Communiqué pour diffusion immédiate

La comédie musicale Demain matin, Montréal m’attend renaît sur la scène du TNM

29e édition des FrancoFolies de Montréal

Montréal, le mardi 22 novembre 2016 — Après le très acclamé Chant de Sainte Carmen de la Main, les FrancoFolies de Montréal en collaboration avec le Théâtre du Nouveau Monde et Spectra Musique sont heureuses d’annoncer la re-création de la mythique comédie musicale de Michel Tremblay et François Dompierre dans le cadre de la 29e édition du festival, qui aura lieu du 8 au 18 juin 2017. Sous la direction de René Richard Cyr, dont la réputation en matière de théâtre chanté n’est plus à faire, Demain matin, Montréal m’attend réunira notamment au sein de sa magnifique et inspirante distribution Hélène Bourgeois Leclerc, Laurent Paquin, Kathleen Fortin, Benoît McGinnis et, pour la première fois sur scène, Marie-Andrée Lemieux. Six représentations sont d’ores et déjà prévues au programme, du 13 au 16 juin à 20 h et le 17 juin à 15 h et 20 h, avant d’ouvrir avec éclat, en septembre, la saison 2017-2018 du TNM. Les billets pour les représentations aux FrancoFolies seront mis en vente dès aujourd’hui à midi. 

À l’été 1970, au Jardin des Étoiles de Terre des Hommes, est créée la comédie musicale Demain matin, Montréal m’attend. Ce spectacle signé Michel Tremblay et François Dompierre connaît sa version définitive en mars 1972 au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. En 1995, Denise Filiatrault, qui incarnait Lola Lee à la naissance de cette œuvre, offre une nouvelle mise en scène. Et voilà que 45 ans après la création, alors que la métropole s’apprête à fêter son 375e anniversaire et l’Expo 67, son 50e anniversaire, les mots de Michel Tremblay et la musique de François Dompierre renaissent afin de célébrer le Montréal des années 60 : une époque où la vie de cabaret battait son plein, où une culture s’affranchissait, se décomplexant de sa langue, délaissant les exotismes sud-américains et assumant avec panache et sans-gêne son métissage issu de France et d’Amérique.

Durant deux heures, ce spectacle haut en couleur nous invite à suivre Louise Tétrault, une jeune serveuse qui quitte son village de Saint-Martin afin de venir faire carrière dans le merveilleux monde du show-business montréalais. L’y attend une faune bigarrée, folle et avide, dont sa sœur Rita Tétrault alias Lola Lee, vedette de revue, Édouard alias la Duchesse, tonitruant travesti, Betty Bird, tenancière de bordel d’un Red Light bientôt disparu et Marcel-Gérard, journaliste potineux peroxydé.

Pour René Richard Cyr, metteur en scène aguerri à l’œuvre de Tremblay — on se souviendra entre autres de son extraordinaire adaptation des Belles-SœursDemain matin, Montréal m’attend se veut un « hommage critique d’une Montréal dissolue où la fête battait son plein et où tous les coups bas étaient permis. L’œuvre résonne encore alors que la jeune Louise se bat pour se faire une place au soleil et pour se rendre jusqu’au sommet, faisant dégringoler au passage les piliers du passé, annonçant un autre demain matin où Montréal et l’Amérique virent à l’envers. »

©Hugo-Sébastien Aubert

Michel Tremblay — texte

Le Québec ne serait pas ce qu’il est sans Michel Tremblay. Figure clé de notre littérature, Tremblay est sans conteste notre grand « classique » de la scène. En décodant comme il l’a fait la dysfonction de familles et la psyché de laissés-pour-compte représentatifs de la population québécoise, Tremblay a amené toute notre société à se mettre à table, à jauger la grandeur du rêve comme ses limites et ses ratés. Son œuvre nous a ouvert à des couches de réalité longtemps enfouies dans notre culture. Tremblay a introduit dans l’espace public des mots confinés jusque-là à la sphère intime ; il a contribué à défaire des préjugés, à lever quelques tabous. Son œuvre totalise vingt-huit textes dramaturgiques, trois comédies musicales, une trentaine de recueils de nouvelles et de romans dont, tout récemment, Conversation avec un enfant curieux, un recueil de contes, sept scénarios de film, vingt-trois traductions et adaptations de textes étrangers, un livret d’opéra et les paroles d’une douzaine de chansons. Traduite en une trentaine de langues, son œuvre n’a pas fini de remuer les consciences d’ici et d’ailleurs.

©Paul Laramée

François Dompierre – musique originale 

À la vue de son œuvre et de sa carrière, le terme de virtuose ne semble pas usurpé pour qualifier François Dompierre. Grand maître de la musique au service de l’image, il a signé la musique de plus d’une cinquantaine de films et presque autant pour la télévision ou la publicité. De plus, ses centaines de chansons et ses disques à succès régulièrement couronnés par de nombreux prix témoignent de toute son importance dans le monde musical québécois, mais aussi international. Compositeur de tous les styles, il ne s’impose aucun carcan en passant du classique à la pop ou le jazz et parfois même en les mélangeant entre eux pour un rendu unique. 

©Jean-François Gratton

René Richard Cyr — adaptation et mise en scène

La carrière de René Richard Cyr embrasse presque toutes les facettes des arts de la scène. Metteur en scène, auteur, réalisateur, animateur, il est d’abord comédien, formé à l’École nationale de théâtre. Très tôt, il se consacre à la mise en scène. Entre 1990 et 2007, il signe la mise en scène d’une soixantaine de productions théâtrales et nombreuses sont celles qui récoltent des prix. L’éclectisme de son talent lui a permis d’aborder aussi bien le théâtre classique que le théâtre québécois en passant par l’opéra, le cirque, les variétés et le théâtre musical, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde. Après avoir créé cet automne le spectacle musical Les Trois Mousquetaires à Paris avec Dominic Champagne, il est de retour à Montréal pour diriger Benoît McGinnis dans Caligula et Demain matin, Montréal m’attend. 

Sylvain Émard — chorégraphies

©Cindy Boyce

Artiste prolifique de notoriété internationale, Sylvain Émard crée sa compagnie, Sylvain Émard Danse, en 1990. Son style unique ne tarde pas à s’affirmer. D’une théâtralité marquée à ses débuts, son travail s’oriente rapidement vers une danse plus formelle. Depuis Ozone, Ozone (1987), sa première œuvre solo, jusqu’à sa plus récente pièce, Ce n’est pas la fin du monde (2013), Sylvain Émard explore le territoire de la nature humaine à travers la puissance du corps. Aujourd’hui, son répertoire compte une trentaine d’œuvres originales dont la résonance s’étend bien au-delà des frontières québécoises. Reconnu pour le raffinement et la précision de sa gestuelle, Sylvain Émard en surprend plus d’un en créant Le Grand Continental au Festival TransAmériques, en 2009. Depuis, ce spectacle unique inspiré de la danse en ligne a fait bouger près de 2000 danseurs amateurs locaux à travers le Canada, les États-Unis, le Mexique, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande, attirant ainsi pas loin de 85 000 spectateurs.

©Julie Perreault

Hélène Bourgeois Leclerc dans le rôle de Lola Lee

Après avoir terminé ses études en interprétation au Collège Lionel-Groulx, Hélène Bourgeois Leclerc n’a pas cessé de charmer les spectateurs en prenant part à une multitude de productions théâtrales, cinématographiques et télévisuelles. C’est justement au petit écran qu’elle se fait connaître du grand public en jouant, entre autres, dans des séries à succès comme Les Bougon, c’est aussi ça la vie, District 31 et les Bye Bye, où on a découvert ses talents de chanteuse. Elle brille aussi au théâtre notamment dans La Vénus au vison, mise en scène par Michel Poirier. Elle est remarquable au cinéma dans Aurore, film pour lequel elle fut sélectionnée Meilleure actrice aux Jutra. Artiste aux multiples talents, elle interprétera une pétulante Lola Lee ! 

©Gabrielle Robert

Laurent Paquin dans le rôle de la Duchesse 

Reconnu très tôt après sa sortie de l’École nationale de l’humour, Laurent Paquin a remporté le Prix Révélation du Festival Juste pour rire. Véritable performeur de la scène ayant maintes cordes à son arc, l’homme qui anime les cérémonies comme nul autre et qui brille dans tous ses one man shows revient au théâtre musical. Le comédien n’en est pas à sa première comédie musicale et a participé au succès international Chicago, à Paris. Il est possible d’observer son talent de chanteur à travers ses différents projets. Pour Demain matin, Montréal m’attend, il interprétera le coloré personnage de La Duchesse : un rôle complexe que son talent saura visiter et auquel il rêve depuis de nombreuses années.

©Patrick Jougla

Kathleen Fortin dans le rôle de Betty Bird

La comédienne Kathleen Fortin possède une feuille de route impressionnante. On a pu la voir régulièrement à la télé et sur grand écran, mais sa première passion demeure celle des planches : depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre, en 1997, elle a interprété des rôles dans plus d’une vingtaine de pièces (Ionesco, Tchekhov, Shakespeare, Meunier) et a chanté dans des comédies musicales à succès, dont Belles-Sœurs, adaptée du roman de Michel Tremblay et mise en scène par René Richard Cyr. Pour son rôle de Madame Peachum dans L’Opéra de Quat’sous, mis en scène par Brigitte Haentjens en 2012, elle a été finaliste pour le Prix de la Critique dans la catégorie Interprétation féminine.  

©Marc-Antoine Zouéki

Benoît McGinnis dans le rôle de Marcel-Gérard

Après avoir reçu son diplôme de l’École nationale de théâtre (2001), Benoît McGinnis s’est rapidement taillé une place dans le milieu artistique, démontrant son immense talent à la télévision (Les hauts et les bas de Sophie Paquin, 30 Vies), au cinéma (Délivrez-moi, Route 132, Les Amours imaginaires) et au théâtre, entre autres, dans Les Trois Mousquetaires, Roméo et Juliette, Le roi se meurt et Being at home with Claude sur la scène du TNM. Il a reçu de nombreux prix, dont le Prix Gascon-Roux pour son interprétation de Hamlet et le prix du public étudiant pour la meilleure interprétation masculine dans Britannicus au Théâtre Denise-Pelletier. Il a été de la distribution du Vrai Monde et du Chant de Sainte Carmen de la Main, et c’est avec enthousiasme qu’il retrouve René Richard Cyr et l’univers de Michel Tremblay. 

©Maxime Côté

Marie-Andrée Lemieux dans le rôle de Louise Tétrault

Après des études en théâtre musical de l’Option-Théâtre du cégep Lionel-Groulx, suivies de trois années à l’École nationale de théâtre (promotion 2016), Marie-Andrée Lemieux est une jeune comédienne prometteuse, dont le talent s’étend également au chant, à la danse et à la musique. Faisant ses premiers pas sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde dans Demain matin, Montréal m’attend, elle incarne la fougueuse Louise Tétrault. Sa solide formation en chant la prédestine à déployer son talent dans plusieurs productions de théâtre musical au Québec. 

Texte Michel Tremblay / Musique François Dompierre / Adaptation et mise en scène René Richard Cyr / Chorégraphies Sylvain Émard / Arrangement et direction musicale Chris Barillaro / Assistance à la mise en scène Lou Arteau

Distribution : Geneviève Alarie, Hélène Bourgeois Leclerc, Kathleen Fortin, Michelle Labonté, Christian Laporte, Marie-Andrée Lemieux, Benoît McGinnis, Laurent Paquin / Le chœur : Bryan Audet, Guillaume Borys, Jade Bruneau, Marie-Pierre de Brenne, José Dufour, Myriam Fournier, Gabriel Lemire, Catherine St-Laurent / Et les musiciens : Chris Barillaro, Paul Carter, Peter Colantonio, Mario Hébert et François Marion

Décor Jean Bard / Costumes Judy Jonker / Éclairages Erwann Bernard / Conception vidéo Normal Studio — Félix Fradet-Faguy / Maquillages Angelo Barsetti

Production Spectra Musique / Production déléguée et direction artistique Théâtre du Nouveau Monde

 

Billets des représentations aux FrancoFolies
du 13 au 17 juin
en vente dès aujourd’hui à midi

  • Théâtre du Nouveau Monde, 84, rue Sainte-Catherine Ouest, 514 866-8668 — tnm.qc.ca

demainmatin.ca                        francofolies.com

La 29e édition des FrancoFolies de Montréal aura lieu du 8 au 18 juin 2017

— 30 —