Communiqué pour diffusion immédiate

Le Prix Miles-Davis décerné à Charles Lloyd

Montréal, le vendredi 28 juillet 2013 — Le Festival International de Jazz de Montréal décerne cette année le Prix Miles-Davis au légendaire saxophoniste et compositeur Charles Lloyd. Le Prix lui sera remis par André Ménard, directeur artistique et cofondateur du Festival, lors d’un point de presse qui aura lieu aujourd’hui à 13 h à la salle Stevie Wonder de la Maison du Festival Rio Tinto Alcan ainsi que ce soir, à l’occasion du concert de l’artiste qui aura lieu à 18 h, au Théâtre Jean-Duceppe de la PdA, dans le cadre de la série Invitation TD.

Charles Lloyd est le 20e lauréat du Prix Miles‑Davis, créé en 1994, lors du 15e anniversaire du Festival, dans le but de rendre hommage à un artiste de jazz de renommée internationale, à son œuvre ainsi qu’à sa contribution au renouvellement du genre. Cette statuette de bronze a été créée à partir d’un autoportrait de Miles Davis, dessiné pour l’affiche du Festival de 1988.

Charles Lloyd porte depuis les années 60 l’étendard d’une musique résolument libre et moderne, qu’il a su faire rayonner avec l’aide de grands musiciens ― de Keith Jarrett à Jack DeJohnette en passant par Herbie Hancock et Michel Petrucciani. Après avoir fait ses classes auprès de Chico Hamilton et de Cannonball Adderley, il forme son propre quatuor ― une des formations les plus innovatrices (et populaires) de la fin des années 60. Durant les années 70, le musicien épris de spiritualité s’intéresse à la méditation transcendantale, se consacre à l’enseignement et voyage en Europe en plus de mettre ses talents au service de musiciens évoluant dans des sphères éloignées du jazz, dont les Beach Boys.

Revenu à ses premières amours au début des années 80 avec la complicité du pianiste Michel Petrucciani, Lloyd trouve un nouvel élan au début de la décennie suivante : au sein de la célèbre maison européenne ECM, il se trouve des atomes crochus avec des musiciens comme Geri Allen, Cedar Walton et Zakir Hussain, pour n’en nommer que quelques-uns, et enregistre une série d’albums qui, unanimement salués par la critique, contribuent à consolider sa réputation.

À l’aube de ses 75 ans, le célèbre compositeur et multi-instrumentiste (il brille au sax ténor et à la flûte) se trouve aujourd’hui au sommet de sa forme. À l’occasion de sa 1re visite au Festival depuis 2005, il partage le fruit de ses plus récentes explorations sonores par le biais de trois concerts présentés dans le cadre de la prestigieuse série Invitation. Trois événements exceptionnels au Théâtre Jean-Duceppe de la PdA qui mettront en évidence trois facettes du talent d’un grand jazzman américain. Charles Lloyd Quartet avec Jason Moran, Reuben Rogers et Eric Harland 28 juin, 18 h ; Charles Lloyd, Sangam, avec Zakir Hussain et Eric Harland  29 juin, 18 h ; Charles Lloyd, duos et trios avec Jason Moran et Bill Frisell 30 juin, 18 h.

Charles Lloyd succède à Ron Carter (2012), Stanley Clarke (2011), Sonny Rollins (2010), Ornette Coleman (2009), McCoy Tyner (2008), Mike Stern (2007), Brad Mehldau (2006), Dave Holland (2005), Keith Jarrett (2004), Joe Zawinul (2003), Chick Corea (2002), Michael Brecker (2001), Charlie Haden (2000), Cassandra Wilson (1999), John Scofield (1998), Herbie Hancock (1997), Wayne Shorter (1996), Pat Metheny (1995) et John McLaughlin (1994), les précédents lauréats du Prix Miles-Davis. Notons également que Dave Brubeck s’est vu remettre un Prix Miles‑Davis « hors série » en 2010 pour souligner l’ensemble de sa carrière.

— 30 —

Les commentaires sont fermés.