Communiqué pour diffusion immédiate

Du samedi 27 au dimanche 28 février

Nuit blanche à Montréal :
misez tout sur le rouge !

Montréal, le mardi 9 février 2016 — Un de nos plus grands plaisirs d’hiver est sans conteste la Nuit blanche à Montréal. Et pour cause ! En une seule soirée, on nous donne l’occasion inespérée de participer à plus de 200 activités pour la plupart gratuites, autant d’étoiles qui mettront le feu à cette folle nuit et illumineront la ville dans tous les sens du mot. Cette 13e édition ne fait bien sûr pas exception, ajoutant même un petit je ne sais quoi de plus avec son thème de l’année, le Rouge, qui se présentera de bien des façons à travers les multiples lieux disséminés dans 3 quartiers et 2 pôles. Comme toujours, la Nuit appartient à tous, aux petits comme aux grands, et on trouvera de quoi pour tous les goûts, tous les types, tous les plaisirs, tout en découvrant sous de nouvelles couleurs la métropole qu’on croyait si bien connaître. C’est un rendez-vous entre amis ou en famille le samedi 27 février

La Nuit blanche commence sur le site extérieur gratuit de MONTRÉAL EN LUMIÈRE

Avec tant d’activités, difficile de savoir où commencer. Le site extérieur gratuit de MEL est assurément une valeur sûre : avec ses multiples activités qui s’étendent sur la place des Festivals, l’esplanade de la Place des Arts, la promenade des Artistes et la rue Sainte-Catherine, on aurait déjà de quoi remplir toute sa nuit ! Mieux encore, la fête y règne en quasi permanence car le site ouvre dès midi, ce qui fait qu’on peut commencer sa « nuit » vraiment tôt ! Aussi, il sera tentant d’y revenir à plusieurs reprises au cours de la journée et de la soirée, aussi bien pour s’amuser que pour refaire le plein d’énergie avec les multiples Station gourmandes. Jusqu’à 3 h, on y trouvera des activités en continu — les installations interactives ARTLUX présentée par Bell (qui permet de créer des œuvres numériques projetées en direct avec de la lumière sur soi !) et L’Îlot de chaleur (la première œuvre dévoilée du futur parcours d’installations technologiques interactives Illuminart, un feu d’ampoules qui s’active grâce à la chaleur des festivaliers !), ainsi que la Tyrolienne RBC propulsée par Arbraska, la super Glissade urbaine le Lait et la Mini-glissade pour les petits, pour ne nommer qu’elles —, et bien d’autres façons de s’amuser. À 20 h, on part le bal avec une belle folie sur la scène RBC, la projection-spectacle-événement Elvis Gratton Picture Show, un show éclaté avec le plus truculent des héros de notre cinéma, la diffusion des meilleurs moments des films du King et Misteur Valaire en prestation. Et la danse battra son plein grâce aux DJ Lebaron (Aim party) (21 h) et Alexi Delano (23 h), appuyés par les créations visuelles de VJ de Normalboysandgirls ! Notons en passant que, grande nouveauté cette année, la Nuit blanche ne fermera pas le festival comme elle le fait habituellement, puisque l’horaire de cette édition de MONTRÉAL EN LUMIÈRE a été prolongé pour la semaine de relâche, ce qui fait qu’on pourra profiter du site extérieur encore plus longtemps !

La Nuit blanche au max

Pour maximiser la fête, les organisateurs de la Nuit blanche et la STM ont pensé à tout. Le métro sera ouvert toute la nuit pour l’occasion (au tarif habituel) et un service gratuit de navettes (13 navettes, 4 circuits et 58 arrêts) sera offert toutes les 10 à 15 minutes de 20 h à 3 h, reliant les activités et les quartiers Vieux-Montréal, Quartier des spectacles et Centre-ville et Plateau-Mont-Royal et Mile-End. Les pôles Parc olympique et Ligne Bleue seront quant à eux accessibles en métro et une navette joint le cinéma Beaubien à la TOHU. Fidèle au poste, CIBL 101,5 Radio-Montréal sera une fois de plus la voix de la Nuit blanche dans les navettes, nous tenant constamment informés sur ce qui se passe durant l’événement nocturne.

 Dessiner sa propre Nuit blanche…

Voici un petit aperçu de la vaste programmation qui nous attend… On peut piger parmi les 11 catégories suivantes ou encore se laisser guider par nos nouvelles suggestions de parcours thématiques (montrealenlumiere.com/ParcoursNb ou p. 9 du programme officiel).

Action

La Maison du développement durable se met au hockey ! On pourra y marquer des buts contre les changements climatiques et peut-être gagner un chandail de hockey, puis poser sur le tapis rouge au côté de symboles canadiens menacés, comme l’ours polaire, et de grands écologistes comme David Suzuki et le vrai Steven Guilbeault ! Soham Yoga, habillé de rouge et éclairé uniquement aux chandelles, offrira des cours de yoga au son de musique live, alors que le Centre sportif du Parc olympique nous invite sur son terrain de jeux flottant Wibit ou à son marathon de séances dirigées de yoga et de zumba aquatique.

Arts visuels

Parmi toutes les galeries du Belgo qui participent à la Nuit blanche, nommons ARPRIM, où la Manitobaine Suzie Smith nous convie à un atelier de sculptures de papier sérigraphié inspiré de son exposition Construction Paper. Elle nous montrera même comment faire ! Au Goethe-Institut, grâce à une installation à caractère performatif, on apprend que si les livres sont silencieux, ils offrent néanmoins un potentiel sonore grâce aux mots, aux descriptions et aux références musicales. Au Théâtre MainLine, le Festival Art Matters nous invite à sa PROM ! Dans notre tenue la plus folle, on va s’y déhancher jusqu’au bout de la nuit. Performances, installations et œuvres d’art en tout genre en prime ! L’Espace Projet étonne quant à lui avec son œuvre collective originale qui incite à réaliser l’empreinte d’une partie de notre corps et à imaginer comment les innovations génétiques et technologiques pourraient influencer l’avenir de l’humanité.

Cinéma

Sur la place des Festivals, il faut se rendre au #GIFoMATON de l’ONF ! L’expérience nous intègre dans un film d’animation, seul ou en groupe, et on peut ensuite partager notre GIF animé ! À La Passe, le collectif groop*index et evoked response s’associent pour une soirée de collaboration audiovisuelle exclusive entre cinéastes et musiciens expérimentaux montréalais. Plusieurs performances et œuvres en première mondiale. Les Rencontres internationales du documentaire de Montréal et le Centre canadien d’architecture sont ravis d’annoncer le retour tant attendu de leur YouTube Battle ! Le tournoi — 16 équipes s’affronteront armées de leurs vidéos YouTube les plus désopilantes — sera suivi d’un DJ set. NOMAD Nation offre une immersion multisensorielle au cœur de l’Afrique avec le Grand Prix Focus de sa 44e édition (Le cœur de Madame Sabali, commenté par son réalisateur Ryan McKenna) et une piste de danse noyée dans des rythmes irrésistibles d’Afrique et d’ailleurs.

Danse

À l’Espace Cercle Carré, le Laboratoire popmolle présente une expérience sensorielle et immersive où l’interaction entre la danse et les arts numériques explore les possibilités expressives de la mollesse et de l’élasticité avec le collectif Popcore. Avec Studios Vert Prana, le plaisir et la passion sont à l’honneur ! On y essaie le Hula Hoop et on se laisse tourner, rire, bouger, jusqu’à s’en étourdir de bonheur ! Le Carnaval LGBT Massimadi du O Patro Výš englobe bien des plaisirs : paillettes à profusion, gens cool et sympas, la meilleure musique dancehall, soca, samba et afro, danseurs, percussions et ambiance du tonnerre ! L’Auditoire se fait halte chaleur avec une expérience totalement brésilienne : ateliers de danse, prestations et DJ.

Expositions

Le Musée d’art contemporain de Montréal nous invite à découvrir entre autres l’exposition conçue par l’artiste Geneviève Cadieux qui met en lumière la riche Collection du MAC (Matisse, Picasso, Van Dongen, Robert Doisneau, Emily Carr…). On change de ton avec le Musée du Rock’n'Roll et sa plongée dans le Montréal alternatif des années 60 à 80, alors que le Red Light se transformait en Black Light, que la musique appelait la révolution et que le jazz cédait sa place au hardcore. La Grande Bibliothèque étonnera toujours, cette fois avec une exploration virtuelle de 10 des plus fascinantes bibliothèques du monde, conçue en partenariat avec Ex Machina et Robert Lepage, ainsi qu’avec le métier oublié de copiste, qu’on redécouvre en reproduisant à la main un extrait de La bibliothèque, la nuit d’Alberto Manguel, source d’inspiration de l’exposition du même nom. Au Musée du costume et du textile du Québec, on se fait beau en troquant notre tuque pour un élégant chapeau le temps d’une photo ! On découvre l’histoire des couvre-chefs et on déambule parmi les chics tenues qui composent l’exposition Parcours d’une élégante.

Fantaisies

On explore l’hôtel boutique Le Germain, un chocolat chaud du Laurie Raphaël à la main, à travers un parcours où musique, peinture, photographie et métiers d’arts s’installent dans les chambres. Un étage complet est même consacré aux artistes et artisans ! Le Centre de design de l’UQAM triple le plaisir de la découverte avec trois installations originales sur le thème de la démocratie, dont Le cirque des choses sérieuses, une installation circulaire dont l’objectif est d’amener le public — dans de drôles d’isoloirs ! — à se questionner quant à son implication dans la démocratie… Pendant ce temps, la TOHU présente sa 2e édition du Freak show, encore plus déjantée, et propose une incursion dans le monde excentrique des cirques et sideshows freaks d’autrefois. Le Pavillon du parc Saint-Viateur sera quant à lui le lieu de Red Light, une création lumineuse et très hétéroclite, un étrange lupanar loufoque de Karine Saint-Arnaud et du Théâtre sous la main, avec Camille Loiselle-D’Aragon, et l’ouverture officielle du OUF ! Festival Off Casteliers, où on tentera d’établir le nouveau record mondial du plus grand rassemblement de marionnettistes en patins ! Également, de courtes formes en marionnette, le groupe Monogamy et animation sur la patinoire.

Jeux

Plusieurs organismes présentent des soirées de jeux à travers la ville, en collaboration avec Montréal joue. Ils nous convient à un parcours ludique (jeux de société, jeux-questionnaires, jeux d’évasion, jeux vidéo…) d’un bout à l’autre de la ville, notamment chez Le Colonel Moutarde, la Bibliothèque Marc-Favreau, le Centre Pierre-Charbonneau, Nexus SmartBar

Lumière

Au Pavillon de chimie Otto Maass de l’Université McGill, on parle de lumière… littéralement : on apprend tout sur la relation entre la lumière, la chimie et la couleur à travers une série de manifestations scientifiques. Avec Map ta nuit en 3D !, on joue avec toutes les dimensions au Laïka, entre projections architecturales 3D créées par TiND et Ex-Nihilo et musique électronique vibrante d’Ohm Hourani et ses invités.

Mots

Férus de jazz, cette activité de la Médiathèque jazz/La Presse+ de la Maison du Festival est un must ! Le cofondateur et directeur artistique du Festival International de Jazz de Montréal André Ménard nous raconte 4 décennies vécues au cœur de toutes les musiques. Les anecdotes de cette encyclopédie musicale vivante et redoutable conteur nous feront revivre les moments forts du Festival et nous mèneront au-delà du jazz. À l’Usine C, les mots se mêlent aux chiffres avec la compagnie À DEUX : 48 h avant le spectacle, 10 artistes de la scène reçoivent une contrainte de création choisie par le public puis créent une performance de 10 minutes avec l’aide de 25 acteurs… Le bar de La Licorne se fait plus rigolo avec Mes premiers mots, une lecture des « textes de jeunesse » — lettres d’amour, poèmes, correspondance, cartes postales, articles de journal étudiant… — de plusieurs artistes et amis du théâtre.

Musique

Pour notre plus grand bonheur, le Club Soda récidive avec sa 7e édition de Karnival, LE party incontournable de la Nuit blanche où la diversité montréalaise est mise en valeur. Avec les DJ Kobal, Kyou et Poirier et une troupe de danse endiablée. Le Musée McCord se fait aussi musical en offrant une visite à la cadence de trames musicales conçues par des artistes émergents et liées aux thématiques des expositions. Même le métro s’y met à la station Berri-UQAM, avec Les Étoiles du métro Brass Plus One, Flash-Back, Eclectic Django et Gypsy Vadrouille. On préfère les partys pyjama ? C’est à la Maison des Jeunesses Musicales Canada que ça se passe, pour les 3 à 12 ans, avec une veillée animée tout en musique, jeux rythmiques, percussions corporelles, danses traditionnelles, modernes, futuristes et débridées et même grignotines et rafraîchissements ! Les fans de comédies musicales se tourneront plutôt vers le Centre Segal des arts de la scène et son Broadway Café animé par Noelle Hannibal, où amateurs et professionnels chanteront leurs airs de Broadway préférés. Finalement, à L’Astral, une soirée hip-hop pour souligner le 10e anniversaire de la mort du producteur légendaire Jay Dilla. Les DJ Doc Mad, Toast Dawg, Sev Dee, DJ Manzo et DJ Ephiks accueillent les MC de Detroit Illa J et Frank Knitty Aka The Yancey Boys.

Rires

Au Théâtre Sainte-Catherine, on sera plutôt en mode impro avec la Nuit des 100 Improvisateurs, alors qu’animateurs et improvisateurs changeront de rôle au cours de la soirée et joueront à différents jeux d’impro toujours nouveaux et amusants. L’occasion de rire en prenant un verre ! Les éclats de rire éclateront également au Gesù lors de la soirée La nuit, on rit ! animée par Simon Delisle, en compagnie d’une vingtaine de talentueux diplômés de l’École nationale de l’humour. Finalement, La Rocambolesque à l’Union Française propose plusieurs façons d’apprécier l’improvisation théâtrale, que ce soit sous forme de matchs, de prestations humoristiques ou de jeux interactifs. De plus, cette année, les costumes et accessoires sont à l’honneur !

Art Souterrain

Cette année, Art Souterrain propose quelque 70 projets d’art contemporain dispersés sur un circuit de 13 édifices du Montréal intérieur et souterrain. Une foule de médiateurs seront présents pour guider les festivaliers et offrir un autre regard sur les créations. Pour bien préparer sa visite de cette édition qui a pour thème L’art doit-il séduire ?, on peut télécharger l’audioguide à artsouterrain.com.

Tout savoir sur MONTRÉAL EN LUMIÈRE

Ceci n’est qu’un bref aperçu des activités de la 13e Nuit blanche à Montréal. On trouvera tous les renseignements dans la publication gratuite offerte sur le site du festival et dans tous les lieux d’activités.

Info-Lumière La Presse+ 514 288-9955 ou, sans frais, au 1 85LUMIERES ; montrealenlumiere.com.

Pour la Nuit blanche, des kiosques d’information nous attendent sur le site extérieur de MONTRÉAL EN LUMIÈRE, à La Vitrine (au 2-22) et à la sortie de la station de métro Mont-Royal.

On retrouvera aussi la programmation complète de la Nuit blanche à Montréal sur l’application mobile gratuite pour iPhone et Android. Les festivaliers y dénicheront l’horaire complet, incluant les lieux, la catégorie et la description. Ils pourront trouver les activités les plus proches d’eux grâce aux fonctions radar et réalité augmentée, localiser toutes les activités à l’aide de cartes dynamiques et bâtir leur propre itinéraire Nuit blanche. Aussi, grâce à l’onglet multimédia, il sera facile de partager les photos et vidéos de ses coups de cœur. L’application servira également de lien pour suivre et partager toute l’activité de la Nuit blanche sur Facebook, Twitter et Instagram.

La modération : le plaisir sans les inconvénients

Si la Nuit blanche est aussi appréciée de tant de Montréalais et de touristes, c’est bien sûr en raison de sa folle programmation, mais également de son ambiance festive et sécuritaire. Pour que le plaisir reste justement plaisir, nous tenons à rappeler qu’il est interdit d’apporter de l’alcool sur le site extérieur de l’événement — y compris tous les circuits et tous les quartiers où ont lieu les activités —, comme c’est le cas sur tout le territoire de la ville de Montréal.

La 17e édition de MONTRÉAL EN LUMIÈRE aura lieu du jeudi 18 février au samedi 5 mars.

— 30 —

Les commentaires sont fermés.