Communiqué pour diffusion immédiate

La Nuit de tous les possibles !

12e Nuit blanche à Montréal

Montréal, le lundi 2 mars 2015 — La 12e édition de la Nuit blanche à Montréal présentée par Hydro-Québec s’est achevée aux petites heures du dimanche 1er mars, offrant un magnifique point d’orgue à la semaine de festivités incomparable qu’a été cette 16e édition de MONTRÉAL EN LUMIÈRE. Que d’émotions, de surprises, de découvertes ont marqué cette nuit mémorable ! Dans 3 quartiers et 2 pôles de la ville (touchant ainsi 8 arrondissements), les quelque 200 activités proposées, la plupart gratuites, ont suscité pas moins de 350 000 visites en quelques heures. Du Stade Olympique au Mile-End, de Villeray au Vieux-Montréal, c’est la ville entière qui s’est illuminée d’un seul élan. Pas de doute, les Montréalais n’ont aucun mal à apprivoiser leur nordicité !

© MONTRÉAL EN LUMIÈRE – Frédérique Ménard-Aubin

Tous sous le soleil de minuit

La Nuit blanche est devenue synonyme de retrouvailles : un rendez-vous annuel pour des dizaines de milliers de festivaliers, mais aussi avec notre ville qui s’illumine pour l’occasion. Elle laisse derrière elle un sentiment d’euphorie persistant… n’est-ce pas le monde à l’envers quand, au soleil levant, les rues sont vides et froides alors que quelques heures plutôt, on y trouvait une vraie fourmilière en fête avec des sourires pleins les visages ?

Avec plus de 200 activités, pas étonnant que la folle virée soit l’événement qui attire le plus de gens en une seule journée de toute l’année à Montréal et la plus grosse journée pour la STM ! Le service de navette mis en place se démarque d’ailleurs par son efficacité et son achalandage, permettant réellement d’aider les festivaliers dans leur nuit.

La Nuit blanche a de quoi à offrir à tous, adultes, ados, familles, hipsters, baby boomers, générations X, Y, Z, un monde de découvertes surprenantes et éclatées, de coups de cœur, de moments uniques et de souvenirs marquants… Avec ses 11 catégories d’activités, il y en a eu pour tous les goûts et tous les âges : des amateurs d’art aux accros aux jeux vidéo, des danseurs aux gourmands, des nageurs aux mélomanes. Et elle offre aux festivaliers la possibilité de découvrir la ville comme jamais, en ouvrant les portes de nombreux lieux inusités dont l’accès est limité le reste de l’année.

Le secret de son succès ? C’est qu’elle est le résultat d’une combinaison d’énergie positive et créatrice des artistes impliqués et du public disponible et disposé à prendre part aux activités… la preuve qu’on est capable de s’unir et d’allier nos forces pour arriver à créer de belles choses !

Et les chiffres sont là pour prouver à quel point les festivaliers ont été au rendez-vous. En effet, près de 40 000 personnes ont foulé le sol de la Place des Arts et d’ARTVstudio, alors que la TOHU, qui en était à sa première Nuit blanche, a vu défiler quelque 3650 visiteurs. Le Quartier latin a quant à lui enregistré près de 40 000 visites, notamment autour des activités proposées à l’UQAM, sur le site extérieur de Montréal joue et aux RVCQ. Les activités liées à l’art contemporain n’ont pas été en reste, avec quelque 7000 personnes qui sont passées par les 8 galeries participantes du Belgo et environ 100 000 déambulateurs le long des circuits d’Art souterrain. Enfin, le pôle Parc Olympique a affiché un record de 17 300 visites, alors que le pôle Ligne bleue, qui s’intégrait à la programmation pour la deuxième année, a également connu une fréquentation importante qui confirme sa raison d’être. Soulignons également que certaines activités créées pour la Nuit blanche deviennent des classiques capables de se renouveler chaque année et obtiennent de beaux succès, notamment le Cabaret du Monument-National, le Elvis Gratton Picture Show des RCVQ, la Nuit SPASM au Café Cléopâtre, le Karnival du Club Soda, la Nuit de bricolage à la galerie Monastiraki, la Nuit de poésie ou encore la nuit des contes.

Aucun doute, la Nuit blanche a prouvé une fois de plus sa place unique dans le paysage événementiel de Montréal : celle d’une nuit hors-norme où toutes les folies sont permises, d’un fabuleux moyen pour les Montréalais de se réapproprier leur ville et de dompter l’hiver.

« Preuve aussi avec la désormais traditionnelle Nuit blanche, qui s’intègre à MONTRÉAL EN LUMIÈRE […] Il faut la vivre pour y croire : ce soir-là, malgré les températures sous le zéro, et parfois la neige, familles et poussettes envahissent les rues des quartiers du Centre-Ville et du Vieux-Port. On se bouscule dans les galeries d’art, on participe en masse aux animations sonores et visuelles disposées sur les trottoirs, on fait la queue pour descendre le long du toboggan géant installé sur la Place des Arts… »

Valérie Lehoux, Télérama.fr (France), 19 février 2015

“Every year, the En Lumière festival closes with Nuit blanche, an all-night party where locals and tourists can take in 200 mostly free events, all of them linked by a free shuttle service. Whether onstage or onscreen, indoors or out, music, installations, exhibitions and dance keep Montreal hopping and the cold and dark far away.”

Sherel Purcell, USA Today — 10BEST (USA), 8 décembre 2014

« Montréal […] n’essaye pas de concurrencer Québec sur son terrain glacé. Elle développe plutôt une offre hivernale qui lui est propre, urbaine, dansante, lumineuse. La Nuit blanche en est l’expression la plus aboutie, avec ses DJ, ses camions de “ Snow Food ” et ses visites culturelles des quartiers. »

François Cardinal, La Presse

“A signature Nuit blanche, all-nighter that brings everything to a fever pitch (200 mostly free activities including art installations, musical performances, food and festivities) before finally closing the party down until next year.”

Dane Steele Green, Wire Magazine (USA), 12 février 2015

 « C’est une brèche dans l’hiver québécois, une grande toile qui se tisse pour une nuit dans les rues de Montréal […]. Pendant quelques heures, la ville accepte et chevauche l’hiver. Des portes s’ouvrent, des tracés culturels se dessinent, il y a échange. Faute de lumière naturelle, la Nuit blanche crée la sienne. »

Geneviève Tremblay, Le Devoir

La Nuit blanche au cœur de la vie culturelle montréalaise

N’oublions pas que la Nuit blanche à Montréal, appuyée par plus de 150 partenaires qui se dévouent et qui travaillent d’arrache-pied pour concocter, organiser et gérer un flot inhabituel de noctambules — théâtres, salles de spectacle, musées, centres d’art… — a un impact majeur sur les organismes culturels de la ville, en plus d’être un événement motivateur et inspirant pour la création, les artistes, les organismes et même les festivaliers ! Elle est une formidable vitrine pour les artistes locaux, nationaux et internationaux, comme à la SAT où on a accueilli des artistes brésiliens. Il suffit de jeter un œil sur les multiples témoignages de nos partenaires pour se convaincre de son importance ! Grâce à la Nuit blanche…

« Nous mettons sur pied des projets originaux et éclatés qui se distinguent de notre programmation régulière et attirent à la danse une clientèle renouvelée en grand nombre. »

Agora de la danse

« L’ARTVstudio connaît un achalandage record chaque année et nous permet de rendre nos expositions accessibles à un public plus vaste et plus diversifié que cela ne serait possible sans l’organisation de Nuit blanche. »

ARTV

« La SDC Vieux-Montréal peut se joindre à une programmation d’activités majeure et de qualité tout en dynamisant son quartier de manière originale et attrayante. De plus, la date de l’événement se positionne dans une période relativement tranquille au calendrier événementiel dans le quartier. Cela nous permet donc de mousser l’achalandage dans le Vieux-Montréal et nous en sommes ravis. »

SDC Vieux-Montréal

« Notre organisme connait un fort achalandage qui permet d’accueillir une clientèle d’habitués et de non initiés. »

Société des Arts Technologiques

« Il est primordial pour l’avenir de l’art québécois de fournir une plateforme accessible et prestigieuse à ses artistes, ce que la Nuit blanche nous fournit avec brio et professionnalisme. »

Théâtre Ominvore, 10610

« En tant que diffuseur national jouissant d’une position géographique privilégiée durant l’événement, la Place des Arts est heureuse d’y prendre part et d’ouvrir ses portes aux milliers de noctambules, et ce depuis 10 ans. »

Place des Arts

Les organisateurs de la Nuit blanche à Montréal tiennent à remercier du fond du cœur Hydro-Québec, grâce à qui MONTRÉAL EN LUMIÈRE est en mesure de présenter la Nuit blanche depuis ses débuts. Merci également au Conseil des arts de Montréal, seul subventionneur spécifique de la Nuit blanche. Les discussions se poursuivent avec les autres partenaires publics et non publics afin de pérenniser la Nuit blanche en lui assurant un financement plus adéquat. On garde bon espoir que ceux-ci sauront en reconnaître l’importance et trouveront les moyens de la soutenir et de lui permettre d’atteindre de nouveaux sommets et demeurer concurrentielle au niveau créatif avec les autres Nuits blanches de la planète. Merci également à la STM, fidèle et indispensable collaboratrice de ce grand rassemblement unique à Montréal.

La 13e édition de Nuit blanche à Montréal aura lieu le samedi 27 février 2016.

— 30 —

Les commentaires sont fermés.