Communiqué pour diffusion immédiate

Déclaration du Festival au sujet de l’annulation des spectacles de SLĀV.

Montréal, le samedi 7 juillet 2018 — Suite à la polémique et à l’annulation des représentations de SLĀV, le Festival International de Jazz de Montréal trouve important d’expliquer sa position ainsi que la décision qui en a découlée.

Comme diffuseur, le Festival achète de différents producteurs les spectacles qu’il présente dans une salle qu’il loue ou sur une de ses scènes extérieures, un peu comme un festival de films programme des films qu’il n’a pas produits.

Le Festival n’est donc pas impliqué dans la création des contenus des 500 événements diffusés durant les 11 jours de sa programmation. Il n’approuve aucun des contenus au préalable et laisse aux artistes la pleine liberté artistique. C’est le cas pour tous les artistes qui se présentent au Festival. Tous sont maîtres de leur création et responsables de la production de leur spectacle.  Et si leur œuvre suscite une réaction, ils peuvent choisir ou non de la défendre. Dans le cas de SLĀV, le spectacle a été créé par Betty Bonifassi et Robert Lepage et produit par Ex Machina.

Nous avons décidé de programmer cette création après le succès et les éloges reçus pour le spectacle Lomax de Betty Bonifassi, que nous avons présenté gratuitement l’été dernier sur la place des Festivals. Cet événement extérieur gratuit a été acclamé par des dizaines de milliers de personnes, dont nombre de spectateurs provenant de diverses communautés.

Huffington Post Québec avait alors mis ce spectacle dans les 15 à ne pas manquer pour le Festival de 2017. La Gazette l’avait aussi mis dans ses spectacles à ne pas manquer.

Rappelons que ce concert a été présenté à 73 reprises au Québec, au Canada, aux États-Unis et en Europe. Et on parle ici de marchés comme Toronto, New-York et Paris, sans susciter de réaction comme nous avons connu dans les derniers jours.

C’est pourquoi, dans un premier temps, nous avons été surpris de la tournure des évènements lors de l’avant-première du 26 juin. Après les premières représentations, madame Bonifassi s’est blessée de manière sérieuse et a dû se faire opérer d’urgence. Ce qui nous a obligé à annuler quatre représentations.

Pendant ce temps, le Festival est resté à l’écoute et a reçu des centaines de témoignages provenant de toutes les communautés montréalaise, canadienne, des États-Unis et de l’international.

Nous avons constaté que le débat était beaucoup plus profond que simplement le spectacle SLĀV …  Que beaucoup de gens et même des artistes se sont exprimés sur cet important sujet de société.

Nous avons compris que les blessures du passé étaient encore bien vivantes pour beaucoup de nos concitoyens, des blessures souvent profondes et justifiées.

La crainte que la situation s’accentue devenait bien réelle alors que le FIJM est réputé être un événement inclusif, pacifique et sécuritaire.

Mercredi matin dernier nous devions prendre une décision ; soit de relancer ou non les représentations du spectacle durant le Festival International de Jazz de Montréal.

Nous savions que quelle que soit notre décision, la situation demeurerait tendue pour les personnes concernées notamment nos partenaires du spectacle, car rappelons-le, nous sommes diffuseurs et non producteur et créateur du spectacle.

Nous n’avons pas l’impression d’avoir céder à la censure car il est important de noter que notre décision ne vise que ces représentations prévues durant le festival et n’implique aucunement que le spectacle ne soit plus diffusé dans le futur.

C’est donc un ensemble d’éléments humains et techniques qui a été retenu dans la prise de notre décision finale.

Mercredi matin, Betty Bonifassi nous a informés que dans les conditions actuelles (avec sa blessure et la crise qui ne cessait de s’accentuer), elle n’était pas en mesure de faire les dernières représentations au Festival.

Sur la question de la sécurité, le Festival prend très au sérieux la question de la sécurité publique. Celle de ses employés, de ses partenaires et bien sûr des artistes et du public ainsi celle des gens qui sont venus manifester.

Nous devions donc prendre en compte d’éventuels dérapages possibles si les représentations se poursuivaient.

Quant à l’équipe de direction du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) à qui nous avions loué la salle, ils étaient comme nous, inquiets pour la sécurité de tous.

C’est donc dans ce contexte et face à ces enjeux majeurs que nous avons décidé d’annuler les représentations présentées dans le cadre du Festival. Nous avons convenu avec Ex Machina et le TNM de prendre la perte financière entre nous afin que les artisans et les artistes puissent être rémunérés comme convenu.

En dépit des annulations de ce spectacle, nous sommes très fiers de nous être associés à Ex Machina, fleuron international de notre culture et au grand metteur en scène Robert Lepage pour lequel nous avons une grande admiration et dont les œuvres restent incontournables. Jamais nous n’avons mis en cause la qualité de son travail.

Le Festival est également admiratif du travail et de la démarche de Betty Bonifassi depuis 15 ans. Nous trouvons remarquable le fait qu’elle permette à des milliers de personnes de découvrir ces chants si touchants et si importants. Nous trouvons remarquable aussi que son œuvre permette d’avoir des conversations essentielles pour nous tous. D’autant que le Festival a toujours tenu à programmer les artistes provenant de toutes origines, en particulier de la communauté noire.

Pour la suite, l’intention du Festival International de Jazz de Montréal est de continuer à écouter les témoignages des gens qui se sont sentis blessés ainsi que ceux qui ont été déçus par notre décision d’annuler les représentations.

Nous avons d’ailleurs déjà eu une rencontre constructive avec plusieurs personnes afro-descendantes montréalaises sur ces sujets. Et nous souhaitons poursuivre ce dialogue essentiel. Notre point de vue est simple. Il faut discuter ouvertement des questions raciales. Il faut prendre le temps de communiquer pour nous comprendre et arriver à faire mieux dans l’avenir.

Depuis 39 ans le festival a toujours tenté à le faire et a souvent réussi…  Et nous allons continuer en ce sens.

La 40e édition du Festival International de Jazz de Montréal se déroulera du
27 juin au 7 juillet 2019.

– 30 –