Communiqué pour diffusion immédiate

Plus que 4 jours de Festival !

Info-Festival

34e édition du Festival International de Jazz de Montréal

Et une nouvelle saison de Jazz à l’année qui commence !

Alors que le Festival se termine bientôt, la série Jazz à l’année présentée par TD prend le relai musical et ce, dès le mois de juillet ! Les Montréalais pourront s’y rassasier les oreilles de jazz, bien sûr, mais aussi de musique du monde, de blues, de folk ou encore d’électro, avec des concerts jusqu’au printemps !

Plusieurs spectacles sont d’ores et déjà à l’affiche de L’Astral, du Métropolis, du Club Soda, de la Place des Arts et du Théâtre St-Denis 1, notamment -M- (9 juillet), Cheminant vers ma ville : un concert pour Kate McGarrigle (8 août), Patricia Kaas, Kaas chante Piaf (17 septembre), Kat Edmonson (20 septembre), Joe Louis Walker (27 septembre), Jorge Drexler (4 octobre), Quartango (24 octobre), Michael Kaeshammer (1er novembre), Bonnie Raitt, première partie : Marc Cohn (14 novembre), Trixie Whitley (23 novembre), Rokia Traoré (28 novembre), Marcio Faraco (13 mars), Jean-Michel Pilc en duo avec Kenny Werner (15 mars). Et ce n’est pas tout, puisque d’autres concerts seront annoncés sous peu. Pour connaître la programmation en détail et se procurer des billets, rendez-vous sur le montrealjazzfest.com ou la ligne Info-Jazz La Presse+.

L’Événement spécial de clôture Rio Tinto Alcan

Amadou & Mariam

avec artiste invitée : Fatoumata Diawara

7 juillet, 21 h 30, scène TD

La 34e édition du Festival s’achève sur une soirée aux couleurs du Mali avec 2 de ses étoiles les plus brillantes, Amadou & Mariam ! Ce duo magique et vibrant sème la fête comme le vent et dégage autant de joie de vivre rafraîchissante que de rythmes funky. Leur chimie musicale irrésistible bat sa pleine mesure dans leur 7e et dernier album, Folila, qu’ils nous feront découvrir accompagnés d’une autre figure lumineuse de l’inépuisable scène musicale malienne : Fatoumata Diawara.

Du Jumpai gratuit pour tous avec le Grand défi Pierre Lavoie !

Le Festival fera bondir les festivaliers dimanche, lors de l’activité gratuite de trampoline acrobatique Jumpai offerte à tous devant la scène Rio Tinto Alcan. Proposée dans le cadre du Grand défi Pierre Lavoie, l’activité est ouverte de midi à 17 h, et s’adresse à tous les amateurs de sensations fortes… Quelques heures seulement avant le début de l’Événement spécial de clôture Rio Tinto Alcan avec Amadou et Mariam, c’est l’occasion de démarrer la soirée en pleine forme !

Concerts à guichets fermés

Les concerts suivants affichent déjà complet :

♫ Vijay Iyer Trio avec Stephan Crump et Justin Brown (ce soir, 18 h, Gesù — Centre de créativité)

♫ The Cat Empire (5 juillet, 20 h 30, Métropolis)

♫ Preservation Hall Jazz Band (demain, 21 h 30 — Théâtre Jean-Duceppe, PdA)

♫ Oliver Jones (5 et 6 juillet, 19 h — Cinquième Salle, PdA)

Spectacles en salle : encore d’excellentes places disponibles

Si plusieurs concerts affichent complet, des billets sont toujours en vente notamment pour les concerts suivants :

Lionel Loueke Trio demain, 21 h, L’Astral — Le guitariste prodige poursuit la fabuleuse ascension qui l’a mené de son Bénin natal à l’avant-scène de la scène jazz américaine. Nommé 2 fois Rising Star Guitarist par DownBeat, il a croisé les chemins musicaux de Herbie Hancock, Terence Blanchard ou Esperanza Spalding. Il nous arrive en trio avec son nouvel album, Heritage, toujours chez Blue Note, où il célèbre les influences qui ont enrichi sa musique au fil des ans : du jazz vibrant de sonorités ouest-africaines, trempé de groove mélodique et d’improvisation audacieuse.

Tim Berne, Snakeoil demain, 22 h 30, Gesù — Centre de créativité Avec une vingtaine d’années de présence sur la scène jazz américaine, raflant au passage une place dans le Top 10 des Icônes essentielles du jazz new-yorkais selon Time Out New York, le saxophoniste Tim Berne (1re visite au Festival en tant que tête d’affiche) a brillamment piloté Snakeoil, sorti sur étiquette ECM en 2012. Unanimement salué par la critique, ce joyau de jazz contemporain révèle la chimie ardente et la créativité débridée d’un quartet complété par Oscar Noriega (clarinette), Matt Mitchell (piano) et Ches Smith (batterie et percussions).

Soweto Gospel Choir 6 juillet, 15 h et 19 h, Maison symphonique de Montréal — Réunissant une trentaine de membres, le Soweto Gospel Choir a vu le jour en Afrique du Sud il y a 11 ans. Appréciée pour son irrésistible répertoire au sein duquel cohabitent gospel, soul, reggae, pop et hymnes religieux, l’ensemble vocal a vu ses enregistrements récolter plusieurs distinctions à l’internationale — dont deux prix Grammy. Pour sa 1re escale au Festival, la chorale qui a collaboré avec Céline, Robert Plan et Bono nous offre un tour de chant à la fois poignant et jubilatoire.

Vijay Iyer solo6 juillet, 18 h, Gesù — Centre de créativité — Voici la rencontre, en toute intimité, entre un génie à l’œuvre et son instrument de prédilection. Le pianiste prodige Vijay Iyer, célébré de toute part pour son talent créatif et nommé Pianiste de l’année lors des Jazz Awards 2012, nous réserve le plaisir d’un concert solo, formule dont il est déjà passé maître, d’ailleurs, comme le prouve son album Solo, paru en 2010. Et pour ceux qui, à regret, n’avaient pu assister à son concert livré à guichets fermés à La Chapelle la même année, voici l’occasion rêvée de se rattraper !

Xavier Rudd. Première partie : Jon and Roy — 6 juillet, 20 h 30, Métropolis — Habitué de s’entourer sur scène d’une armada de guitares, didgeridoos, pédales ou percussions, le multi-instrumentiste canado-australien varie sa formule pour nous présenter, en escale de sa tournée mondiale, son dernier disque, Spirit Bird, paru en 2012. Pour l’occasion, il s’adjoint les Ohnia:kara Singers et Perpetual Peace Project, insufflant percussions, musiques et danses traditionnelles amérindiennes dans sa musique où résonnent héritage ancestral australien, folk et rock. Après ses passages remarqués au Festival en 2004 et en 2005, il était grand temps qu’il revienne ! Et pour démarrer la soirée : la 1re visite au Festival d’un trio canadien qui a fait ses preuves sur la scène folk-rock, Jon and Roy.

Laurent de Wilde — 6 juillet, 21 h, L’Astral — C’est le grand retour aux sources pour ce pianiste aux racines jazz qui s’était distingué au Festival, il y a une décennie, grâce à ses aventures électroniques ― on se souviendra du disque Time 4 Change, qui misait sur le drum’n’bass, le hip-hop et l’échantillonnage. Le musicien auteur d’une biographie consacrée à Thelonious Monk met fin à 8 ans d’absence en venant nous dévoiler la matière d’Over the Clouds, un album tout en jazz enregistré en trio.

Orchestre national de jazz de Montréal 6 juillet, 21 h 30, Théâtre Jean-Duceppe — Affichant le mandat de diffuser le répertoire mondial du jazz, l’Orchestre national de jazz de Montréal en profite pour faire coïncider son lancement officiel avec sa 1re visite au Festival. Ce sera l’occasion de nous donner un avant-goût de ce qu’il offrira au public au fil du temps, à travers une série annuelle de concerts et d’enregistrements. Le programme de la soirée sera composé d’œuvres de Christine Jensen, Marianne Trudel et Jean-Nicolas Trottier, d’un hommage à Joni Mitchell mettant en vedette Karen Young, ainsi que d’extraits de Africa/Brass Sessions de John Coltrane, mettant en vedette André Leroux au saxophone ténor.

Champion et ses G-Strings avec I Musici6 juillet, 19 h 30, Salle Wilfrid-Pelletier — DJ Champion nous présente la première de son nouveau spectacle intitulé °1 (prononcer « degré un »). Tout en restant fidèle à l’électro et aux guitares électriques, deux piliers du son Champion, l’artiste s’immisce cette fois-ci dans l’univers sonore de la musique classique. Accompagné par ses G-Strings et l’orchestre montréalais I Musici dirigé par Jean-Marie Zeitouni, avec des arrangements signés Jean-Nicolas Trottier, DJ Champion offrira un concert électro-lounge orchestral.

The Specials. Première partie : Little Hurricane 7 juillet, 20 h 30, Métropolis — Fers de lance du revival ska qui a déferlé sur la Grande-Bretagne à la fin des années 70, les Specials sont les signataires d’une poignée de tubes absolus (Gangsters, A Message to You Rudy, Ghost Town…) et les fondateurs de la mythique étiquette Two Tone. Reformée en 2009 quelque 30 ans après sa naissance, la formation qui carbure à la même énergie qu’à ses débuts continue de chauffer les salles un peu partout dans le monde. Elle s’amène au Festival pour la 1re fois. Juste avant, un souffle rafraîchissant sur la scène indie-rock, celui d’Anthony « Tone » Catalano et de Celeste « CC » Spina, alias Little Hurricane.

Yannick Rieu, Spectrum 4 7 juillet, 18 h, L’Astral — Quatre ans après avoir repris son époustouflant spectacle Spectrum au Festival, Yannick Rieu revient avec le nouveau répertoire de Spectrum 4, entouré cette fois-ci de Jean-Sébastien Williams, Adrian Vedady et Kevin Warren. Le brillant saxophoniste, lauréat de 3 Félix Album jazz de l’année en 1996, 2000 et 2006 et du Prix Oscar-Peterson 2006, s’y adonne à une exploration musicale aux limites du jazz, déployant toute la palette des talents conjugués de 4 artistes d’exception.

Des artistes à découvrir lors des spectacles extérieurs gratuits :

les programmateurs du Festival vous suggèrent…

Ce soir, 4 juillet

Robi Botos — 4 juillet, 18 h, Scène TD — Hongrois d’origine, le pianiste Robi Botos a frayé son chemin musical entre le blues, le jazz et l’héritage romanichel de ses ancêtres. Protégé d’Oscar Peterson, dont il a déjà fait la 1re partie et auquel il a dédié son morceau Emmanuel, l’artiste a confirmé sa place parmi les grandes figures de la relève jazz en remportant le Grand Prix de Jazz TD en 2012.

Quetango Quartet 4 juillet, 19 h, Scène CBC/Radio-Canada — Premier et unique groupe canadien à avoir participé au Festival de tango de Buenos Aires, Quetango Quartet conjugue les talents du violoncelliste d’origine argentine Daniel Finzi, du guitariste Jonathan Hains, du contrebassiste Frédéric Vermette et du percussionniste Simon Boudreault. La formation qui fusionne tango, jazz et rock progressif nous présente le matériel de Musica Urbana, son tout nouveau disque de compositions originales.

Christine Salem 4 juillet, 20 h, scène Rio Tinto Alcan et 5 juillet, 20 h, scène Bell — Intense, envoûtante, presque incantatoire, Christine Salem brasse une musique qui s’adresse au cœur. Chanteuse de maloya venue de l’île de La Réunion, elle nous présente son nouvel album, Salem tradition, où les kayambs, djembés et bongos se mêlent aux guitares et à l’harmonica. Reconnaissable entre mille, sa voix grave et chaude porte à merveille l’héritage du blues de l’océan Indien sur fond de rythmes endiablés. À voir !

Fanfare Ciocarlia 4 juillet, 21 h, scène TD — Un des derniers brass bands gitans de Roumanie, cette fanfare de 11 musiciens que dirige Oprica Ivancea tient ses habitudes dans le quotidien : naissances, baptêmes, mariages, le rituel de la vie de tous les jours est toujours plus agréable avec cette musique joyeuse. De retour 15 ans après leur seule et unique présence au Festival, la formidable formation nous promet une sacrée fête !

Demain, 5 juillet

Laïka 5 juillet, 20 h et 22 h, scène Rio Tinto Alcan, série Les Soirées jazzy Rio Tinto Alcan — La chanteuse française Laïka Fatien avance dans le sillage de grandes dames du jazz vocal comme Shirley Horn, Abbey Lincoln, Carmen McRae et Billie Holiday, à laquelle elle a rendu hommage sur disque en 2008. L’artiste qui porte aussi le chapeau de comédienne nous présente un tour de chant tout en finesse, fait de standards revisités avec tout ce qu’il faut d’émotion subtile.

The Harpoonist & The Axe Murderer 5 juillet, 21 h et 23 h, scène Loto-Québec — Qu’est-ce qu’on obtient en associant un harponneur (Shawn « The Harpoonist » Hall) à un meurtrier à la hache (Matthew « The Axe Murderer » Rogers), tous deux descendus de la côté Ouest ? Du sacré bon blues, cru, primal et enfiévré, qui transcende les époques pour faire jammer en fantasme les anciens (Robert Johnson) avec les modernes (Jack White). Un duo rafraîchissant qui se distingue dans le paysage blues.

Samedi 6 juillet

Lost Bayou Ramblers 6 juillet, 20 h et 22 h, scène Rio Tinto Alcan — Ce vigoureux quartette mordu de musique cajun est un des fleurons de la scène musicale louisianaise. Respectueux du patrimoine, les Ramblers ne se gênent pas pour insuffler une énergie rock à leurs compositions, ainsi qu’en témoigne le récent album Mammoth Waltz, conçu avec la participation de Scarlett Johansson, Gordon Gano de Violent Femmes et Dr. John. Ça brasse dans le bayou…

Nomadic Massive 6 juillet, 22 h, scène Bell — Ce supergroupe multilingue — il défend son hip-hop en anglais, français, espagnol, créole et arabe — et multiculturel n’offre aucun répit à son public lors de ses spectacles endiablés. De retour de France et avant de partir pour une tournée sur la côte ouest du Canada et des États-Unis, il utilise des influence trad pour habiller ses chansons métissées de rythmes soul, reggae et afro-caraïbéens, tout droit sorties de son dernier EP, Any Sound. Le meilleur party en ville !

Rémi Bolduc Jazz Ensemble 6 juillet, 19 h, scène CBC/Radio-Canada, série Les Brunantes — Après avoir célébré son 50e anniversaire en bonne compagnie au Festival l’été dernier, le grand saxophoniste québécois Rémi Bolduc nous revient en quartette avec David Restivo au piano de Toronto, Dave Laing à la batterie et Rémi-Jean Leblanc à la basse.

Dimanche 7juillet

Porn Flakes, The Greatest Rock’n’Roll Story… The Rolling Stones! 7 juillet, 19 h, 21 h et 23 h, scène Loto-Québec — Les Porn Flakes — Dan Georgesco et Mike Plant (guitare), Maurice Soso Williams (basse) et Alain Quirion (batterie) — nous offrent un programme triple dédié à un petit groupe de rockeurs assez connu : les Rolling Stones. Ça commence par un set de hits des années 60, ça se poursuit avec l’intégrale du mythique album Exile on Main Street et ça se termine avec un survol de la période 70 et au-delà. Satisfaction garantie !

Fatoumata Diawara 7 juillet, 20 h, scène Bell — Chanteuse, comédienne et compositrice, la talentueuse Fatoumata Diawara trouve inspiration dans ses origines maliennes : parfaitement cristallisée sur l’album Fatou, son envoûtante proposition musicale se compose de chants traditionnels du Wassoulou, entrelacés de rythmes modernes et teintés d’ambiances jazz et blues. Pour son baptême festivalier, la révélation world applaudie aux FrancoFolies l’an dernier nous sert son savoureux cocktail métissé tout en guitare acoustique. Attention : buzz !

La passion du jazz à l’état pur : les jam-sessions
Jusqu’au 6 juillet, 23 h, Salon Inspiration, Hyatt Regency Montréal

Faisant désormais partie des traditions du Festival, les Jam Sessions présentées par SiriusXM s’adressent aux irréductibles aficionados du jazz. Dans l’ambiance feutrée du Hyatt, les Jam-sessions offrent cette année des soirées de créativité et de passion avec un musicien complet qui ne cesse de nous épater par son assurance et sa maîtrise technique, digne représentant d’une remarquable nouvelle génération de jazzmen montréalais : le batteur Jim Doxas accompagné de son trio.

Des rendez-vous nocturnes au Bistro Le Balmoral

Tous les soirs dès 22 h, la série Musique au Balmoral proposera des concerts gratuits de 45 minutes aux festivaliers. Ce soir, Shlomo and Julie offriront leur sympathique mélange de folk, de blues acoustique et de ragtime. La série s’achèvera en compagnie de Viva Nova les 5 et 6 juillet, avec notamment le chanteur, guitariste, percussionniste et claviériste Micäel Lüssi, dont le répertoire se compose de jazz brésilien, de rythmes entraînants et de groove élégant.

Des soirées enflammées — et gratuites ! — à L’Astral et au Savoy

Dès minuit, les noctambules pourront lâcher leur fou sur la piste de danse de L’Astral ou du Savoy du Métropolis ! L’Astral s’enflammera jusqu’aux petites heures lors de la série Open House, avec le duo franco-anglo le plus hot de la scène reggae-dub de Montréal, Sud-West Ghostbeard & Poirier, du 4 juillet au 7 juillet avec un mot d’ordre : faire danser jusqu’à s’en déboîter les hanches. De côté de la série Nightcap Heineken au Savoy, Papagroove fermera la marche du 4 au 7 juillet avec des rythmes fous tout juste sortis de son dernier album, Civilized Ghetto, pour groover et danser !

Changements à la programmation

Les concerts des sœurs Katia et Marielle Labèque programmés les 4 et 5 juillet, à 19 h, à la Maison symphonique de Montréal, ont été annulés en raison de difficultés logistiques insurmontables.

La série Les Envolées du Festival présenteront les combos universitaires sur la Grande-Place du complexe Desjardins jusqu’au 5 juillet, puis sur la scène CBC/Radio-Canada les 6 et 7 juillet.

Le Dièse Onze, Club de Jazz, est situé au 4115-A, rue Saint-Denis, et non au 59, rue Sainte-Catherine, comme écrit à la page 10 du programme et sur le dépliant.

Circulation sur le site

Le site du Festival restera fermé à la circulation automobile de 18 h à 3 h, jusqu’au 8 juillet à 6 h. Pour planifier sa venue aux Festival et tout connaître sur les fermetures de rues, l’accès au site en voiture, à vélo, à pied, ou pour personnes à mobilité réduite : montrealjazzfest.com, onglet Accès au site.

Le Festival au jour le jour

Les festivaliers disposent de tout ce qu’il faut pour vivre les festivités 24 heures sur 24 sur le site web du Festival (montrealjazzfest.com), Facebook (facebook.com/montrealjazzfest) et Twitter (@festivaljazzmtl). On peut y lire un rappel de la programmation au jour le jour et les nouvelles de dernière heure.

Des réponses à toutes vos questions : Info-Jazz La Presse+

— 30 —

Événements de presse à venir

Les dates sont sujettes à changement. Merci de vous renseigner auprès de l’équipe des relations de presse du secteur des événements.

Demain, 5 juillet

14 h  Remise du Grand Prix de Jazz TD

Salle Stevie Wonder, Maison du Festival Rio Tinto Alcan 

Dimanche 7 juillet

16 h  Conférence de presse avec Amadou et Mariam

Salle Stevie Wonder, Maison du Festival Rio Tinto Alcan 

21 h 30  Événement spécial de clôture TD avec Amadou et Mariam

Scène TD, place des Festivals

Lundi 8 juillet

13 h Conférence de presse Bilan de la 34e édition du Festival International de Jazz de Montréal

Salle Stevie Wonder, Maison du Festival Rio Tinto Alcan  

La salle de presse au cœur du Festival

Encore cette année, la salle de presse du Festival est située à la Maison du Festival Rio Tinto Alcan, au 305rue Sainte-Catherine Ouest au 2e étage. Les heures d’ouverture sont les suivantes : de 10 h à 23 h jusqu’au 7 juillet et de 10 h à 15 h le 8 juillet. Elle est le lieu de rendez-vous des artistes, agents, représentants des maisons de disques et représentants des médias accrédités. Toute l’équipe des communications est heureuse de vous y accueillir ! Les représentants des médias sont priés de noter que l’on peut joindre la salle de presse en composant le 514 288‑5299.

Les commentaires sont fermés.