Communiqué pour diffusion immédiate

James Cotton reçoit le Prix B.B.-King

Montréal, le samedi 27 juin 2015 — Le Festival International de Jazz de Montréal est heureux de décerner le Prix B.B.-King à James Cotton pour son extraordinaire contribution au blues. Le Prix lui sera remis par Alain Simard, président et fondateur du Festival, et André Ménard, directeur artistique et cofondateur, ce soir, lors du concert que l’artiste donnera à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, dans le cadre de la série Événements spéciaux TD.

James Cotton est le 2e lauréat du Prix B.B.-King. C’est à l’occasion de sa 35e édition, en 2014, que le Festival a créé cette nouvelle distinction afin d’honorer le talent exceptionnel d’un artiste s’étant illustré sur la scène du blues.

Un géant du blues, James Cotton a conquis les lauriers armé du plus petit des instruments à vent : l’harmonica. Avec plus de 70 ans de carrière derrière lui, celui qui s’est attiré le surnom de Superharp a bâti sa réputation sur sa présence scénique endiablée, son jeu énergique et sa voix puissante. Les deux pieds dans le blues depuis son plus jeune âge, ce natif du Mississippi n’avait pas encore 10 ans lorsque, après avoir appris en autodidacte les rudiments de son instrument fétiche, il tombait sous l’aile de celui qui sera son premier mentor : Sonny Boy Williamson. Après avoir fait ses premières armes avec celui-ci, il fréquente dès l’adolescence les scènes de Memphis, partage l’affiche avec Howlin’ Wolf, signe ses premières compositions sous Sun Records et prend la barre d’une émission de radio. Sa rencontre avec Muddy Waters, en 1954, marquera un autre tournant majeur dans sa carrière, alors que la légende lui propose de prendre la place de Junior Wells à ses côtés. Il remplira son mandat 12 ans durant, révélant au fil des tournées la pleine mesure de son talent et de sa fougue. Enfin prêt à se lancer en tant que meneur, il franchit le pas en 1966 et entame une carrière jalonnée de tournées nationales et internationales, notamment avec son fameux James Cotton Blues Band, de scènes partagées avec les Santana, Freddie King et B.B. King, d’une trentaine d’albums et de plusieurs nominations aux Grammy. En 1996, son album Deep in the Blues est consacré Meilleur disque de blues traditionnel aux Grammy Awards. Citons également parmi sa riche discographie les albums 100% Cotton (1974), High Compression (1984), Harp Attack! (1990), Mighty Long Time (1991), Fire Down Under the Hill (2000), Baby, Don’t You Tear My Clothes (2004), Giant (2010) et Cotton Mouth Man (2013). Rappelons pour la petite histoire qu’Alain Simard et André Ménard avaient présenté avant même la première édition du Festival, en mai 1980, le concert d’anthologie Living Legends of the Blues au Cepsum avec B.B. King, John Lee Hooker, Muddy Waters et James Cotton. Pour sa première escale au Festival depuis 1996, le musicien participe à une rencontre au sommet avec deux autres grands noms du blues, John Mayall et Harry Manx et son band, lors d’un programme triple à la Salle Wilfrid-Pelletier, ce soir à 19 h 30.

À titre de lauréat du Prix B.B.-King, James Cotton succède à celui qui a donné son nom au prix, B.B. King (2014).

— 30 —

Les commentaires sont fermés.