 2004, ce prix récompense un artiste qui s’est particulièrement démarqué dans le domaine de la musique du monde, un genre musical dont les métissages culturels ont indéniablement influencé l’histoire du jazz.

Zakir Hussain

Zakir Hussain est aujourd’hui reconnu parmi les plus grands musiciens de notre temps, à la fois pour ses talents de percussionnistes et pour son influence dans le monde de la musique. Véritable virtuose du tabla classique, il a conquis le statut de trésor national et d’ambassadeur culturel de son pays, l’Inde, grâce à ses prestations toujours brillantes et électrisantes. Largement considéré comme l’un des principaux artisans de la musique du monde contemporaine, il cumule les collaborations prestigieuses. Son jeu est marqué par une spontanéité hors du commun et une force d’improvisation magistrale, puisant dans un vaste champ d’expertise.

Zakir Hussain. 4 juillet, Maison symphonique de Montréal, 19 h (série Le Festival à la Maison symphonique Delta Air Lines).

À titre de récipiendaire du Prix Antonio-Carlos-Jobim, Zakir Hussain succède à Buika (2017), Lila Downs (2016), King Sunny Ade (2015), Paco de Lucía (2014), Amadou & Mariam (2013), Emir Kusturica (2012), Youssou N’Dour (2011), Richard Bona (2010), Toots & The Maytals (2009), Gilberto Gil (2008), Angélique Kidjo (2007), Salif Keita (2006), Khaled (2005) et Ibrahim Ferrer (2004).

montrealjazzfest.com

Renee Rosnes Lauréate du 30e Prix Oscar-Peterson

Montréal, mercredi 4 juillet 2018 — Le Festival International de Jazz de Montréal présentée par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto décerne cette année le Oscar-Peterson à Renee Rosnes. Le Prix lui sera remis, ce jour, par Maurin Auxéméry, programmateur du Festival, ainsi que la fille d’Oscar Peterson, Céline Peterson, sur scène à 19 h 00 à la Maison symphonique de Montréal lors de son concert.

Renee Rosnes est le 30e artiste à recevoir le Prix Oscar-Peterson. Ce prix, créé en 1989 pour les 10 ans du Festival, est attribué à un grand musicien de chez nous pour reconnaître sa contribution au jazz canadien et la qualité de son art.

Renee Rosne

Née au Canada, Renee Rosnes se dirigeait vers la musique classique avant de se tourner vers le jazz et New York au début des années 80. Depuis, la pianiste a publié une série de 15 albums, dont cinq ont remporté des prix JUNO. En plus de sa longue et brillante carrière solo, l’artiste a cumulé les collaborations de prestige sur scène ou en studio telles que Joe Henderson, Wayne Shorter ou James Moody, sans oublier son rôle de directrice musicale et journaliste de jazz. Incontestablement, Renee Rosnes fait partie des pianistes et compositrices les plus marquantes de sa génération.

Renee Rosnes. 4 juillet, Maison symphonique de Montréal, 19 h (série Le Festival à la Maison symphonique Delta Air Lines).

En remportant le Prix Oscar-Peterson, Renee Rosnes succède à Christine Jensen (2017), Karen Young (2016), Jim Galloway (2015), Ron Di Lauro (2014), Alain Caron (2013), Peter Appleyard (2012), Jean-Pierre Zanella (2011), Don Thompson (2010), Susie Arioli (2009), Dave Young (2008) François Bourassa (2007), Yannick Rieu (2006), Bernard Primeau (2005), Diana Krall (2004), Kenny Wheeler (2003), Lorraine Desmarais (2002), Moe Kofman (2001), Charles Biddle (2000), Maynard Ferguson (1999), Guy Nadon (1998), Rob McConnell (1997), Nelson Symonds (1996), Michel Donato (1995), Paul Bley (1994), Fraser MacPherson (1993), Vic Vogel (1992), UZEB (1991), Oliver Jones (1990) et, bien sûr, à Oscar Peterson (1989).

montrealjazzfest.com

SHPIK lauréat du Grand Prix de Jazz TD 2018

Montréal, le mardi 3 juillet 2018 — Le Festival International de Jazz de Montréal, présenté par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto, est heureux de décerner aujourd’hui le 37e Grand Prix de Jazz TD à SHPIK, qui s’est le plus illustré parmi les cinq formations de jazz inscrites cette année au concours pancanadien.
SHPIK se voit remettre officiellement le Grand Prix de Jazz TD 2018 par Laurent Saulnier, vice-président programmation du Festival, et Samia Medelci, directrice de succursale TD Canada Trust, à 20 h sur la scène du Monument-National lors de leur concert.

SHPIK

SHPIK

Formé du pianiste et compositeur Arnaud Spick-Saucier, du contrebassiste Étienne Dextraze, du batteur Philippe Lussier-Baillargeon et du saxophoniste/flutiste Alex Dodier, SHPIK propose une musique impressionniste et audacieuse, puisant aux sources du jazz et de la musique de film. Évoquant les grands espaces et la réflexion, passant ainsi de l’immensité à l’infiniment petit, leur premier album ose et propose un voyage déroutant empreint de théâtralité. Avec leurs envolées inspirées et leurs pédales d’effets, SHPIK apporte une touche aérienne à la musique. Leur premier opus Fabulation, est paru en Novembre 2016.

Grand Prix de Jazz TD 2018

Le lauréat du Grand Prix de Jazz TD mérite cette année :

• Le trophée du Grand Prix de Jazz TD 2018, assorti d’une bourse de 5000 $ offerte par TD

• Une invitation à l’édition 2019 du Festival International de Jazz de Montréal

• Une invitation à participer au Festi Jazz International de Rimouski, édition 2019.

Pour l’édition 2018, le jury était composé d’un jury interne.

Les autres artistes en lice cette année étaient : Gentiane MG trio, Charles Trudel, Trio Jonathan Turgeon avec Alex Dodier et Razalaz.

Rappelons que le lauréat de l’an dernier, The Allison Au Quartet, donnera un concert extérieur gratuit le 5 juillet dans le cadre de la série Les Gammes TD présentée sur la scène TD de la place des Festivals.

montrealjazzfest.com

Et ca continue!

LES SPECTACLES GRATUITS

Delgres
Delgres officielle sans logo
Lundi 2 juillet, 19 h — scène Hyundai / CBC/Radio-Canada
Du blues en créole, c’est le projet fou du guitariste Pascal Danae. Avant d’assurer la première partie de Ben Harper & Charlie Musselwhite, l’ancien membre du groupe Rivière Noire — Victoire de la Musique 2015 — nous emmène en trio à la rencontre du delta blues, du blues-rock et des complaintes caribéennes baignées dans les cuivres festifs de La Nouvelle-Orléans.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9624

Nomadic Massive
Lundi 2 juillet, 21 h et 23 h — scène TD
Un bel exemple de multiculturalisme et de créativité. Le collectif basé à Montréal et composé de membres venus de toutes parts crée un rap jazz fusion unique en son genre avec des paroles en anglais, français, créole, espagnol et arabe. Son dernier album, The Big Band Theory, nous envoie carrément en orbite.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9667

Jessie ReyezLe Grand événement TD : Jessie Reyez
Mardi 3 juillet, 21 h 30 — scène TD
Lauréate du prix Juno de la Révélation de l’année (artiste) en mars dernier, la Torontoise Jessie Reyez est considérée comme la révélation canadienne R&B de cette année. Son premier EP, Kiddo, a fait figure de vraie bombe dans le paysage musical, porté par sa voix hors-norme et tourmentée, comme dans les pièces Figures, Shutter Island, Hard to Love et Gatekeeper.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9709

Gato Preto
Mardi 3 juillet, 22 h — scène du Monde
Qualifiant leur musique d’afrofuturiste, les membres du groupe nous plongent dans une transe musicale faite d’électro puissante et de percussions africaines entêtantes. Un son cosmopolite pour un moment d’intensité redoutable.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9679

Les Royal Pickles
royal pickles
Mercredi 4 juillet, 19 h et 21 h — Club Jazz Casino de Montréal à la place SNC-Lavalin
Une plongée dans l’époque du swing, remaniée au goût du jour et agrémentée de la folie des musiciens ! Depuis avril dernier, le groupe de Montréal a fait paraître le disque Jouer dans l’trafic, alliant chansons à textes et pièces instrumentales, dans une ambiance festive.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9693

Stéphane Moraille
Mercredi 4 juillet, 20 h et 22 h — scène Rio Tinto
C’est la voix iconique du groupe Bran Van 3000, et notamment du simple Drinking in L.A. Après avoir délaissé un temps sa carrière de chanteuse pour celle, tout aussi brillante, d’avocate spécialisée dans les droits d’auteurs, l’artiste revient sur le devant de la scène avec l’album Daïva. Un jazz vocal coloré où le créole et l’anglais se côtoient.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9642

ToomanyzoozToo Many Zooz
Jeudi 5 juillet, 21 h et 23 h — scène TD
En 2014, ils ont créé le buzz dans le métro new-yorkais avec leur musique jazz fusion surpuissante et leur look déjanté. Depuis, le trio, qui qualifie sa musique de brass house, a multiplié les concerts et fait paraître le dynamique Subway Gawdz, fidèle à son style complètement fou.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9668

LES SPECTACLES EN SALLE

Vincent Réhel Trio, Le capitaine ivre
avec invités Sonia Johnson et Jacques Kuba Séguin
Lundi 2 juillet, 18 h— L’Astral (Maison du Festival)
Auteur le tout récent Le capitaine ivre, le pianiste de talent Vincent Rehel ne manque pas de panache. Pour nous présenter cet opus autoproclamé psycho-acid-jazz-rock électrique délirant, le capitaine de cette soirée en pleine possession de ses moyens arrive en trio — JF Lemieux à la basse et Max Sansalone à la batterie — , accompagné de la chanteuse Sonia Johnson et du trompettiste Jacques Kuba Séguin.
http://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9477

SPShawn Phillips
Lundi 2 juillet, 21 h — Club Soda
Comptant une belle quinzaine d’albums à son actif depuis les années 60, l’artiste est également reconnu pour son travail auprès de grands noms tels qu’Eric Clapton ou The Beatles. Refusant de catégoriser sa musique, ce musicien, chanteur et interprète énigmatique originaire du Texas offre un style unique, subtil mélange harmonieux de folk-rock, jazz progressif, pop et musique classique.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9720

Julie Doiron
Mardi 3 juillet, 19 h — M2
Voici presque 30 ans que l’ex-membre d’Eric’s Trip, Julie Doiron écume les scènes du monde entier et cumule les collaborations productives comme The Wooden Stars, Herman Dune, ou Rick White. Pour sa grande première au Festival, la musicienne va revisiter son large répertoire pour notre plus grand bonheur.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9538

Jeremy DutcherJeremy Dutcher
Mercredi 4 juillet, 18 h — Gesù
À chacune de ses prestations, Jeremy Dutcher sait émouvoir l’auditoire par la force de sa voix et la puissance de sa démarche artistique. Ténor de formation, il alterne entre power opéra, rythmes électros et mélodies traditionnelles wolastoq directement héritées de ses ancêtres, qu’il mélange à d’anciens échantillons sonores récupérés çà et là. Pour sa première participation au Festival, il vient nous présenter son très attendu premier album. Une belle découverte à faire !
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9463

Theo Croker
Mercredi 4 juillet, 22 h 30 — Gesù
Trompettiste de génie adoubé par la grande prêtresse du jazz Dee Dee Bridgewater, le virtuose Theo Croker ne cesse de gagner l’estime de foules grandissantes. À peine entré dans la trentaine, le musicien étonne par sa nonchalance insolente et sa capacité d’improvisation aux multiples couleurs. Des notes d’afrobeat parsèment souvent sa musique et rendent hommage autant à ses origines africaines qu’aux prémices du jazz.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9507

Cameron Graves for Mack Avenue Records by Anna WebberCameron Graves
Jeudi 5 juillet, 22 h — L’Astral (Maison du Festival)
Membre fondateur du bouillonnant collectif américain West Coast Get Down notamment aux côtés de son ami et partenaire musical Kamasi Washington, le pianiste Cameron Graves est une étoile montante du jazz. Son premier album, Planetary Prince (2017), a remporté un vif succès critique, dans un style très novateur au croisement du jazz, du classique, du rock, du funk et du hip-hop.
https://montrealjazzfest.com/fr-CA/Programmation/Concerts#concert=9504

DÉAMBULATOIRE

Tous les jours à 17 h, une fanfare hors du commun offrira aux festivaliers ses reprises déjantées de morceaux hip-hop : Urban Science Brass Band dans le spectacle déambulatoire. Du bonheur dans la rue !

LE CAMP DE BLUES TD : SPECTACLE DES FINISSANTS

Chaque année, le Festival offre à une cinquantaine d’adolescents la chance de participer à un camp musical entièrement consacré au blues et absolument gratuit : le Camp de blues présenté par TD ! Pendant une semaine, du 30 juin au 6 juillet, les jeunes musiciens âgés entre 13 et 17 ans sont entourés de professionnels reconnus du milieu de la musique, peaufinent leurs connaissances musicales et montent un grand spectacle.

EN FAMILLE AU FESTIVAL AVEC RIO TINTO

Le Festival, c’est aussi pour les enfants ! Chaque jour de l’événement, on trouve de tout pour la famille, partout sur le site.

La Petite école du jazz présentée par Rio Tinto —Ça fait 29 ans qu’ils sont au rendez-vous, et les enfants en sont toujours aussi fous ! Une initiation musicale dynamique, interactive et pleine de sourires, en compagnie du célèbre chat bleu Ste-Cat, la mascotte du Festival et Les Zélèves, un quintette d’harmonies vocales mené par Victor-Jacques Ménard, aux côtés de James Gelfand et son quartette. Grande-Place du complexe Desjardins, tous les jours du 28 juin au 7 juillet, 11 h et 13 h 30.

Au Parc musical Rio Tinto, une panoplie d’activités interactives conçues sur le thème de la musique, dans un espace adapté aux besoins des familles ! Le jeu s’allie à la technologie dans des installations ludiques et musicales aussi fantaisistes que fantastiques.

Au Club famille Rio Tinto, de l’animation et des activités pour les enfants tous les jours de 13 h à 22 h avec Educazoo, des ateliers de fabrication et de manipulation de marionnettes, des porte-clefs et de macarons, d’initiation au cirque, un spectacle-quiz Quel cinéma ! ainsi que des ateliers du Musée d’art contemporain.

Des services gratuits offerts par Rio Tinto : des tables à langer, un service de prêt de poussette ainsi que des bracelets pour les enfants conçus pour inscrire les coordonnées des parents.

LE CLUB JAZZ CASINO DE MONTRÉAL
AVEC LA PRÉSENCE DE RADIO-CANADA

Radio-Canada vous invite à venir partager votre passion du jazz avec sa programmation spéciale à bord de son studio mobile qui diffusera en direct à partir du 2 juillet où l’émission Le 15-18 sur ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE partira le bal suivie de quatre soirées spéciales avec Stanley Péan : Rencontre en paroles et en musique avec Michel Donato en formation trio le 3 juillet à 17 h 30, une conférence sur l’histoire du jazz accompagnée par un ensemble de musiciens le 5 juillet à 17 h 30 et l’émission QUAND LE JAZZ EST LÀ sur ICI MUSIQUE les 5 et 6 juillet de 17 h 30 à 20 h. Une occasion de vibrer tous ensemble au rythme du jazz !

CONCOURS J’AIME LE FESTIVAL

1er prix : La location d’une voiture Kona 1.6T Trend 2018 de Hyundai d’une valeur approximative de 14 000 $. Offerte par Hyundai.

2e prix : Un MacBook Pro 13 pouces en aluminium d’une valeur de 3170 $. Offert par Rio Tinto.

3e prix : Une machine à café automatique JURA E6 offerte par Jura, d’une valeur de 2 300 $. Offerte par JURA.

4e prix : Un forfait pour 10 personnes au restaurant Le Montréal du Casino de Montréal, d’une valeur de 1 000 $. Offert par Casino de Montréal.

5e prix : Une carte-cadeau SAQ, valeur de 500 $. Offert par SAQ.

6e prix : Un forfait 6 services au Bateau-Mouche, incluant la croisière de trois heures trente, le menu 6 services, l’animation musicale, le spectacle musique, son et lumière et les frais de services, d’une valeur de 290 $. Offert par Bateau-Mouche.

Renseignements et participation : montrealjazzfest.com/concours.

JAZZ MOBILE

Le Festival vous offre l’application mobile Jazz Montréal, qui permet de vivre le festival en tout temps sur un téléphone intelligent iPhone ou Android, le tout en quelques manipulations tactiles !
Téléchargez dans l’App Store (logo) https://itunes.apple.com/app/id374244254
Disponible sur Google Play (logo) https://play.google.com/store/apps/details?id=com.greencopper.android.fijm

ACCÈS AU SITE

Localisé dans le Quartier des spectacles, en plein cœur du centre-ville montréalais, le site du Festival International de Jazz de Montréal est compris entre le boulevard Saint-Laurent, l’avenue du Président-Kennedy, la rue Sainte-Catherine et la rue De Bleury. Situés au milieu des festivités, le complexe Desjardins et la Place des Arts constituent des points de repère utiles.

Comme certaines rues sont fermées à la circulation automobile et que les places de stationnement dans le secteur sont limitées, nous vous suggérons de vous rendre au site du Festival à pied, en taxi ou en transport en commun.

Déplacements sur le site
La place des Festivals accueille la scène principale du Festival, à l’extrémité nord de la place, dos au boulevard De Maisonneuve. Une deuxième grande scène est située rue Sainte-Catherine, à l’angle de Jeanne-Mance. Pour faciliter les déplacements, le public peut en tout temps emprunter les couloirs de sécurité, qui donnent accès à la station de métro Place-des-Arts ainsi qu’aux rues Sainte-Catherine et De Bleury. Il s’agit de zones de circulation où il est interdit de s’attarder.
http://www.montrealjazzfest.com/fr-CA/Infos/AccesAuSite

ÉVÉNEMENTS DE PRESSE À VENIR

Conférence-entrevue et remise du Prix Ella-Fitzgerald avec Ben Harper animé par Nicolas Tittley
Mardi 2 juillet à 15 h
Salle Stevie-Wonder de la Maison du Festival

Remise du prix Ella-Fitzgerald sur scène à Ben Harper
Mardi 3 juillet à 19 h 30
Salle Wilfrid-Pelletier

Remise du prix Grand Prix TD sur scène à SHPIK
Mardi 3 juillet à 20 h
Monument National

Grand Évènement TD avec Jessie Reyez
Mardi 3 juillet à 21 h 30
Scène TD

Remise du prix Antonio Carlos Jobim sur scène à Zakir Hussain
Mercredi 4 juillet à 19 h
Maison Symphonique

Remise du prix Oscar Peterson sur scène à Renee Rosnes
Mercredi 4 juillet à 19 h 03
Maison Symphonique

LA SALLE DE PRESSE AU CŒUR DU FESTIVAL

Située à la Maison du Festival, au 2e étage du 305, rue Sainte-Catherine Ouest, la salle de presse du Festival ouvrira ses portes de midi à 18 h le 27 juin, et de 10 h à 23 h du 28 juin au 7 juillet. Elle est le lieu de rendez-vous des artistes, agents, représentants des maisons de disques et des médias. Toute l’équipe des communications est heureuse de vous y accueillir ! Les représentants des médias accrédités sont priés de noter qu’on peut joindre la salle de presse en composant le 514 288-5299.

SOURCE: Festival International de Jazz de Montréal (514) 288-5299

RENSEIGNEMENTS (MÉDIAS)

Greg Kitzler directeur, Relations de presse et médias sociaux — 514 288-5299, poste 3907 ;
Éliane Lévesque, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3908 ;
Maude Laberge-Boudreau, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3910 ;
Élise Casavant, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3909 ;
Alain Des Ruisseaux, attaché de presse — 514 288-5299, poste 3911 ;
Isabelle Lavigne, attachée de presse — 514 288-5299, poste 3913 ;

RENSEIGNEMENTS (PUBLIC)

Ligne Info-Jazz La Presse+ 514 871-1881 ou sans frais : 1 85JAZZFEST montrealjazzfest.com

Prix Ella-Fitzgerald décerné à Ben Harper

Montréal, lundi 2 juillet 2018 — Le Festival International de Jazz de Montréal, présenté par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto décerne le Prix Ella-Fitzgerald à Ben Harper. Le prix lui sera remis, aujourd’hui en conférence de presse animée par Nicolas Tittley à 15 h à la salle Stevie-Wonder de la maison du Festival par André Ménard vice-président et cofondateur du Festival, ainsi que demain soir, par Alain Simard, président du conseil et cofondateur du Festival sur scène à 21 h 30 lors de son concert.

Ben Harper est le 20e lauréat du Prix Ella-Fitzgerald. C’est à l’occasion de son 20e anniversaire, en 1999, que le Festival a créé ce prix pour récompenser une chanteuse ou un chanteur de jazz au talent remarquable qui a eu une influence et un impact majeurs sur la scène internationale.

ben harper

Auteur d’un style hybride teinté de blues, de folk et de rock, Ben Harper a conquis un public mondial armé de sa guitare slide — son instrument de prédilection —, sa voix remarquable et ses textes dotés d’une portée sociale pertinente. Révélé dès 1994 avec son premier opus, Welcome to the Cruel World, il a signé une quinzaine d’albums, dont Fight for your Mind et Burn to Shine, deux de ses plus grands succès. Lauréat de trois prix Grammy, il compte de nombreuses collaborations à son actif, de Radiohead à Marilyn Manson ou Charlie Musselwhite, avec lequel il a fait deux albums de blues.

Ben Harper & Charlie Musselwhite, 3 juillet, Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, 19 h 30 (série Événements spéciaux TD).

Ben Harper succède à Lizz Wright (2017), Gregory Porter (2016), Erykah Badu (2015), Diana Ross (2014), Holly Cole (2013), Liza Minnelli (2012), Sade (2011), The Manhattan Transfer (2010), John Pizzarelli (2009), Aretha Franklin (2008), Harry Connick, Jr. (2007), Etta James (2006), Al Jarreau (2005) Tony Bennett (2004), Bobby McFerrin (2003), Dianne Reeves (2002), Diana Krall (2001), Dee Dee Bridgewater (2000) et Diane Schuur (1999).

montrealjazzfest.com

Prix B.B.-King décerné à George Thorogood

Montréal, dimanche 1er juillet 2018 — Le Festival International de Jazz de Montréal, présenté par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto décerne le Prix B.B.-King à George Thorogood. Le prix lui sera remis, ce jour, par André Ménard, vice-président et cofondateur du Festival lors de la conférence animé par Nicolas Tittley qui aura lieu aujourd’hui à 15 h à la Salle Stevie-Wonder de la Maison du Festival, ainsi que sur scène ce soir à 21 h 15 lors de son concert.

 Georges T

George Thorogood est le 5e lauréat du Prix B.B.-King. C’est à l’occasion de sa 35e édition, en 2014, que le Festival a créé cette nouvelle distinction afin d’honorer le talent exceptionnel d’un artiste s’étant illustré sur la scène du blues.

Propulsé à la gloire en 1977 avec son premier album éponyme, George Thorogood affiche quelque 16 albums studio au compteur (dont six disques d’or et deux disques platine), ainsi qu’un catalogue de hits intemporels comme I Drink Alone, Move It On Over et l’authentique hymne rebelle Bad to the Bone. Mais ce sont les concerts explosifs de George Thorogood and the Destroyers qui ont forgé sa légende : des premières parties des Rolling Stones à sa propre tournée historique 50/50, en passant par ses centaines de concerts annuels, le groupe figure parmi les géants du blues rock moderne.

George Thorogood and the Destroyers, Rock Party Tour 2018. Première partie : Jordan Officer. 1er juillet, Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, 19 h 30 (série Événements spéciaux TD).

George Thorogood succède à Charlie Musselwhite (2017), Taj Mahel (2016), James Cotton (2015) et à celui qui a donné son nom au prix, B.B. King (2014).

 montrealjazzfest.com

Le Prix Miles-Davis décerné à Béla Fleck and the Flecktones

Montréal, dimanche 1er juillet 2018 — Le Festival International de Jazz de Montréal présentée par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto décerne cette année le Prix Miles-Davis à Béla Fleck and the Flecktones. Le prix leur sera remis, ce jour, par André Ménard, vice-président et cofondateur du Festival lors de la conférence animée par Nicolas Tittley qui aura lieu aujourd’hui à 14 h à la Salle Stevie-Wonder de la Maison du Festival, ainsi que sur scène ce soir à 20 h 00 lors de leur concert.

Bela Fleck


Béla Fleck and the Flecktones est le 25e lauréat du Prix Miles-Davis, créé en 1994, lors du 15e anniversaire du Festival, dans le but de rendre hommage à un artiste de jazz de renommée internationale, à son œuvre ainsi qu’à sa contribution au renouvellement du genre. Cette statuette de bronze a été créée à partir d’un autoportrait de Miles Davis, dessiné pour l’affiche du Festival de 1988.

Formé en 1988, le quatuor composé de Béla Fleck (banjo), Victor Wooten (basse), Futureman (batterie) et Howard Levy (piano, harmonica) cumule six prix Grammy, des tournées autour du monde et dix albums vendus à des millions d’exemplaires. Réputé pour son inépuisable créativité, ses concerts enflammés et son style unique agrémenté de jazz, de musique classique, de bluegrass, de musique africaine, de blues électrique ou encore de folklore est-européen, Béla Fleck and the Flecktones s’impose parmi les groupes les plus novateurs de la scène musicale mondiale, défiant les limites du jazz en marge de tous les sentiers battus.

Béla Fleck and the Flecktones. Première partie : Delvon Lamarr Organ Trio. 1er juillet, Théâtre Maisonneuve, PdA, à 20 h (série Les Grands concerts Rio Tinto).

Béla Fleck and the Flecktones succède à Jack DeJohnette (2017), Kenny Barron (2016), Al Di Meola (2015), Terence Blanchard (2014), Charles Lloyd (2013), Ron Carter (2012), Stanley Clarke (2011), Sonny Rollins (2010), Ornette Coleman (2009), McCoy Tyner (2008), Mike Stern (2007), Brad Mehldau (2006), Dave Holland (2005), Keith Jarrett (2004), Joe Zawinul (2003), Chick Corea (2002), Michael Brecker (2001), Charlie Haden (2000), Cassandra Wilson (1999), John Scofield (1998), Herbie Hancock (1997), Wayne Shorter (1996), Pat Metheny (1995) et John McLaughlin (1994).

 montrealjazzfest.com