Communiqué pour diffusion immédiate

Bilan de la 39e édition

Montréal, le samedi 7 juillet 2018 — Ce sont encore des centaines de milliers de personnes qui se sont présentées aux portes du Quartier des spectacles, pour participer à la 39e édition du Festival International de Jazz de Montréal présentée par Groupe Banque TD en collaboration avec Rio Tinto, festival qui d’ailleurs s’achève aujourd’hui. Des centaines de milliers de personnes qui ont bravé la canicule et que nous sommes heureux d’avoir pu divertir et à qui nous avons pu une fois de plus présenter des artistes talentueux de tous horizons et de toutes origines pendant ces dix jours de festivités.

De toute évidence, nous ne pouvons nier que pour la première fois dans l’histoire du Festival, cette édition ne s’est pas déroulée sans remous. En effet, nous nous devons de revenir sur la polémique autour du spectacle SLĀV et la décision de notre part d’annuler ses représentations dans le cadre du Festival. Un communiqué diffusé ce jour fait état plus en détail des tenants et des aboutissants qui ont motivé cette décision. Un épisode qui nous a porté à réfléchir et prendre en compte les remarques constructives qui ne pourront qu’être bénéfiques pour les prochaines éditions.

Rappelons que le Festival, c’est aussi et surtout 500 concerts dont les deux tiers gratuits. Cette année encore, nous avons eu droit à des performances hors du commun de la part de nombreux artistes en salle — avec pas moins de 21 concerts affichant complet — ou en extérieur.

« Nouvelle édition pour le Festival International de Jazz à Montréal, qui une nouvelle fois décroche un line-up tout frais, de prestige et éclectique. »
Rolling Stone France.

Notons, le grand évènement TD de mi-Festival avec Jessie Reyez qui a enchanté une foule immense ainsi que la Grand Évènement de clôture Rio Tinto avec la présence de The War On Drugs ce soir qui, nous en sommes convaincus, va mettre un point final à cette édition avec panache.

De plus, le Festival a été jalonné de remise de prix prestigieux avec notamment un Ben Harper fortement ému qui s’est vu remettre le prix Ella-Fitzgerald. Le prix Montréal Jazz Festival Spirit a été décerné à l’immense Ry Cooder tandis que la jeune formation montréalaise SHPIK a été choisie comme lauréate du Grand Prix de Jazz TD 2018.

« Depuis son premier passage au Festival International de Jazz de Montréal (FIJM) – c’était en juillet 1994, dans la salle du Spectrum -, Ben Harper est devenu un habitué de la manifestation, qu’il considère, à l’instar de nombreux observateurs, comme « l’un de meilleurs festivals au monde ». Il sera difficile de le contredire. »
Le Figaro.

Citons aussi le renouvellement de l’opération Hirondelles. Un projet né de notre volonté de nous soucier davantage du bien-être et de la sécurité des festivalières, des membres de la communauté LGBTQ et de tous ceux qui peuvent se sentir vulnérables pendant nos événements. Des dispositifs pour lutter contre la chaleur excessive ont été aussi mis en place rapidement et partout sur le site.

L’objectif premier du Festival est de créer du divertissement à travers la culture. Notre volonté est donc d’accroître les retombées culturelles, sociales, touristiques et économiques du Festival qui représente une si belle vitrine pour Montréal et le Québec à travers le monde. Car s’il y a une chose qui nous tient à cœur, c’est bien de pouvoir faire mieux d’année en année et de nous améliorer sur tous les points de vue.

“This was my first time at the festival and I was impressed with the organization, the venues, and the great sound mixing at a wide range of shows. I would strongly recommend the Montreal Jazz Festival to anyone who loves great music and the host city is a fantastic place to wander, eat in, and enjoy.” 
Tim Leffel, Editor, Perceptive Travel.

Les actions médiatiques prises pendant l’année ont porté leurs fruits car on a recensé 300 journalistes accrédités de plus de 16 pays à travers le monde.

“I’m always amazed by how many free high-quality concerts FIJM offers to the public. Montrealers should feel blessed. FIJM always takes my breath away. Its organization, breadth of curation, and its treatment of the artists. All jazz festivals should strive to be FIJM. Thank god for FIJM, one of the only festivals in the world advancing the sound of jazz into the new millennia and not afraid to do so.”
Simon Rentner, WBGO.

Enfin, si le Festival connaît un tel engouement, c’est grâce aux précieux partenaires qui contribuent à financer l’événement. Si la gratuité du Festival est une richesse pour tous, rappelons que cette gratuité a un coût et que sans cet appui essentiel, rien de tout cela ne serait possible. Merci aux trois paliers gouvernementaux, les gouvernements du Canada, du Québec et la Ville de Montréal, à Tourisme Montréal, à nos précieux commanditaires, dont le présentateur Groupe Banque TD et le coprésentateur Rio Tinto, qui nous accompagnent depuis tant d’années, ainsi qu’à tous nos partenaires et fournisseurs officiels.

Merci également à toutes les équipes du Festival qui ont contribué à faire de cette édition un succès. Soulignons enfin à quel point cet événement est impressionnant par sa capacité rassembleuse, attirant une fabuleuse diversité de publics qui s’unissent chaque année au cœur de notre village urbain musical qui se veut plus inclusif que jamais.

Merci aussi aux artistes et bien sûr aux festivaliers qui contribuent à faire vire le Festival et le rendre toujours plus beau.

On s’affaire déjà à l’édition du 40e et on a vraiment hâte de livrer une édition mémorable notamment avec son projet ambitieux de « Hubs ». En effet, le Festival veut devenir un véhicule pour tous, favorisant la découverte des richesses culturelles et sociales en s’ancrant dans divers quartiers de la métropole. En continuant d’occuper son site central dans le Quartier des spectacles avec les grands rassemblements, les spectacles en salle et les activités pour la famille, le Festival global ira à la rencontre du local grâce à de nouveaux pôles festivaliers appelés « Hubs ». Ces pôles favoriseront les rencontres citoyennes et généreront de nouvelles retombées pour les arrondissements dans un esprit d’inclusion et d’intégration. Ils seront accessibles gratuitement et offriront la même qualité artistique que l’on connait du Festival en respectant les principes de développement durable et d’écoresponsabilité. Plus d’une centaine de messages de citoyens ont manifesté le souhait de voir un hub s’installer dans leur quartier, de même que plusieurs SDC et arrondissements. Il va sans dire que le Festival est emballé par cet engouement.

Encore merci et à l’année prochaine !

La 40e édition du Festival International de Jazz de Montréal se déroulera du
27 juin au 7 juillet 2019.

montrealjazzfest.com