Communiqué pour diffusion immédiate

Un festival magnifique qui réveille la métropole !

Bilan de la 14e édition de MONTRÉAL EN LUMIÈRE

Montréal, le lundi 4 mars 2013 — C’est les yeux encore pleins d’étoiles que nous disons adieu à cette 14e édition de MONTRÉAL EN LUMIÈRE, présentée par RBC. Le plaisir s’est conjugué à tous les modes, s’est éclaté dans toutes les directions. On ressent encore la chaleur de notre grande ville à l’honneur, Buenos Aires, et l’enthousiasme des Montréalais et des visiteurs résonne encore, les émotions à fleur de peau.

Par où commencer ? MONTRÉAL EN LUMIÈRE, c’est tellement d’activités qu’on ne sait parfois plus où donner de la tête. Qui osera encore parler de l’hiver comme d’une saison morte ? Même février s’est considérablement adouci juste pour l’occasion, on a souvent été épaté par la météo bienveillante, souvent chatouillé par une neige fine. Même si parfois la pluie et la gadoue s’en sont mêlées, à part un mercredi de tempête, des milliers de festivaliers ont arpenté avec une belle vitalité le Quartier des spectacles, traînant cette année leur plaisir jusqu’au Parterre, en passant par la promenade des Artistes, de nouveaux secteurs qui se sont greffés au site extérieur gratuit. Les spectacles en salle ont conjugué qualité et achalandage — pensons aux salles combles des Diana Krall, -M- ou Escalandrum, bien sûr, mais aussi à celles de nos talents locaux comme Karim Ouellet, Pierre Lapointe et Bernard Adamus — et les Bonnes Tables ont une fois de plus affiché complet à maintes reprises. La Nuit blanche s’est découvert des centaines de milliers d’amis venus célébrer son 10e anniversaire et leur a permis plus que jamais de faire un pied de nez à l’hiver et transfigurer notre ville la nuit.

Cette foule nocturne record à fait bondir les ventes sur le site pour la Nuit blanche de 38 % par rapport à l’an dernier, compensant les faibles revenus du soir de tempête. Rappelons que la Nuit blanche ne reçoit que très peu en fonds public avec seulement 2 % de son budget. Les organisateurs espèrent que les bailleurs de fonds en feront une priorité pour lui accorder enfin un financement à la hauteur de son importance — rappelons que c’est l’événement qui attire le plus de gens en une seule journée de toute l’année à Montréal ! —, à la suite du succès de son 10anniversaire et compte tenu de la gratuité de la majorité de ses activités, comme son système de navettes publique. Avec les 59 % d’augmentation de billetterie de cette édition, les organisateurs de MONTRÉAL EN LUMIÈRE prévoient respecter le budget fixé par le conseil d’administration, composé de membres issus des milieux touristique, économique et culturel montréalais et présidé par Michel Archambault.

MONTRÉAL TOUT EN LUMIÈRE

Avouons-le, le Quartier des spectacles a brillé comme jamais avec un esprit festivalier qu’on ne lui connaissait que l’été ! Saluons une fois de plus le magnifique travail de Marc Tétreault et Jean Laurin, à l’origine de cet éclairage architectural évolutif qui était encore plus beau cette année ! On aura aussi été choyés au rayon des nouveautés : entre autres par les créations des festivaliers avec Lift — Ballons interactifs sur le Dôme RBC et Totems exquis sur le pavillon Président-Kennedy de l’UQAM — tous deux présentés par Casino de Montréal — ; le cinéma 360º dans une sphère géante avec BLOOP, l’eau dans tous ses états, une création de TURBINE présentée par RBC ; la spectaculaire mégaprojection de GEODEZIK présentée par Bell, Abécédaire au carré, sur la Maison du Festival Rio Tinto Alcan ; et juste en face de cette dernière, la Zone Bell avec notamment ses jeux de laser interactifs et son exposition consacrée à Buenos Aires. En voie de devenir aussi classique que le Lait, la Place de la famille a comblé tout le monde : avec sa super glissade urbaine — impossible de la manquer ! —, mais aussi avec ses Jeux réconfortants géants et son Studio photo. Et la Grande roue Air France n’a pas dérougi de tout le festival ! Finalement, Financière Sun Life nous aura aussi bien gâtés avec son Espace chaleureux et animé, ses braseros où on pouvait se faire prendre en photo, ainsi qu’avec un grand événement des plus sympathique avec la Grande photo de famille Financière Sun Life, alors qu’on immortalisait une foule immense clamant son amour du festival en brandissant feux de Bengale et sourires lumineux.

Aussi, chapeau bas aux artistes qui ont donné diverses prestations gratuites en plein extérieur hivernal, sur la scène RBC : tout d’abord en après-midi de fins de semaine, les petits se sont bien amusés grâce aux Petites Tounes et à la comtesse d’Harmonia (Joe Bocan à la ville) ; à la tombée du jour, les démonstrations et ateliers de tango de l’école Las Piernas Tango ont séduit les amateurs de danse ; en soirée, les grands spectacles gratuits avec le dynamique Dumas en ouverture de festival, Pascale Picard Band, Boogat, Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs — dont le « folklore extrême » a semblé endiabler même la neige, prise dans une danse folle —, Plaster, Qualité Motel et, en clôture de festival et pour lancer la Nuit blanche, David Usher, qui a triomphé devant une foule record pour MONTRÉAL EN LUMIÈRE. Pour ajouter à l’ambiance, VJ Cafrine et VJ Yanneek ont souligné ces prestations avec des projections de leur cru. On a ensuite poursuivi la fête avec les rythmes les plus variés des DJ/VJ BellRoux Soundsystem, Black Tiger Sex Machine, Random Recipe DJ Set, Pablo Guadalupe, DJ Angelo, Sagewondah et LEBARON — et les images de VJ Video Girl, VJ Brille Brille et VJ Ma’’ projetées sur le Dôme RBC.

Les Escales gourmandes sur le site extérieur auront cette année encore connu un succès fou, avec un choix augmenté, notamment avec le nouveau trio de dômes du Bistro SAQ. Une des grandes stars aura sans conteste été le kiosque de L’Atelier d’Argentine, devant lequel une file perpétuelle de gourmands témoignait de la qualité des sandwichs chauds et empanadas qu’on y servait. Autre originalité (qui a vite affiché complet), la soirée spéciale de dégustation du Bistro SAQ, une déclinaison de canard qui a permis aux convives de s’offrir un véritable repas gastronomique sur le site extérieur… à un rapport qualité-prix imbattable ! Philadelphie, notre ville américaine vedette, aura aussi été de l’aventure avec les sandwichs Philly cheesesteak du Petit Balmo et les bretzels géants qu’on retrouvait partout sur le site. Même les producteurs québécois se sont invités au festival par le biais de la Sphère Provigo. Cette édition a de toute évidence encore confirmé que la fusion des diverses programmations de MONTRÉAL EN LUMIÈRE est grandement appréciée des visiteurs, ajoutant considérablement à leur expérience festivalière.

MONTRÉAL EN GASTRONOMIE

Puisqu’on parle bonne chère — on ne s’en lasse jamais ! —, revenons, papilles émues, sur les mille saveurs qu’offrait la programmation gastronomique de cette édition du « plus important festival gastronomique en Amérique du Nord », comme l’affirmait le Toronto Star. On aura bien sûr eu le plaisir de découvrir celles de Buenos Aires, avec une vingtaine de ses meilleurs chefs qui ont remporté un vif succès auprès des invités des Bonnes Tables qui les recevaient, et qui ont adoré leur expérience avec leurs collègues québécois. Et, malgré l’imbroglio, nous sommes heureux d’avoir invité le chef Francis Mallmann qui, appuyé par le chef Jérôme Ferrer et sa brigade du prestigieux restaurant Europea, nous a offert deux soirées de délices qui ont comblé tous ceux qui ont eu la chance d’y être. Finalement, le chef portègne Darío Gualtieri a aussi fait l’unanimité avec le Repas convivial de Buenos Aires, qu’il a orchestré de main de maître.

Une fois de plus, MONTRÉAL EN LUMIÈRE a permis aux Montréalais de voyager et de goûter les mets de certains des meilleurs chefs du monde à prix avantageux. Et n’ayons pas peur de rappeler que les gourmets montréalais sont les premiers à bénéficier de ces visites prestigieuses, car ces chefs — 400 chefs en 14 ans ! —, viennent partager leur expérience et leur passion avec nos propres chefs. Du coup, nos toques ont droit à de véritables « classes de maître à domicile » qui imprègnent et bonifient leur menu de leurs nouvelles connaissances ; par le fait même, ils exercent également une influence marquante sur le niveau de la cuisine montréalaise en plus de faire davantage rayonner Montréal comme ville gastronomique et touristique. Au passage, soulignons que les chefs portègnes ont eux aussi déclaré être impressionnés par leurs confrères québécois et qu’ils repartaient avec un plein de connaissances dans leurs bagages ! Finalement, félicitons les chefs de plusieurs Bonnes Tables qui, même s’ils ne reçoivent pas de chefs invités, prennent un véritable plaisir à jouer avec la thématique, qui adaptant sa cuisine aux saveurs argentines, qui proposant une visite ludique de Philadelphie par le goût, etc.

Au marché Jean-Talon c’est dans les saveurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean qu’on s’est plongé, découvrant les merveilles de cette belle région québécoise par le biais des produits d’une douzaine de producteurs, d’ateliers, et de démonstrations — une foule tout le week-end ! Toujours enclin à la fusion des genres, le festival a aussi présenté en grande première nord-américaine au Cinéma Impérial le long métrage Les saveurs du palais, en collaboration avec Métropole Films, en présence de la comédienne Catherine Frot et de la chef Danièle Delpeuch, ex-cuisinière privée de François Mitterand, dont le parcours est à l’origine du film. Finalement, la désormais classique Soirée découverte chefs et fromages d’ici, présentée au Fairmont Le Reine Elizabeth, a encore fait bien des heureux : 400 convives ont non seulement eu le plaisir de savourer les 12 créations de 4 chefs inspirés par les fromages d’ici, mais ont également jugé l’aimable compétition. C’est le chef Marc-Olivier Eloy, du restaurant Au Petit Extra, qui a été couronné et récompensé par un prix de 5000 $. Autre événement très attendu, le retour de la Fête des fromages d’ici, dont on s’était ennuyé l’an dernier en raison de rénovations au complexe Desjardins : le succès ne s’est une fois de plus pas démenti — certains fromagers ont même dû fermer plus tôt parce qu’ils avaient écoulé tous leurs produits ! —, accueillant des milliers de visiteurs venus déguster et acheter certains des meilleurs fromages du Québec.


MONTRÉAL EN SPECTACLE

En 14 ans, la programmation artistique du festival a pris une telle ampleur — une profusion de premières, plusieurs spectacles à guichets fermés, augmentation de billetterie, etc. — qu’elle pourrait à elle seule être considérée comme un festival en soi ! Plus accessible que jamais, elle a néanmoins su conserver son éclectisme et rejoint toujours plus de publics. Elle est devenue un véritable phare de notre vie culturelle pendant l’hiver montréalais. Cette année, ce rendez-vous incontournable de notre scène a encore connu une belle diversité. D’abord, chapeau à Buenos Aires ! Son tango-signature nous aura étonnés avec ses figures inattendues, tantôt en mise en scène circassienne avec La Pista Tango — notre spectacle d’ouverture — et Le Cabaret Pista Tango, tantôt entrelacé de jazz avec la musique du groupe Escalandrum avec à sa tête notre coprésident d’honneur, Daniel Piazzolla (petit-fils du maître Astor). Son homologue québécois, le génial pianiste Alain Lefèvre, a quant à lui connu un triomphe avec un très rare récital de ses compositions, pour la première fois à la Maison symphonique. Parmi les multiples autres prestations de cet incomparable patchwork artistique, nommons Diana Krall (qui a donné un concert de 2 heures malgré un rhume et qui a créé elle-même sa mise en scène, son décor et le contenu de ses magnifiques projections de films d’archives du cinéma muet !), les multiples premières, dont celle fort réussie de Catherine Durand, les Badbadnotgood, Bénabar, The Zombies (l’événement de l’année, selon plusieurs), l’Orchestre Métropolitain, Doba, Emilie-Claire Barlow, Moran, Marius et Fanny, Daniel Lavoie, Orelsan et Koriass, les musiciens de l’OSM, le Festival Mondial du Cirque de Demain, Luc De Larochellière et Andrea Lindsay, The Planet Smashers, Marie-Josée Lord, Eric Bibb avec Habib Koité, Dany Placard

NUIT BLANCHE À MONTRÉAL PRÉSENTÉE PAR HYDRO-QUÉBEC : 10 FOIS BRAVO !

Aussi bien icône de MONTRÉAL EN LUMIÈRE que de Montréal tout court, la Nuit blanche à Montréal présentée par Hydro-Québec a le chic pour allumer la ville et nous plonger dans la fête la plus originale qui soit. Pour sa 10e édition, elle nous a offert plus d’activités que jamais — plus de 185, pour la plupart gratuites — et bien du plaisir jusqu’au petit matin. Plusieurs partenaires se sont d’ailleurs amusés à prendre le nombre 10 comme thématique, donnant une touche bien particulière à cette édition anniversaire. Embrassant toujours 3 quartiers et un pôle (reliés par un service gratuit de navettes et le métro ouvert toute la nuit grâce à la collaboration de la STM), la Nuit magique a cette année ajouté à son étreinte — et à son QG qu’est le site extérieur du festival — la promenade des Artistes et le Parterre. Sur la promenade, on a découvert une magnifique exposition de photos consacrée aux 10 ans de cette folie nocturne, alors que sur le Parterre s’étalait une superbe Pluie de lumière présentée par le Casino de Montréal, une oeuvre immersive de 10 000 lumières DEL, que les festivaliers pouvaient ensuite cueillir et semer comme bon leur semblait. Au rayon des activités marquantes qui ont provoqué bonne humeur et euphorie parmi les visiteurs d’ici et de partout (Toronto, Boston, Saguenay…), soulignons l’ensemble d’Art Souterrain, toujours unique, intéressant et véritable aimant à foule qui met en évidence le Montréal souterrain, une des particularités de Montréal ; le Belgo, 5 étages pleins à craquer ; la cohue à la Place des Arts ; et bien sûr l’achalandage monstre dans le Quartier des spectacles. Bref, on a joyeusement fêté la Nuit blanche et célébré l’inventivité et le sens de la fête et de la participation des Montréalais !

MONTRÉAL EN LUMIÈRE : UN AVENIR LUMINEUX !

En résumé, il semble que le nom de MONTRÉAL EN LUMIÈRE est plus légitime que jamais. La lumière aura été reine sur son site extérieur, bien sûr, mais il est aussi incontestable que, par la qualité et la diversité de sa multiprogrammation, l’événement attire la lumière et les regards nationaux et internationaux sur la métropole. Sur la ville elle-même, mais aussi sur ses créateurs, ses talents, ses artistes et ses artisans, puisque MONTRÉAL EN LUMIÈRE, particulièrement en collaborant de plus en plus avec différents partenaires multimédias et technologiques (gsmprjct°, GEODEZIK, TURBINE…) pour offrir une programmation encore plus spectaculaire, devient de plus en plus un laboratoire et une vitrine pour la créativité montréalaise. Et en visant également une parfaite osmose entre les arts de la table, la scène et les activités extérieures — et par le fait même entre différents talents —, notre événement est un catalyseur génial pour notre création, notre culture, notre identité. MONTRÉAL EN LUMIÈRE rejoint sans conteste les plus grands festivals de la planète.

Attendez maintenant de voir ce qu’on vous réserve pour la prochaine édition, la 15e ! Tout comme nous avons complètement transformé le site extérieur du festival, nous travaillons depuis un moment déjà à redéfinir notre programmation gastronomique et viticole pour diversifier l’offre et la bonifier encore plus, pour que le plaisir qu’en retirent chefs d’ici et d’ailleurs et public en soit décuplé. Remercions d’ailleurs au passage le Comité consultatif présidé par M. Jean-Pierre Curtat, chef exécutif au Casino de Montréal et membre du conseil d’administration de MEL, qui, depuis sa création l’an dernier, planche très fort sur la question. Ce même comité, sur lequel siègent notamment des chefs des Bonnes Tables, a mené l’été dernier un sondage exhaustif auprès des restaurateurs participant aux 50 Bonnes Tables du festival ; une quarantaine de participants de l’édition 2012 ont répondu au sondage et ont unanimement coché « excellent » en ce qui a trait à qualité des services et de l’organisation ! Pourtant, plutôt que nous asseoir sur nos lauriers, nous faisons tout en notre pouvoir pour faire de notre programmation d’envergure déjà fort estimée un événement gastronomique et vinicole incontournable sur l’échiquier international.

MONTRÉAL EN LUMIÈRE dans les médias

En plus d’une couverture locale exceptionnelle, on compte plus d’une soixantaine de médias étrangers : États‑Unis (GQ, Bon Appetit Magazine, Chicago Tribune, USA Today, CNN.com, Fox News, The Huffington Post, Petergreenberg.com, Downbeat, Cooking with Paula Deen, Victoria, Taste of the South, Southern Lady, TeaTime, Louisiana Cookin’, Phyllis Hoffman Celebrate, The Cottage Journal, AAA Publications, Examiner.com, Santé Magazine, The Daily Meal, Fodors.com, Senior Voice of America, Blackatlas.com, American Way, PBS Mountain Lake, Northeast Flavor, Press Republican, Find and Go Seek, FamilyVacationCritic.com, Chicago Parent, EpicuriousTravelers.com, Vesper Magazine), Canada (Toronto Star, Toronto Sun, Fresh Juice Magazine, National Post, enRoute, Reader’s Digest, Ottawa Citizen, Via Destinations, Dreamscapes, Good Times, CanadianLiving.com, Here Magazine, Get Out There Magazine), Argentine (Clarín, Planeta Joy, TN Todo Noticias, Canal Metro), Mexique (Excélsior, La Reforma, Club Premier, Diario Imagen, Autosmaestilo, Masaryk.tv), France (Le Monde, La Croix, TV5 Monde, SPM – France 1ere, Europa Latina, Rock N Fool), Chine (Aeris Magazine, Xinhua), Australie (Fairfax, Sun Herald), Italie (Corriere della Sera), Royaume-Uni (Monocle), Pérou (Orbita Popular).

Pour une 2e année — et notre plus grand plaisir ! —, la Première Chaîne de Radio-Canada s’est invitée à MONTRÉAL EN LUMIÈRE, diffusant une émission complète de C’est bien meilleur le matin, en direct du Balmoral, en début de festival. Toute l’équipe ainsi que les 60 gagnants du concours organisé par l’émission ont aussi eu droit à un délicieux déjeuner aux saveurs d’Argentine. Notons que le concours a connu un taux de participation record pour ce créneau d’émission, avec plus de 40 000 participants. Il faut dire qu’il était couronné d’un prix de rêve : un voyage à Buenos Aires…

Le festival virtuel

Pour la 14e édition, le site web a été enrichi de cartes interactives pour faciliter l’accès à toutes les activités, on l’a embelli avec encore plus de photos et de vidéos dans la nouvelle section multimédia. On a compté 250 000 visiteurs uniques ainsi qu’une forte augmentation des abonnés aux réseaux sociaux de MONTRÉAL EN LUMIÈRE (près de 15 000) et de la Nuit blanche (plus de 12 000 mentions J’aime !). La portée virale de la page Facebook de MONTRÉAL EN LUMIÈRE a été à plus de 125 000 pendant l’événement. Sur Twitter et Instagram, plusieurs milliers de festivaliers ont partagé leur expérience en direct à l’aide des mots-clics #nbmtl et #mtlenlum. YouTube a également été très populaires avec plus de 60 000 visionnements pour l’édition 2013. L’application mobile gratuite de la Nuit blanche pour iPhone et Android présentée par Hydro-Québec a une fois de plus été instantanément adoptée, avec 63 000 utilisateurs — près de 30 000 de plus que l’an dernier ! —, en plus de se classer no 1 dans la catégorie Divertissement sur AppStore Canada, et ce, avant même la présentation de l’événement ! Aussi, signalons que le festival faisait appel encore cette année à une blogueuse gastronomique officielle, Katerine-Lune Rollet, qui a donné le pouls de notre programmation gastronomique à tous les gourmands et gourmets.

MONTRÉAL EN LUMIÈRE, un travail d’équipe

Si MONTRÉAL EN LUMIÈRE a su s’imposer comme figure de proue dans son domaine, c’est aussi grâce à l’appui de nos quelque 300 partenaires et invités de tous les milieux qui mettent tant de temps et d’énergie dans cet événement. Merci aussi à nos fidèles partenaires : RBC, la Fédération des producteurs de lait du Québec, Hydro-Québec, la Financière Sun Life, la Société des alcools du Québec, Bell, Casino de Montréal, Buenos Aires Ciudad, Air France, Provigo, Rickard’s, ainsi que tous nos autres partenaires et fournisseurs officiels. Merci aussi aux trois paliers gouvernementaux pour leur appui constant : le gouvernement du Québec — Tourisme Québec, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, le Secrétariat à la région métropolitaine, le ministère de la Culture et des Communications et la SODEC —, le gouvernement du Canada — Développement économique Canada et Patrimoine canadien —, ainsi que la Ville de Montréal, le Partenariat du Quartier des spectacles, le Conseil des arts de Montréal, l’Arrondissement de Ville-Marie et Tourisme Montréal.

La 15e édition de MONTRÉAL EN LUMIÈRE présenté par RBC aura lieu du jeudi 20 février au dimanche 2 mars 2014.

— 30 —

Téléchargez   les photos et les dossiers de presse au ftp.montrealenlumiere.com

nom   d’utilisateur : melcommclient                    mot de passe : lumiere

Twitter : mtlenlumiere   #mtlenlum   Facebook : facebook.com/montrealenlumiere

Les commentaires sont fermés.